si vous rencontrez un pb à l'inscription, rdv sur facebook Manoir des Délices pour le signaler
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ce soir ou demain, quelle importance [PV Agnès Bourdon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ninon Saint Georges

avatar

Messages : 230
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Ce soir ou demain, quelle importance [PV Agnès Bourdon]   Dim 23 Déc - 14:51

Etre partout et nulle part à la fois, connaître chaque recoin et n'avoir aucun lieu à soi. Rester des heures à espérer ne voir venir personne, et devoir finalement aller soi même chercher le client.

J'aurais voulu seulement une fois crier à l'injustice, une fois me tenir debout devant ma tante Amélia et lui tenir tête, le regard défiant son autorité. Je n'ai jamais osé, je sais que je ne le ferai jamais.

Il est l'heure de se préparer, encore une après-midi qui s'est étirée dans l'attente de ce moment qui m'est devenu insupportable. Bientôt il faudra descendre, retrouver les clients et leurs exigences, les laisser faire et ne pas se plaindre. J'ai un toit sur la tête, le couvert assuré, aucun soucis d'argent puisque je n'en ai pas, et même si je suis battue, même si c'est dur certains soirs de se glisser dans mon lit, le corps brisé et l'esprit vide, même si tout cela me dépasse, je suis en vie, simplement en vie.

Et aujourd'hui j'ai simplement envie de ne penser qu'à ça, à la vie qui coule dans mes veines, qui me donne le droit d'exister même si certains, certaines m'aimeraient morte. Morte, voilà une pensée qui ne m'était pas venue, Amélia souhaite t-elle ma mort ? Je ne crois pas finalement à bien y réfléchir. Sinon cela ferait déjà longtemps que je serai rayée de la carte. Non, sa vengeance, ses desseins, ils sont bien pires que le meurtre, elle veut me garder en vie et faire de chaque instant une souffrance, me dominer, et me regarder tenue plus bas que terre, ramper au sol, anéantie mais encore vivante.

Alors oui Amélia je te le dis, je suis en vie, encore en vie !

Mon cri n'est entendu par personne, dans ce grenier où je me suis réfugiée, je ne crains pas de crier haut et fort. Si l'on m'entend ce seront les domestiques, cela leur donnera le prétexte d'aller le répéter aux Boldwin et d'avoir un pourboire pour cette trahison. Tout cela se finirait comment ? Par une nouvelle atrocité, une nouvelle humiliation, comme si le couple Boldwin avait besoin de prétextes pour me faire du mal.

Mais là mes poumons, mon coeur, sont trop chargés, ont trop besoin d'évacuer toute cette misère qui me contraint à rester là, sans voir aucun horizon. Les autres apprenties, elles ont au moins l'espoir soit de pouvoir s'enfuir, soit de monter en grade, de devenir un jour délicieuse. Moi mon espoir, il est anéanti, comme toutes mes pensées.

Alors maintenant, j'ai besoin de sortir tout ce qui fait mal en moi, toute cette souffrance enfermée nuit après jour. J'aimerai crier plus fort, que la terre entière entende ma souffrance et non pas seulement quelques domestiques qui ne feront que rire de ma détresse.

J'ai besoin d'amour, de tendresse, d'être une femme, une enfant, une chienne qu'importe, un être qu'on aime. Pouvoir voir enfin dans le regard de l'autre une lueur qui ne trompe pas, une attention, un geste, une parole.

Dawn, je pense à toi, toi qui est ma seule amie ici, je ne t'ai jamais remercié de tout ce que tu es pour moi. Sais tu seulement ce que tu représentes...

Il est l'heure, inutile de s'apitoyer plus longtemps sur mon sort, il est l'heure de descendre ces escaliers, de parcourir le chemin que je connais par coeur, même aveugle je retrouverai encore le moyen d'atteindre le salon d'apparat !

Je suis arrivée trop vite, déjà je vois la porte de la salle, déjà j'entends les rires et les mots grivois. J'ai envie de me boucher les oreilles, de fuir en sens inverse, de courir me réfugier dans le dortoir et d'y rester jusqu'à ce qu'on vienne m'y chercher. A quoi bon, il ne faudrait pas longtemps pour que je revienne tirée par les cheveux, humiliée avant même d'avoir commencée.


