si vous rencontrez un pb à l'inscription, rdv sur facebook Manoir des Délices pour le signaler
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une rencontre qui pourra tout changer [Pv=Delilah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Une rencontre qui pourra tout changer [Pv=Delilah]   Jeu 23 Aoû - 2:59

Quelques semaines seulement que j’ai rejoint le manoir et mon existence me parait déjà plus douce. Ma vie passée n’est plus qu’un souvenir que je tente d’oublier le mieux possible, toute ma famille détruite et plus rien à quoi me rattacher. Je dois grandir, cesser de vivre dans le désir de vengeance, je dois apprendre à me débrouiller seule désormais. Lorsque je suis arrivée ici, on m’a interrogée testée et ma connaissance en matière de sexe ainsi que mon acceptation légère des règles qui m’étaient imposés firent de moi une ribaude. Depuis ce jour, j’ai toujours pris soin d’obéir aux ordres qui me sont donnés. Ne pas sortir du manoir, ne jamais refuser les désirs d’un client ou encore respecter les horaires qui me sont imposés à moi comme à toutes les filles du manoir. Je vie aujourd’hui comme une souris en cage, travaillant pour vivre et non pas dans le luxe comme ce fut le cas dans mon ancienne vie. Aujourd’hui, j’écarte les cuisses à qui vient payer pour les écarter et en profiter. Je ne gémis, je ne câline pas, j’embrasse seulement si on me le demande, agissant comme une poupée de chiffon que le plaisir ou la satisfaction du travail bien fait ne touche pas. Certain s’en plaigne, d’autres l’apprécie, une femme qui se tait, qui ne simule pas et demande seulement à ce que cela se fasse vite et seulement sans douleur peu apparemment plaire. Je ne suis pas une délicieuse, ce travail ne m’apporte pas de satisfaction ou même le plaisir du sexe, je ne le fais pas par envie mais par obligation, néanmoins je sais que c’est ma seule option et je l’accepte. Je suis une prostituée et je l’assume chaque jour tant que j’ai de quoi manger et un endroit ou dormir, le reste aujourd’hui n’a pas d’importance.

La vie n’est pourtant pas toujours aussi facile au manoir. Je ne suis pas le genre de filles qui se fait des amies facilement et je me fais régulièrement rejetée alors je déambule seule dans le grand salon, attendant souvent dans les longs canapés moelleux un homme ou une femme qui serait attiré par mon corps enveloppé dans ses robes usés. Mais il y eu un seul soir ou mon travail devint des plus agréables. Une femme blonde vêtue d’une élégante robe bleue faisant ressortir ses yeux, elle avançait, presque timide, semblant venir ici pour la première fois. Mon regard s’était posé sur elle avec une sorte d’admiration. J’aurai aimé être devenue cette femme aussi belle et que la vie a surement aidé. Elle n’était venue que pour un massage, le genre de massage qui la ferait partir d’ici, détendue et sereine, elle désirait les doigts d’une femme. Je m’étais proposée immédiatement, par attirance, je dirai que oui aujourd’hui mais lorsque je m’étais approchée d’elle, ce fut par intérêt et par devoir aussi malheureusement de satisfaite une cliente. Je l’avais emmené dans ma chambre personnelle, je l’ai déshabillé lentement, je l’ai allongée, enduit son corps d’huile parfumé sans jamais dire un mot. Elle semblait satisfaite, je n’ai osé demander son prénom, je passais mes mains sur elle, sur chaque partie de son corps qui m’était autorisé. Elle ne désirait pas de sexe, seulement un moment de détente intime, caressée par une autre femme loin de tous les préjugés de la société. Je n’ai pas regardé l’heure, sa peau était douce, chaude, le son de sa voix recouvrant mes draps de petits gémissement. Je me faisais douce, plus douce que je ne l’avais jamais été, m’attardant et recherchant son plaisir comme si c’était le mien et quelques minutes suffire alors pour la faire chavirer. Ce qui fut d’abord un simple massage devint un baiser fougueux, plein de désir, je sentais l’envie de cette femme qui me traversait sans que je ne puisse réagir. Mes mains s’étaient faites plus aventureuses, moins timides, dévalant ses courbes avec plaisir. Au lieu d’une heure de massage, je lui ai fais passer trois heures dans ma chambre ou ses cris sont venues jusqu’aux oreilles des patrons du manoir. Elle n’a cessé d’en demander encore, de réclamer plus que ce que j’osais au début lui donner, elle était belle, j’étais folle, je lui ai donné ce qu’elle voulait et plus encore que ce qu’elle désirait vraiment au fond d’elle. Ce fut ma première expérience avec une femme au manoir et je su à l’instant où elle quitta ma chambre les cheveux ébouriffés, sentant la sueur et un sourire béats sur le visage que j’étais faite pour cela. Ce fut à partir de ce jour que je désirai plus que tout devenir une délicieuse afin d’avoir des clientes comme celle-ci et vivre du plaisir que je leur donne et que j’échangerai avec elle. Je serai prête à tout les fantasmes, tous leurs désirs comme s’ils étaient les miens.

