si vous rencontrez un pb à l'inscription, rdv sur facebook Manoir des Délices pour le signaler
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un homme ce soir ? [PV Marc]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Un homme ce soir ? [PV Marc]   Mer 7 Nov - 10:55

J'avançais à pas rapide vers le manoir, passablement énervé. Et oui, il y avait des jours comme ça où tout va de travers ou, en tout cas, rien de terrible ne vous arrive. Pour une fois, c'était mon cas. D'habitude, je passais plutôt d'agréables journées si on met de côté les messes que je dois dire et les ouailles particulièrement soporifiques que je voyais en confession. Les messes et autres neuvaines étaient devenues si routinières que j'avais l'impression de répéter à peu près toujours le même discours avec les mêmes gens en face de moi qui croyait en mon baratin et espérait bien le ciel après avoir pêché sur terre. Rien n'interdisait d'espérer mais quand même. Certes je profitais bien de la vie mais je ne me voilais guère la face et savait que je le payerai bien un jour. Mais le moment n'était pas encore venu. Tant que Dieu me prêtait vie autant en profiter. Déjà que ma vie n'était pas celle qu'elle aurait du être, je pouvais bien profiter un peu de ce que j'aurai du avoir à chaque heure du jour et de la nuit.

Mais donc je parlais d'une journée exécrable. En plus des messes et tout le blabla habituel, j'avais du assister à un discours du cardinal qui avait duré pas loin de trois heures. Un vrai calvaire. J'avais presque fini par m'endormir. Le discours était des plus assommants et en plus portait sur le sujet que je détestais, le sexe. Non ce n'était pas vrai, c'était mon sujet favori mais avec les personnes adéquates. Là, m'entendre rabâché, avec d'autres, que les plaisirs de la chair menaient à la perdition, j'en avais soupé. En plus de cela, ceux qui vinrent à confesses n'étaient que des personnes âgées, des hommes ou des femmes d'un certain âge persuadées d'être encore désirable alors que c'était loin d'être le cas. Je dus écouter leur jérémiades durant encore trois bonnes heures et finir à chaque fois par une pénitence et une absolution. Je les donnais à la chaîne aujourd'hui. D'habitude je modérais mes propos mais je n'avais pas eu le plaisir d'avoir une seule jolie personne à venir me voir. Aucun moyen de m'amuser depuis la veille et me connaissant, la veille c'était loin et ça faisait long.

Dépité et donc énervé, je m'en allais chez les Boldwin. Là au moins je trouverais quelques réconforts. Je n'avais pas envie de jouer vu ma journée. J'avais juste envie de prendre du plaisir et pas me débattre dix ans avec une jouvencelle. Une des filles du manoir serait très bien, voir deux d'ailleurs. Je n'étais pas avare en argent, les filles le savaient bien. Je n'hésitais pas parfois à laisser deux fois la somme requise si la fille avait été douée. Et oui, autant se faire bien voir et l'argent ouvrait bien des portes et des vêtements.

Je gravissais les marches du manoir et toquait à la porte. Madame Hooper m'ouvrit et, me reconnaissant, me laissa passer. Je la gratifiais d'un sourire rapide avant de passer dans le hall et d'ôter mon manteau. En soutane, comme à mon habitude, je pénétrais la salle où les filles attendaient. Ce n'était guère une surprise pour elles de voir un prêtre ici, enfin surtout moi. Pour les clients non plus à moins qu'ils ne soient nouveau mais aucun n'iraient raconter qu'il m'avait vu en ces lieux. Cela reviendrait à avouer s'y trouver aussi. Je m'avançais, jetais un coup d'œil circulaire et vint me poser sur un fauteuil, attrapant au passage un verre de vin. Celui des Boldwin était un vrai bonheur. Sans comparaison avec le piteux vin de messe que je devais ingurgiter. J'observais les demoiselles, faisant mon choix. Elles étaient toutes belles mais j'avais mes préférences comme chaque homme en ce monde. Je mettais d'emblée les mignons de côté. Je ne m'étais jamais intéressé aux hommes... du moins jusqu'à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un homme ce soir ? [PV Marc]   Mer 7 Nov - 12:14