Je m'arrête quelques instants, comme pour reprendre mon souffle, surtout pour me vider de mes pensées. Je ne rentrerai que lorsque je serai prête, prête à affronter tout ce vice qui me déplait.

Dans la salle je ne suis pas seule et des clients sont déjà arrivés, je suis la dernière à me présenter je traine toujours des pieds sur le trajet, j'y vais à contrecoeur. Pas de mimiques, pas de sourire, pas de regard alangui, juste une envie d'être ailleurs tout en sachant que si aucun client ne vient me voir ce soir, demain matin sera pour moi l'heure de ma punition.

Alors je les regarde l'air de rien, me demandant si mon supplice aura lieu ce soir ou s'il attendra patiemment demain matin.

Je me suis assise un peu à l'écart mais est-il véritablement possible de s'isoler dans ce salon qui n'est rien d'autre qu'une salle d'exhibition, la vitrine d'un grand magasin où l'on reluque l'objet de ses désirs en se demandant si l'on pourra se l'offrir. Je les regarde toutes ces femmes qui se pavanent, attirent le regard, cherchent à plaire pour un peu d'argent. Je les connais toutes mais je n'arrive pas à m'identifier à elles, elles n'ont plus d'ailleurs ne me comprennent pas.

Je cherche Dawn du regard, elle ne semble pas là. Est-elle déjà partie enlevée par un client, ou est-elle comme moi si pressée d'en finir qu'elle recule le moment de commencer.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Agnès Bourdon Langlois
Chocolatière
avatar

Messages : 436
Date d'inscription : 28/01/2012
Age : 36
Localisation : Dans ma boutique

MessageSujet: Re: Ce soir ou demain, quelle importance [PV Agnès Bourdon]   Jeu 3 Jan - 13:02

Les affaires marchaient fort bien. La chocolatière en était ravie. Le palais faisait de plus en plus appel à elle et le contrat avec le manoir tenue par les Boldwin était en passe d'être finalisé. Lady Boldwin l'avait contacté afin de mettre un contrat définitif en place. De plus des affaires qui allaient bon train, sa vie privée n'était pas en reste.

Depuis sa rencontre avec le docteur Langlois, sa vie avait changé. Elle était heureuse et prenait plaisir à faire ses "siestes" de l'après-midi. Elle ne dormait pas vraiment, elle se reposait simplement comme Timéo le lui avait demandé. Il n'était pas rare alors que son esprit vagabonde jusqu'au médecin si charmant. Elle sentait bien qu'entre eux quelque chose était possible mais il était encore un peu tôt. Mais elle était impatiente de le revoir, de discuter avec lui, de rire avec lui. Mais elle se sentait timide et même maladroite. C'était la première fois de sa vie qu'un homme la troublait à ce point. Peut-être allait-elle connaître l'amour finalement. Elle l'espérait fortement en tout cas.

Ce soir, elle se rendait au manoir afin de présenter ses dernières œuvres. Oui, œuvre car elle considérait la chocolaterie comme un art à part entière. Surtout qu'elle avait beaucoup travailler pour parvenir à un résultat parfait à la fois sur le plan gustatif que le sur le plan visuel. Vêtue d'une tenue bleu roi et d'une cape de velours assortie, elle se rendit au manoir. Après une bonne heure de discussion avec lady Boldwin et la présentation de ses douceurs, le contrat fut conclu. Amélia insista pour que miss chocolat aille faire un tour dans le salon. La tenancière des lieux souhaitait que la demoiselle prenne un peu de temps. Difficile de refuser face à une telle cliente. Agnès pensait que son homologue pouvait mal le prendre et c'était mauvais pour les affaires que de se mettre de travers avec une cliente qui allait débourser une petite fortune pour obtenir ses douceurs.