Je ne savais pas trop comment faire, persuader mes patrons que j’en suis capable est un problème que je ne sais pas comment résoudre… Je ne suis qu’une ribaude et mes seuls clients sont souvent des hommes neuf fois sur dix. Ce soir encore, je suis habillée d’une longue robe noir et rouge serrant ma taille et relevant bien ma poitrine, j’attends calmement, debout dans un coin l’arrivé de quelques clients intéressés. Il est certain de toute façon que chaque hommes ou femmes qui viennent ici, savent ce qu’ils viennent trouver et ne se déplacent certainement pas pour jouer aux dominos. Les bras croisés, baillant légèrement j’aperçue une brune tout droit sortie d’un fantasme non loin de moi, semblant attendre tout comme moi. Il me fallu seulement quelques secondes pour me rendre compte que de toute évidence, cette fille est une délicieuse de haut standing en vue des bijoux et des vêtements qu’elle porte. Elle semble dégager une assurance à toute épreuve et un simple regard sur elle c’est certain ferait chavirer n’importe quel homme avec un minimum de goût ou non. Je louchai un moment sur son corps de rêve, fixant sa poitrine avec une sensation proche de la jalousie tant je la trouve parfaite. Me mordant doucement l’intérieur de la joue, je m’approche d’elle, tentant de ne pas faire paraitre l’admiration et l’excitation qu’elle m’inspire quand je pose mes yeux sur elle.

« Bonsoir… Je me présente… Je m’appelle Andréa mais ici on m’appelle Lilith. Je sais que ça peut paraitre un peu brusque comme ça… Mais je connais encore personne ici et voila… Je me suis dite qu’on pourrait peut être faire connaissance »
Revenir en haut Aller en bas
Delilah G. Andov
Délicieuse
avatar

Messages : 591
Date d'inscription : 26/12/2010
Age : 25

MessageSujet: Re: Une rencontre qui pourra tout changer [Pv=Delilah]   Lun 27 Aoû - 23:50

Le travail était toujours le même. Pourtant les jours se suivaient sans vraiment se ressembler aux yeux de Delilah Andov et ce malgré quelques gestes quotidiens qu’elle reproduisait plusieurs fois par jour, bien plus souvent que les autres femmes, aussi nobles soient-elles. Poudrer son nez. Prendre attention à son teint et le retoucher sans cesse. Les prostituées doivent paraître. Toujours. Entre chaque client, elles ont ce devoir de retourner à leur chambre ou dortoir pour remettre de l’ordre à leur tenue, leur coiffure et vérifier leur maquillage. Delilah était donc assise devant une grande glace et s’occupait de peigner sa longue chevelure aux boucles brunes, venant de se repoudrer le visage, en prévisions d’une descente dans le hall pour se mettre à la disposition d’un client. Vêtue d’une élégante robe bleutée, la jeune femme était pensive, se demandant quels clients pouvaient bien attendre en bas, étant venus à l’improviste, sur le coup de l’envie.

Fin prête, la jeune femme se leva, auréolé de sa prestance et quitta sa chambre gracieusement, semblant même ne pas toucher le sol. Dans les couloirs, ont chuchotait sur son passage. Mais la demoiselle ne prêta guère d’attention à ces petites apprenties nouvellement arrivées. Elle avait à faire et n’avait pas de temps à perdre avec ces demoiselles aux yeux de merlans frits. Un jour, ces filles là comprendraient la chance qu’elles avaient d’avoir été acceptées au manoir. C’est bien comme cela, et en faisant correctement son travail, en y prenant du plaisir, que la brunette avait pût devenir une délicieuse et donc une privilégiée de la maison.