    Les matins ont toujours étés difficiles pour Marc. Que ce soit dans l’enceinte même du manoir ou à l’extérieur, il lui avait toujours fallu plus de temps que les autres pour se lever. Avouons le, son rythme de vie n’était pas non plus des plus favorables. Il allait se coucher tous les jours aux aurores, l’esprit imbibé de vins et d’autres spiritueux, le ventre parfois à jeun ou l’esprit encore soumis à d’autres substances bien moins communes à son organisme, mais comme le dit si bien la règle d’or dans ce métier : « Le Client est roi » Et ce, même si c’est une cliente.
    Comme à son habitude, il resta donc trainer au lit encore quelques bonnes heures. Il avait l’habitude de rater le petit-déjeuner. Lorsqu’il réussissait enfin à ouvrir ses yeux, les autres mignons étaient déjà sortis de la chambre et ce, probablement, depuis longtemps. Marc s’en fichait complètement à vrai dire. Il n’entretenait pas d’excellentes relations avec ces garçons. Il fallait dire la vérité, ils étaient des rivaux. Plus ils étaient beaux, plus ils gagnaient d’argent et Marc était loin d’être le plus séduisant des mignons. Ses cheveux blonds et son visage lisse aux traits si fins le rendait presque enfantin, un vrai petit ange et il fallait l’avouer, les clients qui passaient les portes du manoir ne venaient jamais pour voir des Saints leurs proposer de leurs rendre service.

    Le soleil de midi perçait à travers les rideaux et les ouvrir fut un réel exploit. La lumière lui brûla les yeux un long moment. Il avança presque a tâtons vers le lavabo de la chambre et resta figé devant l’horreur que lui présentait le miroir. Les yeux rouges, de lourds cernes, les lèvres rongées, leurs contours étaient d’un rouge vif et ses cheveux étaient tout aussi rebelles que son caractère. Marc inspira profondément et commença à travailler sur ce chantier. Il ne lui restait que peu de temps avant le repas de midi et il ne pouvait pas se permettre de le rater, il en dépendait de sa survie pour le reste de la journée. Le côté positif de côtoyer ses dames à longueur de journée, à part d’être sujet à de délicieuses visions qu’aucuns autres hommes sur Terre ne pourrait voir, était les excellents conseils qu’elles pouvaient donner pour atténuer le massacre du réveil sur votre visage. Une dizaine de minutes plus tard, Marc était prêt. Il descendit prendre son repas avec les autres résidents. Il s’assit comme à son habitude à la table des mignons sans même adresser un mot à ses partenaires. Ils devaient probablement être entrain de parler de lui, une fois encore, car lorsqu’il prit place, le silence total tomba sur la table et reprit lorsqu’il partit, l’estomac plein.

    Il passa le reste de la journée à attendre impatiemment la tombée du jour que sa vraie journée puisse commencer. La plupart des employés qui étaient ici étaient souvent de jeunes femmes ou hommes qui étaient tombées dans ce manoir par pure malchance. C’était souvent de vraies chutes sociales et ils ne manquaient jamais un seul instant pour se plaindre qu’ils étaient tous et toutes en enfer ici et qu’un jour un riche client allait venir les chercher pour les aimer loin de ce manoir. Marc ne faisait pas partis de ces gens-là. Il était entré dans ce manoir de son propre chef, même si maintenant il y était retenu contre son gré, mais il avait toujours adoré cet endroit, lorsqu’il était encore client et maintenant qu’il y travaillait, il ne voyait pas de quoi ils avaient à se plaindre. Ils étaient payés pour prendre leur pied. Marc était persuadé de faire le plus beau métier du monde. Le soir était maintenant tombé. Il se prépara encore une fois pour être parfait aux yeux des clients. Son temps de préparation était bien moins long que celui des filles, déjà rien qu’au niveau vestimentaires ils avaient bien moins de froufrous à mettre.
    Lorsqu’il sortit enfin de sa chambre pour rejoindre le salon d’accueil, il entendit la même rengaine chez les filles qui passaient à côtés :

      «Ca y est, je suis encore en retard ! »
      « T’aurais pas vu mon ruban ? »
      « Il m’a promit de revenir ce soir, personne ne veut le prendre pour moi, il me dégoute ! »


