si vous rencontrez un pb à l'inscription, rdv sur facebook Manoir des Délices pour le signaler
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 On prend la même et on recommence... [Eleanor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: On prend la même et on recommence... [Eleanor]   Sam 25 Mai - 16:21

J'ai toujours su dès le moment précis où Nathaniel, mon mari qui ne l'était pourtant pas encore à l'époque, a changé d'attitude envers moi que ma vie ne serait plus jamais aussi rose que je le rêvais et qu'elle ne l'avait été jusqu'alors. Bien entendu les choses ne se sont nullement arrangées lorsqu'il m'a surprise dans les bras d'un autres puisque c'est sans aucun doute cet instant précis qui a sceller définitivement ma perte. Ma vie n'a alors été faites que de viols, de coups, d'insultes et d'un mariage forcé dont je me serais bien passé tout comme je me serais passé sans le moindre problème de la suite des événements. Quelle suite ? Et bien tout simplement mon arrivée au sein de cette fameuse maison close parisienne que l'on dit si prestigieuse et qui n'est autre que Le Manoir des Délices, arrivée qui s'est faite elle aussi contre mon gré puisque mon cher mari m'a vendue aux Boldwin. La suite ? Et bien cela n'a pas été vraiment mieux que le reste puisque le premier « client » à qui j'ai eu à faire au sein de la maison n'était autre qu'Henri Corbin, un rabatteur venu entant que client et n'ayant pas vraiment apprécié que je me montre si rebelle pour ma première fois entant qu'apprentie. Cette première fois a d'ailleurs fini en humiliation, en viol et même bien plus puisque je pense que le rabatteur a tout bonnement voulu faire de ce moment avec moi une petite séance de dressage. Et l'une des pires choses dans toute cette histoire c'est que cela a marché, du moins jusqu'à aujourd'hui puisque je me suis montrée plutôt douce avec le peu de clients que j'ai eu après lui.

Vous devez certainement vous demander pourquoi je n'ai eu que peu de clients alors que cela fait à présent plusieurs semaines que j'ai été achetée par les propriétaires du manoir. Et bien la réponse est presque simple finalement puisque celui qui a été mon premier client ici semble avoir omis de se protéger lorsqu'il a laissé sa rage se déverser sur moi et comme il semblerait que la malchance ai décidé d'être définitivement de mon côté j'ai eu la mauvaise idée de tomber enceinte, chose dont je me suis aperçue assez vite, l'ayant déjà été juste avant mon mariage. Mais je ne suis pas la seule à m'être rendu compte de cela puisque la visite chez le médecin du manoir étant obligatoire tous les vendredi, celui-ci s'est également bien vite rendu compte de la situation. J'aurais alors pu tout avouer, mais une part de moi semblait penser que l'idée n'était pas la meilleure qui soit et ce d'autant plus qu'Henri n'avait eu de cesse de me menacer lors de notre rencontre au point que l'envie de courir le risque de le voir mettre ses menaces à exécution me rebute assez pour me pousser à mentir. J'ai donc pris la décision de laisser le doute planer, mais aussi et surtout de faire croire au médecin ainsi qu'aux tenanciers du manoir que cet enfant était de mon mari, mari venu me rendre une petite visite le lendemain de ma rencontre avec Henri. Bien entendu celui-ci ne pouvait pas être le père de mon enfant puisqu'il ne m'a pas touché lors de cet entretien, ce qui m'avait d'ailleurs étonné ce jour-là, mais cela à tout de même suffit à me sauver la mise.

J'ai alors été renvoyé chez mon mari, le couple Boldwin décidant qu'il serait certainement plus à même de gérer la situation. Quant à moi, j'ai fait croire à Nathaniel que j'étais enceinte avant d'arriver au manoir sachant bien que n'étant pas médecin il serait incapable de mettre une date sur la conception de cet enfant. Cette petite entourloupe a finalement fonctionné durant deux semaines, semaines que j'ai passé auprès de lui sans qu'il ne me touche, ne m'insulte ou ne me frappe. Semblant étrangement tenir à cet héritier il s'est contenté de me garder recluse dans l'une des nombreuses chambres de notre demeure. Les choses auraient certainement pu suivre leur cours jusqu'à la naissance de l'enfant, mais cela n'a malheureusement pour moi pas été le cas. En effet, je ne sais pas pourquoi, mais mon époux a voulu en savoir davantage et pour cela il semblerait qu'il se soit renseigné auprès du manoir et qu'il a finalement appris que je n'étais pas encore enceinte lorsque j'ai été auscultée pour la première fois avant d'être livrée en pâture à tous les êtres lubriques de la capitale. S'il avait davantage tenu à moi ainsi qu'à l'enfant que je portais il aurait peut-être passé cela sous silence, mais ce n'est malheureusement pas ce qu'il a fait puisqu'il n'a pas perdu un seul instant avant de venir me demander des comptes après s'être procuré la liste des clients pouvant potentiellement être père de mon enfant.