L’ancienne noble fit son entrée dans le hall, gracieuse et aérienne, regardant l’ensemble des personnes présentes. Mais les lieux étaient désespérément vide et, après avoir demandé à Madame Hooper, la délicieuse sût que les rares clients présents attendaient tous sur rendez-vous. Soupirant, la jeune femme décida néanmoins de rester sur les lieux, au cas où et, allant s’asseoir auprès d’un client, la demoiselle engagea la conversation avec lui afin que l’attente lui paraisse moins longue et plus agréable.

Une ribaude arriva bientôt et le jeune homme avec qui parlait la délicieuse se leva, laissant celle-ci de nouveaux seule. Se levant, la demoiselle affichait un port droit et fier, scrutant la salle des yeux. Il y avait une ribaude non loin, qui bâillait, ce qui apparut aux yeux de la délicieuse comme étant un manque de correction à l’égard de la clientèle. Mais soit. La brunette commençât d’ailleurs à approcher de l’ancienne noble qui fixa son regard sur cette jeune femme alors que cette dernière engageait la conversation avec elle.

«- Je suis Delilah Andov. » dit elle simplement, jugeant qu’il n’était pas nécessaire de parler de son statut, celui-ci était évident de par sa tenue, ses manières et son aspect général en fin de compte. «Comment se fait-il que vous soyez déjà ribaude, sans connaître personne ici ? »

L’ancienne se souvenait parfaitement avoir eut des amies intimes très tôt à son arrivée au manoir. Une fois ribaude, elle avait déjà un bon nombre de connaissances. Que c’était il passé pour que cette Lilith ne se soit lié avec personne ? Cela semblait curieux et cela piqua la curiosité de la demoiselle qui cherchait donc à en apprendre plus à ce sujet.

«Mais effectivement, nous pouvons faire connaissance.» reprit elle en remarquant que cette jeune femme était plutôt assez belle à regarder.

_________________


Ma compétence ? C'est l'excellence.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une rencontre qui pourra tout changer [Pv=Delilah]   Mar 28 Aoû - 12:32

J’aurai pu croire que la délicieuse m’aurai jeté sur les roses mais il n’en fut rien et je dois admettre que c’était une surprise. Je n’avais pas le don de me faire des amies, étant arrivée ici très récemment, j’ai préféré m’isoler, persuader que je ne resterai pas longtemps entre ses murs. Mais l’avenir en décida autrement et finalement je regrette ce temps où j’aurai pu peut être me faire quelques connaissances. Mais aujourd’hui, je déambule seule dans le manoir sous les murmures des autres filles désagréables ou non. Cela fini par devenir pesant et rester seule dans ce morceau d’enfer sans aucun conseil des autres filles et de supporter leur coup bas. Je ne suis pas le genre de fille qui faut embêter mais je vais l’avouer… Rester seule me rend malheureuse et me déprime. Ma vie n’est plus vraiment tout à fait rose et je ne la supporte plus beaucoup ces temps-ci. Me faire repousser par cette jolie brune m’aurait plutôt paru normal en vue de ce qui pouvait être dit à mon sujet et mon soin évident pour enfreindre au maximum le règlement du manoir sans jamais dépasser les limites de l’acceptable. J’aimerai réellement devenir une délicieuse, mais seule je ne pourrais pas y arriver. Je m’éclaircie la voix, pas du tout surprise par sa question qui semble être une évidence pour toute ici.

« Je suis arrivée ici en tant que ribaude… Mais il y a seulement quelques jours et j’ai pris soin, disons, d’éviter au maximum de m’attacher à cet endroit. Cela fait qu’aujourd’hui on m’évite un peu et je vis dans une solitude pesante. » Je souris lorsqu’elle accepte de discuter un peu avec moi et je repris avec plus d’assurance « Je dois vous avouer que je vous trouve tout à fait ravissante et que je suis admirative de votre beauté. Je ne vais pas me permettre de parler de votre sensualité mais sachez que je n’en pense pas moins. Vous avez eu toute mon attention au moment où vous êtes entrée, je n’ose même pas imaginer ce que doivent penser tout ses hommes en vous suivant dans votre chambre. » Je souris et je sent comme une boule toute chaude dans mon ventre, sans oser dire que si j’étais une cliente du manoir, je dépenserai des fortunes pour la chaleur et la douceur de ses courbes.