    Marc lâcha un sourire et souhaita bonne chance à quelques filles avec qui il entretenait de bonnes relations.
    Dans le salon, quelques clients étaient déjà arrivés. Certaines filles étaient déjà passées à l’attaque, pas l’ombre d’un mignon en revanche. En revanche, il y avait une chose bien plus cocasse qu’il n’avait encore jamais vu auparavant. Là, assis confortablement dans un fauteuil, un prêtre tenait dans sa main un verre remplis du sang du Christ. Marc ne put s’empêcher de lâcher un rire discret. Un homme d’église en ces lieux ? En voilà une belle surprise. Marc n’avait jamais été quelqu’un de croyant, bien au contraire, mais faire tomber toutes les morales possibles au seul nom du Plaisir était une mission qu’il ne pouvait se refuser. Il s’avança alors vers ce prêtre qui semblait n’avoir d’yeux que pour ces dames, mais Marc savait qu’il allait pouvoir le faire changer d’avis, déjà, s’il se trouvait en ces lieux c’est bien qu’il n’était pas aussi pieux qu’il voulait en avoir l’air. Son seul Dieu devait répondre au nom de Jouissance et ça, il pouvait le lui procurer.
    Marc s’approcha donc de l’homme d’église et lança :

      « C’est bien étrange de trouver un homme de vertu en si bas lieu, mais étant donné que cela ne semble déranger personne, vous ne devez pas être nouveau. Moi je le suis, mais ça ne veut pas dire que je suis dénué d’expérience… J’ai énormément de pêchers à confesser… »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un homme ce soir ? [PV Marc]   Mer 7 Nov - 16:44

Je levais les yeux vers celui qui venait de me parler. Un mignon sans nul doute possible. Je restais dubitatif. C'était la première fois que l'un d'entre eux venaient me voir mais en même temps, mon regard se posait toujours sur ses dames. Ils en avaient déduit que je préférais les femmes. Ce qui n'était pas faux. Au contraire de bien mes confrères, l'homosexualité ne me dérangeait pas que cela soit entre femmes ou entre hommes. Chacun ses goûts et j'étais large d'esprit. Moi, je dois dire que je ne m'étais jamais vraiment posé la question. Je suis toujours allé dans la logique des choses. J'avais toujours vu mon père avec des femmes, j'avais fait pareil. Les années passant, j'avais continuer. L'occasion ne s'était jamais présentée de coucher avec un homme jusqu'à ce soir. Mais je restais quand même un peu sur la défensive sans forcément le montrer pour autant.

« Effectivement, je suis un habitué des lieux. J'œuvre pour le manoir dans la chapelle pour les ouailles qui viennent en ces lieux comme pour ceux habitants au manoir. Et il m'arrive de pêcher moi-même mais vous vous en doutez bien j'imagine. »

Inutile de mentir. D'abord parce que c'était très mal et que dieu n'aimait pas. Et puis surtout parce que ça ne servait à rien vu ma présence en ces lieux. Autant mettre les points sur les « i ». Je n'étais pas un saint et je l'assumais bien volontiers. Je détaillais cependant le nouveau venu. Il n'était pas laid, bien fait de sa personne même s'il faisait un peu jeune je trouvais.

« J'avoue ne pas faire spécialement attention aux mignons en ce lieu. Ne m'en voulez pas. J'ai plutôt tendance à jouer avec les demoiselles comme Dieu le souhaite, mon fils. »

Oh que c'était facile de mettre dieu à toutes les sauces. J'adorais mon travail certaines fois. Je finissais par tellement jouer le prêtre que j'arrivais plus à me détacher du personnage. Même quand je prenais du bon temps avec des ribaudes, je disais toujours « ma fille ». Bon des fois, j'admets, je passais carrément à l'opposé à dire des noms que je m'abstiendrais de répéter en dehors de la scène d'action. Le côté prêtre prenant du bon temps avait un petit côté pervers relativement excitant pour la personne que j'étais. Par conséquent, pourquoi se priver après tout. Autant se faire plaisir jusqu'au bout.

« Je ne sais pour votre expérience mais j'imagine qu'Amélia et Adrian ne recruteraient pas n'importe qui. Je suis toujours prêt à écouter les enfants du seigneur en confession mais pourquoi vous plutôt qu'une de vos consœurs ? Je connais l'expérience de plusieurs d'entre elles. Pourquoi vous tenter vous et qui plus est un homme, mon fils ? »

Je lui laissais une chance. Après tout, il fallait tout tenter dans la vie et le fait qu'il est eu le courage de m'aborder, moi, un homme de Dieu, méritait un petit effort de ma part. C'était à lui de jouer à présent. Qu'il me donne donc envie de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un homme ce soir ? [PV Marc]   Jeu 8 Nov - 2:11