Sans vraiment comprendre pourquoi j'ai une nouvelle fois instinctivement choisi de mentir et de couvrir le rabatteur qui était pourtant finalement le seul responsable dans cette sombre histoire dont j'allais payer les frais. Toutefois, en ayant suivi mon instinct j'ai totalement oublié que le seul autre client que j'ai eu à cette époque n'était autre que Léo Braviel, frère de Nathaniel avec lequel il ne s'est d'ailleurs rien passé non plus puisque nous nous sommes déchiré durant une bonne partie de notre entrevue avant que je ne finisse par lui pardonner à moitié le fait de faire partie de la même famille que mon ordure de mari. Bien entendu, comme j'aurais certainement dû m'y attendre l'éventualité que son frère soit le père de mon enfant a tout simplement rendu Nathaniel fou de rage, une rage dont j'ai bien entendu fini par être la victime.

Une dispute d'une violence inouïe a, en effet, éclatée entre nous et les coups ont plus d'un côté comme de l'autre, mais bien vite je me rendis compte que je ne pourrais jamais être celle des deux qui prendrait le dessus et gagnerait la bataille. Mais il semblerait que je me sois rendu compte de cela bien trop tard puisque c'est à ce moment bien précis que je sentis une lame s'enfoncer dans mon ventre avant que je ne finisse par perdre connaissance. Je ne me suis réveillée que deux jours plus tard, apprenant alors que mon cher époux a décidé de me répudier après avoir pris la décision de me renvoyer au manoir. J'ai également appris la fin de ma grossesse par la faute de ma blessure et de tout le sang que j'ai perdu suite à celle-ci, perte qui aurait pu causer ma mort si les secours ne m'avaient pas prise en charge à temps. Il ne m'a également pas été caché que je suis à présent très certainement stérile, ce qui semble arranger tout ceux et celles qui évoluent autour de moi depuis mon réveil et qui ne se gêne pas pour me rappeler de ne pas me plaindre puisque j'ai la chance d'être encore en vie.

Si ils savaient comme je les déteste, comme je déteste l'espèce humaine dans sa totalité et comme cette histoire m'a très certainement changé à tout jamais. Si j'étais une gentille petite apprentie bien sage ayant pris la décision de rester bien sagement dans le rang avant de vivre ce cauchemars j'ai l'impression, aujourd'hui, que je n'ai jamais été aussi rebelle. Oh bien entendu j'ai bien compris la leçon que ma donnée Henri la première fois que nous nous sommes croisés au sein du Manoir et je ne compte pas agir n'importe comme mais aujourd'hui une nouvelle flamme vit en moi, une flamme qui m'aide à rester en vie malgré tout ce qui m'est arrivé mais qui risque également de faire de moi une véritable bombe à retardement.
C'est donc dans cet état d'esprit un peu étrange que je fait mon retour au sein du Manoir des Délices après près d'un mois d'absence sachant bien entendu que la réadaptation risque fort de ne pas être simple et ce d'autant plus que je ne suis plus la même que lorsque j'ai quitté les lieux.