Je reste à coté d’elle, la détaillant du regard sans vraiment prendre la peine de le faire avec discrétion pour qu’elle ne le remarque pas. Delilah ne pourrait d’ailleurs le prendre comme un compliment car dans ce genre d’endroit c’est un peu ce que l’on cherche à faire, attirée l’attention sur soi. Généralement les yeux qu’on attirent ne sont pas les plus innocents. Je me passe une main dans les cheveux, souriante, déjà un peu plus à l’aise.

« Vous pourriez me parler un peu de vous, votre spécialité, combien de temps cela fait que vous êtes au manoir ? Depuis que je suis ici, je n’ai pas trop eu l’occasion de discuter avec les autres filles. Vous pourriez peut être me parler un peu de cette endroit, me donner quelques conseils. »
Revenir en haut Aller en bas
Delilah G. Andov
Délicieuse
avatar

Messages : 591
Date d'inscription : 26/12/2010
Age : 25

MessageSujet: Re: Une rencontre qui pourra tout changer [Pv=Delilah]   Mer 29 Aoû - 13:06

Delilah sembla être très surprise lorsque la demoiselle qui lui faisait face confessa être entrée au manoir directement en tant que ribaude. Ce fait été, à sa connaissance, assez rare dans la mesure où les Boldwin voulaient que leurs filles fassent leurs preuves pour gravir les échelons. Mais soit. Celle ci devait donc avoir quelque chose de spécial pour avoir mérité un tel traitement de faveur, ce qui ne manqua pas de renforcer la curiosité de la délicieuse à son égard. Peut-être était-ce en partit pour ça que les autres ribaudes étaient soit jalouse soit indifférente avec elle ?

La brunette enorgueillie en écoutant les propos que cette demoiselle tient à son égard et qui sont, c'est le moins que l'on puisse dire, des plus flatteurs. La jaugeant encore, quelques idées traversent l'esprit de Delilah qui ne tarde pas à dessiner un délicieux sourire sur ses lèvres roses. La délicieuse fait alors un pas pour se rapprocher un peu plus de la ribaude et lui permettre de sentir les effluves de son parfum, à la fois audacieux, sensuel et vibrant. Les Boldwin ne lésinent pas sur les moyens pour faire de leurs filles de véritables joyaux de luxure et, cela est encore plus vrai pour les délicieuses. Sûrement à cause du coût de la nuit en leur compagnie.

La demoiselle continue d'admirer l'ancienne noble sans dire un mot et sans se donner la peine d'être discrète, ce qui amuse sincèrement celle ci. La brunette se pâme alors, mettant un peu plus ses atouts en avant, de sorte à rendre Lilith complètement folle. Ce petit jeu l'amuse mais la délicieuse n'en oublie pas pour autant leur discussion. Aussi entraîna t elle la ribaude un peu à l'écart pour ne pas être entendue par les clients. D'autant plus qu'elle ne souhaitait pas gêner leur quiétude.

«- Et bien... je suis née Delilah Georgie Baronne de Hanval. Je suis arrivée au manoir le 2 Juin 1768 en tant que Delilah Andov. Je suis une ancienne noble et n'ai put cacher ce secret ici que pendant six mois. Il y a beaucoup d'hommes et de femmes de la noblesse qui viennent se détendre entre ces murs. T seulement quelques fortunés sans titres. Tu aura souvent affaire à ces gens. Le premier conseil que je peux te donner c'est de ne jamais te révolter, de toujours faire ce que l'on te demande, que ce soit les Boldwin ou un client qui te le demande. Ensuite, mais à ton port de tête je n'ai guère d'inquiétudes là-dessus, tu dois savoir te tenir. Les délicieuses sont les femmes les plus belles, les plus désirables, les plus dévouées et les plus maniérés qu'il te sera donnés de voir. Chacune d'entre elle pourrait être dame de cours. Elles ont, en tout cas, cette grâce et ce maintient commun aux grandes dames de ce monde. Si tu veux être délicieuse alors soit noble et la meilleure des catins à la fois. C'est une question de... dosage. De respect des règles. D'amour pour le plaisir. J'aime donner autant que j'aime recevoir. Et c'est comme ça, que je suis devenue délicieuse aussi vite.»

