si vous rencontrez un pb à l'inscription, rdv sur facebook Manoir des Délices pour le signaler
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une nouvelle page se tourne. || Pv Juliet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Une nouvelle page se tourne. || Pv Juliet   Mer 28 Nov - 13:52

    Assis sur un muret donnant vue au large d'un étendue lac, le saltimbanque dit au-revoir à son passé. Un écu entre les doigts, il s'amuse à le faire disparaitre tout en pensant à ses souvenirs de jeunesse. Un sourire au coin des lèvres, il se remémore toutes ses victoires, du premier herbivore abattu aux vols de bijoux se retrouvant dans ses poches. Derrière lui, la populace s'active, les rues sont blindées de voitures et charrettes, les portes des habitations s'entre-ouvrent et les jeunes enfants jouent. Le silence disparait peu à peu, et les oiseaux des environs se mettent à chanter plus fort. Une nouvelle journée débute, et l'homme pensif descendit du petit mur en dépoussiérant le peu de terre sur le bas de ses vêtements en marchant droit devant lui. Il passe devant un arbre fruitier en décrochant d'une branche une de ces délicieuses créations. L'homme le saisit de pleine main, l'analyse puis plante ses dents dans le fruit vert en prenant soin d'aspirer tout le jus qui en découle. Ce bien savoureux lui remplit l'estomac qui était affamé depuis hier soir. Tout en mangeant le reste de sa pomme, il accélère le pas, en direction du grand manoir ou les volets laissent places à la lumière du matin. C'est un pas décidé que l'adulte s’oriente vers les premières domestiques chargées d'ouvrir les portes de la propriété. Lorsqu'il arrive à leurs hauteurs, l'homme détourne leurs regards et jette le trognon qu'il avait gardé dans sa bouche vers le caniveau, puis entre sans se soucier des employées qui le regardent avec leurs plus grands sourires et leurs bonjours de courtoisie. L'ancien bandit regarde de gauche à droite les diverses filles défilant dans les couloirs déjà prêtes à offrir leurs corps. La tête penchée sur le côté, le client observe méticuleusement une de ses anciennes captures monter les marches d'un escalier amenant aux chambres d'une démarche aimante. Même si l'envie y est, le pauvre malheureux n'a plus assez pour aller la suivre. C'est une longe inspiration expiration, que l'homme revient doucement à la triste réalité.

    << Monsieur Blay, que puis-je faire pour vous en ce merveilleux jour ? >> Fit une voix douce et accueillante.

    << J'aimerai parlementer auprès de vos supérieurs au sujet d'un entretien d'embauche, si cela peut-être possible ? >> Répliqua Maxwell à la gouvernante.

    << Certainement Monsieur, je vais devoir vous faire patienter quelques instants, prenez place dans la salle d'attente je vous prie. >> Répondit Madame Hooper après s'être rassurée qu'un de ses meilleurs clients s'installe avant de partir en direction des bureaux des Boldwing.

    L'homme sortit de l'intérieur de son manteau un carnet neuf mais déjà rempli de petites informations. Il patienta devant l'absence de la jeune dame en lisant les points positives et les aspects négatifs sur les capacités des dernières filles de joies utilisées à savoir si elles méritaient ou non d'y dépenser ses prochaines économies. Prenant son stylo, il raya quelques noms, puis réfléchit à ses plus belles expériences, même si les délicieuses lui étaient hors de prix à présent, il ne pouvait se séparer des meilleurs. Après quelques ratures, une main chaude se glissa sous le manteau de l'homme. Ce dernier posa ses affaires et leva la tête en arrière pour croiser du regard le responsable. C'était une de ses belles afro-américaine qu'il avait eu la chance de déguster toute une soirée. D'une voix féline, réceptionné de par son oreille droite, elle l'invitait à un nouveau plaisir gourmand que Maxwell eut beaucoup de mal à dire non. Il posa ses mains sur les bras de la panthère en les caressant de haut en bas en se pinçant la lèvre inférieur. Il lui murmura quelques mots, puis tenta une embrassade d'excuse qu'elle accepta puis retira ses mains des pectoraux du client, pour aller en accueillir un autre. Maxwell resta la tête en arrière, reposé sur le haut du canapé à regarder le plafond, et rêver à ce qui aurait pu se passer.