Délaissant sa cape, Agnès se rendit donc dans le salon principal où bon nombre de personnes se trouvaient déjà, habitants du manoir ou clients. Ces derniers étaient d'ailleurs, pour bon nombre, clients de la chocolatière. Quelques jeunes femmes vinrent la saluer et la remercier pour ses chocolats. Il était vrai qu'elle avait fait don de quelques boites de chocolats pour les travailleuses et travailleurs du lieu. Un peu de douceur dans un monde de brutes. Après tout, pourquoi seuls les clients auraient le droit d'en profiter ? Elle échangea quelques mots avec les filles avant de jeter un nouveau coup d’œil dans les lieux. Elle ne se sentait pas du tout à l'aise mais n'en laissait rien voir. Agnès cherchait une idée pour décliner l'invitation de lady Boldwin sans pour autant la froisser. N'ayant jamais été avec un homme, elle ne tenait pas forcément à perdre sa virginité en ces lieux. Elle n'avait pas idée qu'on puisse connaître des plaisirs de la chair sans pour autant perdre sa virginité.

Le regard vairon finit par se poser sur une demoiselle en retrait des autres. visiblement, une hôtesse du manoir mais, à son comportement, qui ne semblait guère encline à trouver preneur. Là où toutes les autres se pavanent, elle semble se ramasser sur elle-même. Agnès avait ouïe dire que certaines filles n'étaient nullement consentantes en un tel lieu. Elle n'y pouvait pas grand chose? Malgré tout une idée germa dans son esprit. Une idée qui pourrait servir autant à elle qu'à la jeune fille si peu décidée. Elle se dirigea vers elle d'un pas affirmé et lui adressa un sourire amical.


"Bonsoir mademoiselle. Êtes-vous libre pour la nuit ou avez-vous déjà quelqu'un ?"

Au mois miss chocolat ne tournait pas autour du pot. Elle n'était pas là pour faire des minauderies surtout que son idée était désormais arrêtée. Pourquoi perdre du temps inutilement ? Elle se doutait de la réponse mais laissait le choix à la jeune fille de venir avec elle ou de trouver une ou un autre client.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Ninon Saint Georges

avatar

Messages : 230
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Ce soir ou demain, quelle importance [PV Agnès Bourdon]   Dim 6 Jan - 14:25

Cette ambiance ne me convient pas. Je n'arrive pas à me faire à l'idée que toutes ses femmes cherchent l'homme qui paiera pour passer la nuit avec elles. Où est l'amour ? Où est la tendresse ? Ce n'est que du business. Je regarde leur manège, je n'ai de toute façon rien d'autres à faire. Elles sont assises sur les sofas, dans une position que même seule je ne m'autorise pas. Mon éducation m'a appris à me tenir bien droite sur mon siège et non alanguie, voire avachie. Et puis, leurs robes, que dire de ces robes qui ne cachent rien. Comment peuvent-elle s'offrir ainsi ?

C'est vrai que leur charme est indéniable, leur gorge pleine donne envie de les embrasser, leurs chaires étalées de les caresser. Elles rient bruyamment, tout cela pour attirer le regard au cas où l'on regarderait autre chose que ce qu'elles offrent à tous les yeux. Les hommes ne s'y trompent pas, à peine rentrés dans la pièce, ils ont déjà posé leur choix, attirés par une cuisse dévoilée, et s'il mettent trop longtemps à se déterminer ce sont elles qui prennent les devants et se jettent sur leur proie comme des charognards affamés.

Les mignons sont plus discrets, ils attendent, jouant de regard, essayant de savoir si l'homme qui vient d'entrer cherche femme ou bien s'il est pour eux. Quelquefois ce sont des femmes qui rentrent et là le silence se fait dans la salle. Tous les regards se posent sur elles, les mignons espèrent, les filles aussi, il est tellement rare d'en voir une franchir le pas de la porte. Oh ! Je ne dis pas qu'il n'y en a pas qui payent pour s'offrir un moment de plaisir, je dis seulement qu'elles sont plus rares à venir choisir directement en ce lieu. Souvent elles sont plus discrètes, ont commandé au préalable et vont directement dans la chambre qu'elles ont louée avec un objet à l'intérieur, car homme ou femme, nous sommes tous ici que des objets.