La délicieuse cesse de parler, observant les expressions et l'attitude de la brunette qui lui fait face. Elle ignore tout de la chaleur ressentit par Lilith dans son bassin, mais l'ancienne noble la sent dans son propre bas-ventre. Se mordant la lèvres, la demoiselle retient une expression qui manqua de tomber entre elle. Gardant le silence, Delilah se contentait de détailler cette provocante silhouette. Ces seins mis en valeur par le corset, cette taille, ces hanches... Bien sûr, Lilith n'avait pas un décolleté aussi généreux que celui de l'ancienne noble -aucune autre ici n'y était parvenue- mais son buste restait tentant et ses hanches étaient un tantinet plus charnues que celles d'Elisabeth, un détail qui ne déplaisait pas à la délicieuse.

Décidant de pousser les choses un peu plus loin, Delilah demanda à Andréa de la suivre en lui adressant un sourire. Marchant le pas léger dans les couloirs, la délicieuse regagnait l'étage des chambres, s'arrêtant bientôt devant une porte qu'elle ouvrit, laissant la ribaude entrer devant elle pour découvrir une chambre de bon goût, assez coquète et confortable. Privilège de délicieuse. Ouvrant son armoire, la jeune femme laissa la demoiselle regarder ses toilettes, sans lui montrer le body en bijoux offert par une fille ayant quitté les lieux. Une étrangère à qui Delilah avait apprit le Français. Parce que c'était un cadeau qui n'avait rien à voir avec ce que la demoiselle voulait faire comprendre à la ribaude.

«- Tu vois cette chambre ? Deviens délicieuse et tu en aura une. Et des robes comme la mienne aussi. Surtout, tu gagnera plus. Tu pourra rembourser ta dette et partir si tu veux. Car tu n'es pas ici par envie pas vraie ? Moi je n'ai pas de dettes. Parce que j'ai choisit cette vie. Regarde ce collier, cette bague... Ce sont des cadeaux. Les clients en font aux délicieuses et leurs donnent de généreux pourboire. Et puis... nous avons la permission de sortie... Seule. Car les Boldwin nous font confiance. De toute façon, si une fille devenait délicieuse juste pour s'échapper au cours de la permission, elle serait vite rattrapée et corrigée.»

La délicieuse se rapproche de Lilith et le parfum de la demoiselle parvient à ses narines. On ne s'en rend pas compte mais le parfum a une histoire et raconte ses porteurs. En sentant ces effluves, Delilah devine une femme précieuse, qui a eu de l'éducation et qui a du goût. S'approchant encore dans le dos de la ribaude, la délicieuse finit par coller son buste à la colonne de la demoiselle. L'ancienne noble souffle délicatement sur la peau de la ribaude et ses lèvres viennent se perdre dans le cou d'Andréa alors que les mains agiles et pleines d'expériences se posent sur ses épaules, commençant à repousser les manches de la robe pour dévoiler la peau de pêche de Lilith.

Lentement, Delilah retire le vêtement, dévoilant das parcelles de peau restées, jusque là, caché par les tissus et que la brune vient embrasser, comme si ses lèvres voulaient connaître les moindres détails de ce corps nouveau. Dans un bruit, la robe tombe au sol, lourdement, et la jeune femme sourit un peu plus en terminant de déshabiller Lilith, la privant se ses dessous. Lorsque la brune se retrouve nue devant elle, Delilah a un pas de recul pour la regarder et ses yeux la dévorent alors. Mais, le pas léger, la distance est réduite de nouveau et l'experte attrape sa compagne par le menton, mordillant son cou avant d'allonge la ribaude sur ses draps, sans prendre la peine d'ouvrir le lit.

L'ancienne noble recule de nouveau, admirant cette femme étendue sur son lit et ses mains vont dans son dos, défaire son corsage. La belle a l'habitude de se déshabiller seule. Principalement parce que certains clients le préfère. Mais, jouant de lenteur, Delilah met un temps fou à se mettre nue, appréciant de voir les regards de Lilith sur elle. Un fin sourire se dessine sur les lèvres de la délicieuse lorsqu'enfin, elle laisse tomber sa robe, dévoilant ses dentelles, qu'elle commence à enlever avec cette même lenteur.