    Marc se trouvait maintenant bien plus proche du Prêtre. Il n’avait jamais été aussi proche d’un homme saint. Ce genre de personnes l’avait toujours fait fuir. A vrai dire, il n’avait rien contre les hommes d’église eux-mêmes, mais il avait une dent contre l’idée qu’ils véhiculaient. Sous leurs airs de grands pieux qui prêchaient la bonne parole et l’amour de son prochain dans le monde entier se cachait que trop souvent des démons bien plus grands. Son institutrice, par exemple, une femme prude au possible, était loin d’aimer chaque personne de son entourage alors qu’elle osait clamer haut et fort devant sa classe « Aime ton prochain ! ». Marc, qui a toujours été plus ouvert d’esprit que n’importe lequel de ses camarades, avait toujours refusé de se laisser dicter sa morale par une personne, soi-disant divine, qu’il n’avait jamais rencontré de surcroit, mais le Prêtre auquel il avait à faire, ne semblait pas être de cet ordre là. Déjà le trouver en ces lieux était une preuve d’ouverture d’esprit. Si un Prêtre osait franchir ces portes, ça aurait probablement été pour jeter son flacon d’eau bénite sur la première « femme de Satan » qui oserait s’approcher de lui d’un peu trop près. Jamais il n’aurait pris place dans un fauteuil avec un verre de vin à poser ses yeux sur certaines parties du corps féminins qu’il lui était impossible de proférer tant que le Prêtre portait sa toge…
    Il ne tarda donc pas à confirmer ses dires en avouant être un accoutumé des lieux. Il semblerait même qu’il vive dans l’établissement. Marc n’avait jamais entendu parlé d’un tel lieu dans cette propriété. Il n’avait jamais réellement écouté ce qu’on lui disait, mais surtout, il n’en voyait pas l’utilité. Selon le livre saint, toutes les âmes ici étaient définitivement perdues. Ce n’était pas des « Marie pleine de grâce » qui allaient les sauver, mais il comprit rapidement que peu de femme allaient lui rendre visite pour réellement obtenir l’absolution. Marc ne put s’empêcher de lâcher un léger rire doux et mélodieux, mais qui montrait bel et bien qu’il était loin d’être sot.
    Il se permit alors de s’asseoir sur l’accoudoir du fauteuil pour avoir une conversation presque privée avec le Prêtre, mais à peine avait-il put s’arrêter de rire que l’homme d’église lui donna une nouvelle raison de sourire.

      « Comme Dieu le souhaite ? Votre seigneur serait-il réellement ravi de vous voir en pareil lieu et en pareille compagnie ? La femme est considérée comme impie n’est-ce pas ? N’auriez-vous donc pas meilleur temps de vous retrouver en compagnie masculine ? »


    Marc n’avait pas dit ça sur le ton de la moquerie, ni de la provocation. Il ne se serait jamais permis d’insulter de la sorte un client, mais il avait suffisamment étudié le livre Saint dans son enfance pour en parler en connaissance de cause.
    En revanche, il n’avait pas tord sur un point. Aller voir une de ses consœurs semblait bien plus légitime dans sa situation, en effet, avoir une relation avec une personne du même sexe était une réelle abomination, un pécher bien pire.

      « Mon Père, vous avez déjà cédé au plaisir charnel, cela va de soi, alors autant vous laisser aller jusqu’au bout non ? Il n’y a aucun mal au fait de céder au simple plaisir. Au fond nous restons des être humains qui avons de basses pulsions à assouvir, autant leurs donner raisons avant qu’elles ne vous rongent plus encore. »


    Il se rapprocha alors encore un peu plus de l’homme d’église pour terminer.

      « Et entre nous, une femme saura vous donner du plaisir je le conçois, mais vous et moi sommes faits pareil. Je sais précisément comment assouvir votre appétit ayant moi-même exactement le même. De plus, je reste ouvert à toutes propositions, mêmes les plus indécentes, alors pourquoi se contenter du plaisir lorsque je vous offre la jouissance ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un homme ce soir ? [PV Marc]   Jeu 8 Nov - 9:39

Le mignon prit place auprès de moi, sur l'accoudoir du fauteuil, me faisant sourire. Décidément, il souhaitait vraiment me mettre dans son lit et me compter comme l'un de ses clients. J'aimais bien son obstination. De toute façon, je ne l'avais pas envoyé sur les roses. Il avait bien le droit de tenter sa chance et d'essayer de me convaincre. D'ailleurs, il s'en sortait plutôt bien. Je commençais à me laisser doucement tenter par l'idée. Je buvais une gorgée de vin tout en continuant de l'écouter. Il n'hésitait pas à se servir de la Bible, une chose pas commune pour un autre que moi. Et il avait de la répartie. Je n'aimais guère les cervelles d'oiseau sans pour autant vouloir converser avec une encyclopédie qu'il s'agisse d'un homme ou d'une femme.

