si vous rencontrez un pb à l'inscription, rdv sur facebook Manoir des Délices pour le signaler
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Témoin indésirable [Keith]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Témoin indésirable [Keith]   Mer 8 Mai - 17:34

Mes doigts pianotent ; maltraitent le bois de la table.
J’attends.
C’est une personne bien élevée, je sais qu’il sera à l’heure, c’est pourquoi je le suis encore plus. Pour tout dire, il ne m’est pas difficile d’être en avance sur les lieux du rendez-vous puisqu’il s’agit de mes appartements que je n’ai pas quittés depuis l’aube. Eu égard au rôle qu’il joue dans cet établissement, je ne l’ai convoqué que pour l’après-dîner. Mais pour ma part, je n’ai pas pu dormir. Je crois que je ne pourrais plus trouver de repos avant qu’une explication me soit fournie. De fait, je suis de fort méchante humeur. Mes yeux sont cernés de plusieurs nuits blanches ou trop courtes. Mes pensées se chevauchent, sans fil conducteur si ce n’est celui des problèmes : je passe d’Amélia à Keith sans transition, je ne pense plus à moi. Enfin, quel besoin avait Keith de venir se prostituer à Paris, lui qui avait une place respectable en Angleterre ? Et quelle honte pour son fils, pour notre fils, si toute cette histoire s’ébruitait ! Mes craintes ne s’en trouvent que ravivées, telle la flamme sur laquelle souffle une petite bise. Aujourd’hui, ce n’est plus en amante, ce n’est pas en femme d’affaires, c’est en mère que je le convoque auprès de moi. Pas de billet ; je lui ai simplement fait dire par un domestique que lady Abbott demandait après lui, et lui ordonnait de se trouver à la porte de ses appartements à 14 heures précises. Le reste ne relevait que de l’entretien privé.

Avec le jour, je me suis levée, ne tenant plus en place dans mon lit. Un bain m’a procuré ses bienfaits, même si j’ai dû user d’eaux florales pour achever d’effacer les ravages de la fatigue sur mon visage. Elles ont l’avantage de parfumer délicatement la personne qui s’en pare. Nue, je passe devant mes fenêtres dont les rideaux ont été tirés pendant ma toilette, et me dirige d’un pas décidé vers mon dressing.

Je ne tarde pas à retrouver ma solitude, une fois mon déjeuner apporté. Tout ne pouvant aller de travers, c’est d’un bel appétit que je mords dans un petit pain et porte ma tasse à mes lèvres.
Le repas terminé, j’attrape un livre dans ma bibliothèque et commence ma lecture. J’espère qu’il m’emportera loin. Hélas, les pages ne sont noircies que de groupes de mots qui se suivent, les uns après les autres, mais qui ne forment aucun sens dans mon esprit embrouillé.


La veille
Dans le bureau du couple Boldwin, je poursuivais l’examen des dossiers du personnel. Chaque jour, j’étais impressionnée par le soin que mes amis avaient mis à regrouper des informations sur toutes les âmes qui travaillaient pour eux. On ne laisse pas les vauriens fricoter avec les plus hautes sphères de la société ; il y a un certain nombre de renseignements à prendre. A commencer par le nom et la provenance des employés. Quand j’ai lu celui de Keith Forbes, tout droit arrivé d’Angleterre à peu près en même temps que moi, mon sang n’a fait qu’un tour.



Quelques coups contre ma porte me tirent de ma rêverie. J’ai dû finir par m’assoupir. Me redressant d’un bond, je jette un regard dans mon miroir, contrôle la perfection de ma tenue bleue.
C’est celui que j’attendais.

J’ouvre la porte en silence, lui faisant seulement signe de rentrer. Aussitôt fait, je n’ouvre pas la bouche avant d’avoir poussé le verrou. Dans un froissement d’étoffe, je me retourne, sans parvenir à cacher totalement mon inquiétude.


« Que veux-tu ? », demandé-je contre toute attente à celui qui était le plus en droit de me poser cette question. « Qui t’envoie ? Est-ce que quelqu’un sait ? », continué-je sur ce même ton, tentant de maîtriser mes craintes, de rester maîtresse de moi-même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Témoin indésirable [Keith]   Dim 12 Mai - 23:05


Mon cœur bat la chamade tandis que je me tiens derrière la porte.
Il est 14H00. Est-ce moi qui ais cogné ? Oui.
J’ai l’impression de me dédoubler. D’épier la scène en observateur. La porte va s’ouvrir et elle sera là. J’ai imaginé la scène tant de fois, de tant de façons différentes…

Je me doute qu’elle ne me sautera pas au cou. La dernière fois que nous nous sommes vus elle a jouer la froideur indifférente et pourtant je sais qu’elle m’aime. Que même si elle a enterré sous les cendres ses sentiments, tout au fond de son cœur résistent quelques braises qu’il suffirait juste du bon souffle pour les raviver et donner un brasier. On ne peut porter l’enfant d’un homme sans avoir un minimum de sentiments pour lui.

Lorsque l’on est venu me donner son message oral, je suis resté de marbre. Pétrifié et soulagé.
Je suis impatient et pour la première fois de ma vie j’ai peur. Peur de la perdre définitivement et avide de la revoir.
C’est trop tôt car je ne me sens pas prêt à l’affronter et en même temps je ne suis pas sûr d’être prêt un jour. Cet état d’esprit est difficile a expliquer. Si je ne trouve pas les mots, si je ne la convaincs pas, qu’est ce qui l’empêchera de me faire chasser de ce lieu ?
Je dois user de diplomatie, de tact. Il le faut. Tout va se jouer dans quelques instants.

Revêtu des habits les plus classieux que j’ai pu trouver, empruntés à un autre mignon, je me tiens aussi droit qu’un i. La porte s’ouvre. Elle est magnifique. J’entre à son invitation muette puis demeure immobile au centre de la pièce.
Le verrou est poussé. Sa robe la mets de façon délicieuse en valeur. Première question abrupte qui n’obtient pas de réponse immédiate, noyée par deux interrogations acides et rêches.
Je fronce les sourcils.

« Je suis heureux de te revoir Juliet. »

Cela ne répondra pas à ses attentes bien au contraire, mais ma gorge semble aussi sèche que celle d’un pauvre hère ayant arpenté le désert. Déglutissant pour récupérer la salive suffisante à articuler intelligiblement, je cherche immédiatement à la rassurer

« Personne ne sait que je suis ici. Personne ne m’envoie. »

J’hésite à abattre mes cartes. J’ai beaucoup à perdre. Néanmoins mon caractère frondeur me fait passer au dessus de mes inquiétudes.

« Je suis ici car je voulais être à tes côtés. Quel qu’en soit le prix. »


Comprends t-elle toute la teneur du sacrifice que j’ai fais pour elle ?

« Rentrons en Angleterre et élevons tous les deux notre fils ensembles. Notre place est là bas. »

Là bas. Elle, moi et William. Nous pourrons ainsi vivres tous les trois comme une vraie famille.
Je récupèrerai mon héritage et elle n’aura pas à m’entretenir.

Je m’approche d’elle, le regard brûlant de conviction.

« Juliet. Je t’aime. »




Revenir en haut Aller en bas
 

Témoin indésirable [Keith]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Manoir des Délices :: Epilogue :: Archives RP-