Enfin nue, de la demoiselle s'allonge aux côtés de Lilith et sa main se pose sur l'un des seins de la jeune femme, glissant jusqu'à son ventre, remontant ensuite. La main taquine de la délicieuse se concentre sur le buste de la brunette, comme si elles étaient incapables de descendre plus bas. Il était évident que Delilah voulait faire languir sa proie, pour attiser son désir. Pour ensuite en tirer le meilleur.

Se levant, la brunette alla à son armoire et y prie une plume, avec un petit sourire sur les lèvres en revenant vers Lilith. Se rallongeant à ses côtés, l'ancienne noble commença à caresser le corps de sa jeune amie avec l'instrument de torture, plongeant son regard dans le sien alors que ses lèvres venaient frôler celles d'Andréa avant de s'unir à celles-là. Le baiser, d'abord sensuel devint plus torride et Delilah lança la plume quelque part dans la pièce pour libérer sa main et la glisser derrière la tête de Lilith afin de la rapprocher d'elle encore un peu plus.

Les lèvres de la demoiselle descendirent sur les seins de la ribaude, venant les embrasser d'abord avant de commencer à les suçoter. Delilah se sentait très excitée mais pour l'heure elle voulait s'amuser avec le corps de la fameuse Andréa. C'est ainsi que sa main experte glissa entre les jambes de la demoiselle, qui semblait n'attendre que ça, pour lui caresser doucement le bouton de plaisir, le quittant parfois pour s'égarer sur les cuisses de la jeune femme avant de retrouver le petit bout de chair.

«- J'ai envie de te faire plaisir...» chuchota l'ancienne noble.

Se relevant, Delilah alla chercher deux autres coussins pour les mettre sur son lit de sorte à ce que Lilith se cale dessus, en relevant son buste pour voir ce qui allait lui être fait. Puis la délicieuse s'installa entre les jambes de la ribaude et avança sa langue pour jouer avec les lèvres intimes rosés et plus qu'humides de la demoiselle, titillant son clitoris au passage alors qu'un premier doigt s'insinuait dans l'intimité d'Andréa.

_________________


Ma compétence ? C'est l'excellence.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une rencontre qui pourra tout changer [Pv=Delilah]   Ven 31 Aoû - 14:58



Cela peut paraitre un peu osé de parler comme je l’ai fais, déclarer son excitation et son attirance pour une autre fille du manoir à peine rencontrée. Pourtant, le manoir n’est pas vraiment le genre d’endroit où l’on cache ce genre de chose. C’est un lieu de débauche, de perversion et de libertinage. Je lui dis ses mots sans réels intentions, simplement pour lui montrer ma sympathie, mon admiration et le respect que je peux avoir pour elle. Il est cependant clair que j’ai envie de coucher avec elle mais cela peut paraitre un peu incongru car ma démarche vers elle n’est pas dans cette intention aussi agréable puisse t’elle être. Delilah semble néanmoins apprécier mes mains et le sourire qu’elle affiche me rassure tandis que je la dévore des yeux comme une rose qui s’ouvre à l’aurore. Elle me répond et l’assurance qui se dégage de sa voix me provoque un frisson. Ses mots et ses conseils sont clairs, pas que je les ignore mais il va me falloir peut être un peu de temps pour les appliquer tous. Il n’a jamais été mon cas d’aimer ce travail si ce n’est avec la douceur d’une femme. Elle m’observe, me détail et je la laisse faire amusée mais sans lui montrer à quelle point j’apprécie qu’elle s’intéresse à mes courbes comme j’ai pu le faire pour elle. En effet, c’est un peu le genre de femme que l’on imagine en fantasme, particulièrement difficile et inaccessible. Finalement, je serais presque tentée de déchirer sa jolie robe et de lui faire l’amour sur l’instant sans lui laisser le temps de recoiffer ses magnifiques cheveux brun. Lorsqu’elle me demande de la suivre, je pourrai presque déceler dans ses yeux et se petit sourire mutin qu’elle a réussi à lire dans mes pensés perverses. Je la suit, intriguée, curieuse et un peu excitée je dois l’avouer alors que j’observe le drapé de sa robe balancer le long de ses jolies jambes, son petit popotin musclé et rond qui se balance dans les escaliers devant moi. Je ne saurai même pas dire la dernière fois que je fus réellement satisfaite sexuellement, surtout depuis que je travaille ici. Je me suis toujours efforcée de faire mon travail sans réellement vivre le même plaisir que j’offre. Alors imaginer une seule seconde me retrouver dans les draps d’une délicieuse me rend presque nerveuse tant cela semble être un fantasme.