« Il est certain que la femme est clairement méprisée dans la Bible. Peu d'entre elles sont mises en avant. Mais la sodomie y est aussi clairement condamné mon fils. Je ne saurais vous rappeler l'histoire de Sodome et Gomorrhe. Même si je pêche régulièrement, je l'avoue, je ne devrais peut-être pas pour autant plonger dans les plus sombres profondeurs de la luxure. »

Je souriais, preuve que mes propos étaient plus de la répartie que ma pensée véritable. J'avais un peu envie de le titiller. Mais mon regard se posait de plus en plus sur lui et certaines idées très très impies me venaient en tête. Images qui ne me déplaisaient et commençait à entrainer une certaine excitation chez moi. Après tout, j'étais venu pour une chose bien précise et je n'étais pas patient ce soir même si je perdais quelques minutes avec ce mignon. Je ne pus m'empêcher de frissonner alors qu'il se rapprochait de moi. Décidément, je me faisais de plus en plus à l'idée de passer ma nuit avec lui.

« Voilà un argument de poids, mon fils. Mais est-ce que vous ne vous flattez pas un peu ? La jouissance je l'ai aussi avec les autres travailleuses. Mais si nous sommes bien semblables sur le plan physique, qu'elle serait donc mes envies selon vous ? Mon appétit selon vos dires. Dites moi de quoi pourrais-je avoir envie avec vous mon fils ? »

Je buvais quelques gorgées de vin et posait négligemment ma main sur sa cuisse, preuve que je n'étais nullement désintéressé par sa personne, bien au contraire. Cela ne pouvait que l'encourager à aller plus loin avant que nous passions peut-être à des choses plus sérieuses comme une confession dont j'avais le secret.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un homme ce soir ? [PV Marc]   Lun 12 Nov - 4:08

    A vrai dire, Marc ne s’attendait pas réellement à ce que le prêtre réponde à ses petites attaques par d’autres citations de la Bible. Marc était persuadé jusqu’alors que cet homme n’utilisait la religion que pour assouvir plus facilement ses bas instincts en profitant ainsi de la naïveté des prudes. Jamais il ne lui était venu à l’idée que cet homme pouvait réellement connaître les textes saints ! Il lui fallut alors quelques secondes pour digérer la nouvelle. Il était tout de même évident qu’il ne laissait rien paraître, jouer derrière un masque était l’une de ses plus grandes spécialités. Une fois ses esprits rassemblés, il se décida à continuer dans la même lancée. Convertir un Prêtre était une mission qui ne pouvait pas se refuser, ne serait-ce que pour sa propre estime.
    Marc laisse alors sortir son rire le plus mélodieux. Il avait souvent vu les délicieuses faire ça. Il semblerait que les hommes aiment faire rire, ainsi ils ont plus confiances en eux et pensent que le courant passe bien, il n’y avait donc probablement pas d’exceptions à faire avec un homme.

      « Il est vrai mon Père que la sodomie y est clairement condamnée… mais qui vous a forcé à en arriver là ? »


    Marc remarqua alors que la main du Prêtre s’était posée sur sa cuisse. Il y avait donc un rapprochement physique, c’était une excellente chose. Marc posa alors la sienne sur son torse. Jamais il n’aurait cru qu’un homme d’église puisse s’entretenir et pourtant, il fallait croire que cet homme faisait exception à toutes les règles. Au point où il en était, une de plus ou une de moins, Dieu n’allait pas voir la différence.

      « Vous savez, je n’ai jamais été très croyant. Selon moi la religion nous force à suivre un idéal de vie en nous donnant le faux espoir d’être récompensé par la suite et même si Dieu existait réellement, il m’a fait à son image. Je n’ai tué personne, je donne du plaisir, où est le mal ? Nous n’avons qu’une vie… »


    Marc en profita pour se rapprocher un peu plus de Prêtre, la suite de son monologue ressemblait presque à une confession. Il laissa alors descendre la main posée sur son torse bien plus bas.