Me voici donc dans le salon d'accueil du manoir, salon au sein duquel je fait finalement mon entrée comme vêtue de la même façon que le serait une simple cliente venant passer sa soirée au manoir, n'ayant pas encore eu le temps de remettre mes fichus habits d'apprentie. C'est à la fois un peu perdue mais pourvue d'un regard empli de détermination que je m'avance dans le salon sans vraiment savoir ou me rendre ensuite ne sachant finalement qu'une chose pour le moment, je désire que la suite des événements soit bien différente de ce qu'elle a été la fois précédente.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On prend la même et on recommence... [Eleanor]   Lun 8 Juil - 0:52


Les gens se croient parfois futés de penser qu'il n'y a aucun mal à venir ici et de s'amuser avec les filles de joies. Pour la plupart de ces personnes, nous ne sommes que des poupées qu'ils manipulent et qui n'ont aucuns souvenirs. Mais la toute triste vérité, c'est que même si ce manège recommence à toutes les nuits, nous pouvons sortir, nous avons une mémoire et des émotions, et lors de nos sorties certaines d'entre nous peuvent prendre l'initiative de glisser un mot aux gens qu'elles croisent. Ainsi un père de famille, un mari aimant ou même un pasteur, qui ose venir montrer sa vraie nature aux Manoir des Délices, peut se retrouver au pied du mur en un rien de temps. Nous ne sommes pas des chiffons qui servent de passe temps aux autres, ça je dois bien l'avouer. J'aime pouvoir penser que tout ça est réelle.

Mais dans cette réalité, nous ne sommes pas des êtres humains pour ceux de l'extérieur et l'influence que nous avons à faire courir des rumeurs en ville n'est qu'à son minime. Cela ne peut tout simplement pas arriver. Nous sommes esclaves des plus puissants, de ceux qui ont un titre et de l'argent. C'est dommage, parce que parmi les filles ou les hommes qu'il y a ici, certains ont déjà eu tout ça, un époux riche et puissant ou ils étaient issus de famille ayant beaucoup d'influence. Nous ne sommes qu'une traite par ici. Un moyen de faire de l'argent pour certains ou de dépenser de l'argent pour d'autres. Pourtant, je trouve un certain réconfort à vivre ici de cette manière. Nous avons un toit sur la tête et sommes bien nourris. Je n'ai jamais vu un mignon être misérable de son sort ici. Les filles par contre, elles ne sont pas contentes de leur sort. Alors, c'est en quelque sorte à ça que je sers ici, j'essaie de les réconforter, mais aussi de leur faire voir une autre vision du monde, même si être libres leur plaisent plus.

Bref, même ma vie auparavant n'était pas si triste. J'étais aînée d'une famille pauvre de trois enfants. Il fallait aider nos parents à faire des profits afin de survivre, l'histoire classique quoi. Mais j'en ai eu assez. Je perdis ma virginité dans la rue, en essayant de vendre mon corps après avoir abandonné les miens. Ça a bien fonctionné, mais j'en suis devenue accroc. Enfin, il eut un temps où j'ai dû arrêter de me prostituer dans la rue, j'allais bientôt être à court de biens, c'est-à-dire que je ne pouvais plus payer le loyer ni assez pour m'acheter une épicerie qui durerait une semaine. J'allais bientôt toucher le fond. C'est là qu'un de mes clients se vanta être un rabatteur, quelqu'un qui enlève les filles ou les hommes pour les emmener à la maison close. Je m'en informai. Henri m'aida à y entrer et ce fut difficile d'y trouver ma place. Les amants Boldwin étaient assez capricieux et très sévères, mais à la fin je pu entrer car ils avaient besoin de ribaude dans mon genre, avec une certaine expérience.

Je descendais les escaliers un par un en pensant à ce que ma vie aurait été sans la pauvreté de ma famille. Comment j'aurais été, moi avec mon caractère, pour être bourgeoise ? Enfin, j'aurais simplement été différente. Les marches devenaient de moins en moins nombreuses et j'arrivai dans le salon où deux jeunes gens avaient l'air de patienter. Voyant qu'il n'y avait personne, je pris l'initiative : Que puis-je faire pour vous ? souris-je. C'est par la suite que je reconnus la dame, une des filles qui étaient ici et qui avait fait l'erreur de tomber enceinte. Elle avait quitté par la suite, mais je vois que son retour est tôt pour avoir accouché ... que se passe-t-il alors ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On prend la même et on recommence... [Eleanor]   Lun 15 Juil - 13:16

Parvenir à avancer sans perdre ma détermination au passage, avancer pas à pas au sein de ce manoir qui semble être définitivement, ou du moins jusqu'à nouvel ordre, être devenu mon destin le tout en faisant tout mon possible pour ne plus refaire les mêmes erreurs que par le passé. Recommencer à zéro tout simplement, c'est cela que je me dois de faire, c'est la voie que j'ai choisi de suivre à présent pour réussir à survivre. Après tout il me semble aujourd'hui qu'aucun autre choix ne se présente à moi si je ne veux pas me laisser tenter par la douce délivrance que pourrait constituer la mort pour moi, tentation qui se fait un peu plus grande à chaque fois que j'ai le malheur de me rappeler que je vais passer une bonne partie de ma vie au sein de ce manoir, partie de vie qui ne prendra certainement fin que lorsque je ne serais plus suffisamment désirable ou « baisable » comme dirait certainement les plus ignobles des clients de ces lieux.