    << Monsieur ? Madame et Monsieur Boldwin ne pourrons malencontreusement ne pas vous recevoir, pour cause de nouvelles recrues, mais veuillez me suivre, je vais vous conduire à Juliet Abbott, une personne de toute confiance. >> Annonça la gouvernante.

    L'homme se leva de son siège, rangea son carnet et son stylo à leurs places, puis suivit la dame silencieusement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une nouvelle page se tourne. || Pv Juliet   Mer 5 Déc - 10:21

Tout, au Manoir, semblait me rappeler mon ancienne vie. L’existence y était confortable, luxueuse, affairée. Je n’avais rien perdu en me déplaçant jusqu’à Paris, au contraire : j’avais même retrouvé mon amie d’enfance, la seule qui comptait vraiment. Alors je faisais tout pour l’aider. Mon rôle était d’être son bras droit, d’être présente là où elle ne pouvait l’être, et je m’en acquittais bien, accueillant parfois des clients, m’enquérant de leur degré de satisfaction, faisant connaissance avec les filles, les mignons et les domestiques aux yeux de qui j’occupais désormais la seconde place après le couple Boldwin. Comme avec mon équipe de domestiques en Angleterre, je comptais les diriger par la proximité, non par la peur. J’étais persuadée depuis mon enfance que les domestiques nous étaient indispensables, à nous, riches familles, et qu’il fallait s’attirer leurs bonnes grâces pour en obtenir le meilleur service. Mais je constatais aussi que le couple avait une réputation à tenir, et qu’ils constituaient un dossier poussé sur chacune des personnes qui travaillait pour eux. Amélia m’avait laissé l’accès à son bureau afin que je puisse disposer de tous les renseignements sur toutes les âmes qui vivaient et évoluaient là. Cela pourrait paraître indiscret, si je m’en servais autrement que pour approfondir ma connaissance des gens. Et pour prendre exemple, de manière à constituer moi-même un premier dossier, mener un premier entretien. Sur le conseil d’Amélia, madame Hooper était venue directement me retrouver dans le bureau pour m’annoncer qu’un homme, un ancien client du nom de Maxwell Blay, était en bas en attente d’un entretien d’embauche.

« Très bien. Je le recevrais ici, vous pouvez le faire monter », répondis-je, en regroupant instantanément les feuillets éparpillés autour de moi. Ils concernaient une ribaude, une certaine Bérénice de Millet qui avait causé du tort à ses patrons et, pour cela, avait été punie. Elle était à présent de retour au Manoir sous une étroite surveillance. Je ne savais qu’en penser.

Une fois le bureau dégagé, je me dirigeai vers la fenêtre. Posant une main sur le mur, je soupirai. Il était clair que certaines filles travaillaient ici contre leur gré, au vu de leurs origines, ou du récit des rabatteurs les ayant trouvées. Certaines étaient même mortes, mais toutes ces affaires ne devaient en aucun cas s’ébruiter, au risque de faire sombrer l’affaire prospère de mes amis. La maison-close la plus réputée de Paris avait aussi ses secrets et ses fantômes. Même les plus riches n’étaient épargnés.

Deux coups contre la porte fermée. Mon regard chercha celui de mon reflet dans le miroir suspendu au-dessus de la cheminée. Il examina rapidement l’aspect général de l’autre Juliet, sa coiffure relevée, plus particulièrement. Dans un tel établissement, Amélia m’avait confié que tout devait être parfait, à commencer par les personnes qui le géraient.


« Entrez ! »

Mes mains lissèrent d’un geste sec ma robe verte, avant que l’une d’elles ne se tende vers le nouvel arrivant alors que je me dirigeais vers lui, un sourire aimable accroché aux lèvres.

« Ravie de vous rencontrer, monsieur Blay. Je suis Juliet Abbott, associée d’Amélia Boldwin. Madame Hooper m’a informée de la raison de votre visite. Installez-vous, je vous en prie », l’invitais-je à entrer en lui désignant un fauteuil tandis que la gouvernante refermait la porte, nous laissant seuls.
Revenir en haut Aller en bas
 

Une nouvelle page se tourne. || Pv Juliet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Manoir des Délices :: Epilogue :: Archives RP-