Cette femme qui vient de rentrer, elle est différente, tout le monde la connait, moi aussi je l'ai déjà vu, mais pas ici, oh non jamais elle n'est rentrée ici. Dans sa façon de regarder partout, de sourire aux filles qui la reconnaissent je sens qu'elle n'est pas à l'aise. Je me demande si elle a envie aujourd'hui de passer le pas, mais que fait-elle donc ? La voilà qui se dirige vers moi, la voilà qui me sourit déjà, je l'entends me proposer de monter, passer la nuit avec elle.

Moi, bien sûr, je suis d'accord. Le pire ivrogne se serait présenté à sa place, je lui aurai tenu le même discours, je le connais par coeur ce discours qui dit oui, oui à tout, oui pour tout. Même si les mots sont les mêmes, je les prononce différemment cette fois ci, jamais une personne de cette classe n'a souhaité me voir la suivre. Elle est belle, distinguée, je sais qu'elle ne me fera pas mal. Son regard, son sourire, tout m'attire, j'ai pour une fois envie de suivre.

Je me lève de mon siège, là encore l'éducation qui revient au grand galop.

- Non madame, je n'ai encore personne. C'est avec joie que je vous suivrai et passerai la nuit avec vous

Dans la pièce, les rires et les gloussements ont cessé. Je porte mon regard autour de nous, tous nous observent, stupéfaits. Moi dans ma robe dont la trame usée n'a rien d'affriolant, la fille que l'on prend et l'on rejette, devant cette dame si bien habillée, il y a en effet de quoi cesser de rire. Cela m'est égal tout ce qu'ils pensent, cela fait longtemps que leur regard moqueur ne me touche plus, mais c'est à cette femme que je pense et j'ai honte de lui imposer ce moment qui est pour moi si beau.

Timidement je lui prend la main et je nous fais sortir, être seules enfin, seule avec elle. Je souris.

Je la dirige vers le premier, dans une des chambres allouée, je garde ma main dans la sienne, elle est si douce, me revoilà tenant la main à ma mère. C'est elle qui me guide, elle qui me donne envie de monter ces escaliers, et d'espérer une nuit dans sa douceur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Agnès Bourdon Langlois
Chocolatière
avatar

Messages : 436
Date d'inscription : 28/01/2012
Age : 36
Localisation : Dans ma boutique

MessageSujet: Re: Ce soir ou demain, quelle importance [PV Agnès Bourdon]   Ven 18 Jan - 16:23

La fille semble intimidée. Cela intrigue la chocolatière. Elle devait vraiment faire parti de celles qui n'ont guère le choix. Elle avait vu juste. Cette malheureuse jeune femme devait en voir de toutes les couleurs et surtout les pires. Si elle pouvait lui offrir une nuit de tranquillité, autant la lui accorder. Personne ne saurait la vérité si la fille gardait le silence. Agnès l'espérait. Elle lui sourit, se voulant rassurante.

La main de la jeune femme se glissa dans la sienne et la guida hors du lieu. La demoiselle s'était rendue compte du silence environnant mais elle n'avait cure de ce que l'on pouvait en dire. Elle en avait vu d'autre. Elle qui s'était faite seule, sans personne, elle en avait eu des insultes et des commentaires désobligeants. Alors ce n'était pas aujourd'hui, alors qu'elle était en pleine ascension, au sommet de sa gloire et de son art, qu'elle allait s'en laisser compter.

Elles sortirent de la pièce et Agnès suivit sa compagne au travers des escaliers. Hormis le bureau de lady Boldwin et le hall d'entrée, elle ne connaissait nullement les lieux. L’escalier tout comme les couloirs étaient magnifiques et décorés avec goût. La demoiselle l'entraîna vers l'une des chambres et y entra à sa suite.


La suite ici : http://manoir-des-delices.forumsactifs.com/t897-ce-soir-ou-demain-quelle-importance-suite-pv-ninon-st-georges#18458

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ce soir ou demain, quelle importance [PV Agnès Bourdon]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ce soir ou demain, quelle importance [PV Agnès Bourdon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Manoir des Délices :: Epilogue :: Archives RP-