J’entre dans sa chambre et je ne dis rien mise à part une légère acclamation de surprise tellement je trouve cette pièce ravissante. J’en détail chaque recoin avec envie tandis que la délicieuse m’explique les avantages à en devenir une. J’écoute d’une oreille légèrement distraite, essayant une seconde d’imaginer tout ce qui a pu se passer ici. L’air embaume le parfum de Delilah et je ne sent que volupté, sensualité et sexe. Le parfum d’une femme qui sait ce qu’elle veut, au sommet de sa féminité qui vit pour le désir qu’elle inspire. J’aperçois de loin le contenu de l’armoire et je ne peux que rougir de jalousie devant les sublimes robes et autres vêtement que la belle possède. Cela me rappelle l’époque où moi-même je possédais une telle collection de vêtements. Je la regarde s’approcher et je ne décèle pas tout de suite ses intentions, elle passe dans mon dos et je n’ose pas me retourner pour la regarder. Je sent son souffle derrière moi, son parfum enivrant pareil à aucun autre. Subitement elle se colle dans mon dos et je déglutis nerveuse, juste le temps de sentir ses mains dévaler sur mes épaules, les dénudant lentement tandis que les lèvres de Delilah s’empare de mon cou et de ma nuque. Je chavire, une bouffée de chaleur me prend tant elle sait comment s’y prendre. Je voudrai presque crier à l’aide tellement l’impression de perdre le contrôle de mon corps me fait peur. Mais bien entendu, la seule chose qui s’échappe de mes lèvres et un petit couinement de plaisir alors qu’elle fini par faire tomber ma lourde robe sur le sol à mes pieds, me laissant seulement couverte de mes dessous. Maigre vêtement qu’elle s’empresse de retirer, couvrant chaque parcelle de mon corps de baisers, me laissant quasiment au bord de l’évanouissement tant je veux lui faire l’amour à cet instant précis. Je me retrouve bien vite nue, elle s’écarte, me regarde et je rougis comme une adolescente sans me cacher le moins du monde. Elle m’attrape le menton, m’embrasse, me pousse sur le lit en me mordant le cou et je me sent soulagée d’être enfin assise. Elle se dénude et mes yeux brillent, je tremble, mes mains se serrent sur les draps pour me retenir. Je suis comme une lionne en chaleur, totalement aspirée et enivrée par l’excitation et la beauté de cette déesse qui fini par se mettre nue dans une lenteur insolente. Elle s’allonge et me prend un sein dans sa main douce comme du velours chaud. Ses doigts caresse mon buste et je me cambre sous ses caresses, totalement en transe, transpirante et gémissante, réclamant qu’elle me soulage mais elle n’en fait rien et pire elle se lève pour chercher un objet de torture. Une longue plume qui ne tarde pas à me faire frissonner et mouiller d’envie comme la catin que je suis. Je cherche ses lèvres, je les taquine et les quelques baisers que l’on s’offre l’une et l’autre devienne fiévreux, long et passionnés. Je m’emporte et je la serre contre moi tandis qu’elle se glisse sur moi dans une tendresse et douceur à me rendre folle. Jamais encore je n’avais été excitée comme cela, mon cœur bat la chamade et je mouille à en avoir honte, serrant un peu les cuisses quand elle ne me les écarte pas sous ses caresses divines.