Alors je vais tout faire pour dire adieu à la pauvre petite Krista apeurée qui a été renvoyée enceinte auprès de son mari il y a quelques semaines et tout faire pour faire naître de la plus belle façon qui soit celle qui aurait pu tuer son mari si on lui en avait laisser le temps, une Krista qui sera finalement peut être bien plus proche de la femme que j'aurais été si je ne m'étais jamais retrouvée dans ce manoir et si ma route n'avait jamais croisé celle d'Henri Corbin.
Bien entendu cette fois-ci je ne compte pas jouer la petite rebelle qui refuse qu'on la touche et qui devient une véritable tigresse prête à mordre ou à tuer si quelqu'un s'avise de l'approcher d'un peu trop près. J'ai déjà fait cela une fois et à présent j'ai compris que j'avais été stupide d'agir ainsi puisqu'après tout si je suis ici c'est avant tout pour servir de jouer à des hommes en manque de plaisirs de la chairs aussi si je me rebelle ça sera simplement contre celles et ceux qui tenterons de me mettre des bâtons dans les roues.

Pour ce qui est de ce que je vais faire maintenant, alors que je viens tout juste de remettre les pieds dans le manoir je dois bien avouer que je suis bien incapable de le dire et je pense  finalement que je vais me contenter de vivre le moment présent et d'agir comme mon instinct me le dictera et ce même si je sais bien qu'il ne doit pourtant pas être le meilleur conseiller qui soit en cet instant précis aux vues de mon état d'esprit du moment.
Toutefois je suis tout de même farouchement décidée à ne pas changer de ligne de conduite et c'est pourquoi je suis entrée calmement dans le salon d'accueil du Manoir, y avançant ensuite sans véritable but avant qu'une jeune femme ne finisse par m'interpeller, stoppant ainsi mon avancée tout en me ramenant sur terre.

La belle ne m'accorda dans un premier temps que quelques mots mais suffisamment tout de même pour que je comprenne sans le moindre mal que la belle semble me prendre pour une cliente du manoir, ce que je ne serais bien entendu jamais de par mon rang au sein de celui-ci mais que je n'aurais de toutes manières probablement jamais été même si mon mariage avait été heureux et ma vie « normale ».  Moi qui ai décidé de suivre pleinement mon instinct je décide finalement au dernier moment de me raviser ou du moins de ne pas l'écouter aveuglement puisque je sent que je ne serais capable que d'une chose, insulter la jeune femme qui n'a pourtant rien fait de mal et repartir furieuse.  Je pris alors un petit instant pour ravaler ma colère et chercher mes mots car oui, je veux répondre à la belle car je veux créer de nouveaux contacts au sein de ce fichu manoir, des contacts qui me permettrons, je l'espère, cette fois-ci d'avancer plutôt que de m'auto-détruire.

-Je ne pense pas que vous puissiez m'aider à grand chose puisqu'il me semble que nous sommes dans le même bateau ici. Enfin...sauf si vous faites partie des rares personnes qui n'ont pas d'envies de suicide, de meurtre ou de fugue...

Mes mots peuvent certainement paraître bien étranges j'en suis pleinement consciente tout comme j'ai conscience d'avoir eu un ton un peu sec à l'égard de la jeune femme à laquelle je viens de m'adresser mais pour le moment je semble être tout bonnement incapable d'agir différemment. Du coup cette fois encore les cartes sont entre les mains de la jeune femme qui m'est pour le moment presque totalement inconnue, libre à elle de ne plus prêter attention à moi ou de voir la femme ayant besoin d'aide derrière la carapace.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On prend la même et on recommence... [Eleanor]   

Revenir en haut Aller en bas
 

On prend la même et on recommence... [Eleanor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Manoir des Délices :: Epilogue :: Archives RP-