      « … Autant en profiter. Les travailleuses ici font un travail absolument superbe, alors imaginent une personne qui a reçus la même éducation, mais qui connaît parfaitement votre anatomie avant même de l’avoir vue. Croyez-le ou non, mais certains gestes techniques doivent rester sous la surveillance des hommes et non des femmes. »


    Marc respira alors calmement pour reprendre sa respiration. A vrai dire, il y avait un moment qu’il n’avait pas aligné autant de mots. En général les clients et clientes, ne se contentent que de demander le prix, mais lui avait l’air bien différent. A croire que sa matière grise l’intéressait. Marc, lui, c’était une toute autre matière qui l’intéressait, bien plus précieuse et s’il ne se dépêchait pas, il allait passer à côté !

      « Si vous avez besoin d’une comparaison, je peux demander à une demoiselle de nous rejoindre, mais croyez-moi, une fois que j’aurais commencé, vous ne voudriez pas être interrompu. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un homme ce soir ? [PV Marc]   Lun 12 Nov - 10:19

Le mignon ne semblait pas vouloir lâcher prise et cela me plaisait. Il était toujours agréable de se sentir désiré. Bon je ne me faisais pas d'illusion, il s'intéressait certainement plus à mes deniers qu'à ma personne. Mais il donnait bien le change et j'appréciais sa façon de faire. Peu se risquaient à citer la Bible devant un prêtre. Quoique peut-être pensait-il que je ne l'étais pas ? Cela arrivait parfois. Certains pensaient que je portais un costume. Dans l'absolu, il n'avait pas tout à fait tort. C'était une sorte de costume que je me retrouvais obligé de porter. J'aurai bien aimé me vêtir autrement et ne pas être réellement prêtre mais la vie, ou plutôt Dieu devrais-je dire, en avait décidé autrement. Je ne pus m'empêcher de pousser un léger soupir de contentement en sentant sa main glisser sur mon torse. Il était vrai qu'une caresse me faisait le même effet qu'il vienne d'un homme ou d'une femme. J'étais curieux de savoir jusqu'où cela irait.

« Chacun a ses propres croyances mon fils. Je peux concevoir que tous ne croient pas en Dieu mais, à la différence de mes confrères, je ne cherche pas à convertir contre vents et marées. Je préfère laisser chaque homme libre de ses choix. Dieu saura les atteindre si besoin. »

Personnelement, j'étais croyant. Vous me direz c'est le moins pour un prêtre mais j'avais certaines connaissances du séminaire, contrains, tout comme moi, d'endosser l'habit noir et qui n'avaient aucune croyance particulière. Ce qui était bien un comble. Ma main se mit à doucement caresser la cuisse de Marc. Après tout, pourquoi me retenir ?

« Non effectivement, vous n'avez rien fait de mal et donner du plaisir est plutôt une bonne chose en fait. Dieu dit bien aimez-vous les uns les autres. Vous ne faites qu'appliquer ces préceptes. Certes cela va certainement un peu plus loin que ce à quoi Il pensait mais bon. Il vaut mieux pêcher par excès que par défaut. »

Ma main remonta jusqu'à son entrejambe. J'avoueque la curiosité et l'envie prenaient largement le pas sur mes réticences. J'étais curieux de nature alors je me disais de plus en plus pourquoi ne pas essayer ? Après tout, il faut bien tout tenter dans la vie. Mes doigts effleurèrent son bas-ventre sans pour autant insister et ma main redescendit sagement sur la cuisse. Je ne pus m'empêcher de rire à sa remarque, un rire amusé mais en rien moqueur.

« J'avoue avoir bon nombre de travers mais je ne suis pas un exhibitionniste dans l'âme. Je n'ai nulle envie de faire profiter toutes la pièce de la vue de ma personne en train de prendre du plaisir. Je vais donc tacher de vous croire sur parole... du moins pour le moment, mon fils. Mais je pense que nous devrions quand même évaluez vos capacités. J'ai une bonne mémoire, je sais de quoi les filles sont capables. Nous allons voir si vous êtes capable de faire au moins aussi bien, voir mieux qu'elle. »

Sur ce, je me levais de mon fauteuil qui prenait des allures de trône et commençait à me diriger vers la porte. Je connaissais bien le manoir et savais où je comptais me rendre, dans l'une des chambres de luxe. Pour une première fois avec un homme, je n'avais pas spécialement d'envie particulière si ce n'est celle de prendre du plaisir.

*********

La suite ici : http://manoir-des-delices.forumsactifs.com/t832-montre-moi-de-quoi-tu-es-capable-pv-marc#17389
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un homme ce soir ? [PV Marc]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un homme ce soir ? [PV Marc]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Manoir des Délices :: Epilogue :: Archives RP-