Alors que nous nous embrassions comme deux folles passionnée et fiévreuses, je sentis la main de la délicieuse se glisser sur moi comme une petite araignée taquine et se loger entre mes cuisses me foudroyant d’un coup d’une onde de plaisir alors qu’elle caresse mon clitoris. Je me colle d’abord à elle en poussant un soupire et je l’entend murmurer à mon oreille qu’elle veut me faire plaisir. Et bien pour le coup, elle y arrive extrêmement bien et je me met à gémir contre elle, respirant rapidement et fortement contre ses lèvres quand elle s’attarde à me faire languir, caressant mes cuisses pour les ouvrir de nouveau. Je remue pour en avoir plus mais elle se lève et calle deux coussins dans mon dos pour que je puisse m’assoir. J’ouvre alors grand les yeux en la voyant s’inviter entre mes cuisses. A peine sa langue se pose sur mon intimité que je rejette sans le vouloir ma tête en arrière, lachant une plainte de plaisir qui ne semble même pas venir de moi. Le soulagement que je ressent lorsque je sent sa langue chaude se glisser sur mes lèvres n’est pareil à aucun autre et je tremble en la regardant faire, me sentant déjà au bord de jouir à cette seule image de débauche. Elle est sublime, tirant sa langue pour me faire jouir, ses cheveux tombant en cascade sur mes cuisses et son nez qui vient titiller mon bouton de plaisir. En quelques secondes a peine je ne tiens plus, empoignant ses cheveux sans la brusquer, criant mon plaisir tandis qu’elle glisse un doigt en moi. Je remue rapidement le bassin pour en avoir plus, perdant toute notion de temps ou de tenue à avoir.

« AH ! Mon dieu.. Oh… Comment tu fais ca ? AHh ! Woua !! Tu me… Hmmm !!! ENCORE ! »

Je perd toute éloquence, je m’offre à elle, mon corps est devenu son jouet à l’instant même où je me suis mise à gémir sous ses caresses. Comme une électron libre, je me cambre, remue sur le lit, criant mon plaisir que la délicieuse retient avec un talent qui me laisse admirative. Sa langue et ses doigts me procure un plaisir presque irréel et cela me fait presque peur. Je tire sur les draps pour me retirer juste un moment et reprend mon souffle mais elle me tient par les cuisses et je les replie en hurlant de plaisir, restant au bord de jouir. Mon corps se couvre rapidement de sueur, je mouille à tremper les draps et le visage de la délicieuse qui semble ne pas en être déranger et pour la première fois je rougis de honte de me retrouver dans cette état d’excitation. Mais cela ne dure que l’instant qu’elle repose sa langue sur mon clito et le gratifie d’une caresse faisant courir un long frisson le long de mon dos. Je gémis, les larmes aux yeux, , serrant son visage entre mes cuisses, la suppliant de continuer encore et de me faire jouir comme elle le souhaite. Ainsi c’est cela de coucher avec une délicieuse et en particulier Delilah ? Pourquoi je ne suis pas une cliente du manoir ?
Revenir en haut Aller en bas
Delilah G. Andov
Délicieuse
avatar

Messages : 591
Date d'inscription : 26/12/2010
Age : 25

MessageSujet: Re: Une rencontre qui pourra tout changer [Pv=Delilah]   Mar 4 Sep - 14:41


Delilah pose à peine sa langue sur le clitoris de la jeune Lilith que celle-ci pousse déjà une plainte de plaisir, ce qui amuse intérieurement la délicieuse qui prévoit déjà de s’amuser avec la jolie ribaude un long, très long, moment, quitte à s’arrêter parfois, la laissant au bord de la jouissance sans la satisfaire tout à fait, pour reprendre un peu plus tard et la maintenir ainsi dans un état égalant la dépendance. Andréa connaîtrait ce soir un long, très long plaisir et la libération n’arriverai que tardivement, elle pouvait compter sur la prostituée pour ça. L’ancienne noble venait de trouver un nouveau jouet très beau et elle avait bien l’intention de s’en amuser toute la nuit, adorant l’entendre gémir ainsi, comme la dernière des catins, pour en avoir plus, toujours plus. Ce serait pour elle une véritable torture. Une divine, torture.

A grande lapées, la délicieuse caresse le clitoris et les lèvres de la demoiselle qui semble être sur le bord de défaillir à cause du plaisir, ce qui satisfait au plus haut point la délicieuse, qui insère un second doigt dans l’intimité de la ribaude en lui lançant une œillade pour bien voir l’expression de son visage avant de reprendre son travail, levant les yeux vers le visage de sa proie pour les fixer dans le regard d’Andréa. Celle-ci comprendrait sûrement alors toute la perversion de Delilah. Elle comprendrait sûrement aussi que la brunette était bien loin d’en avoir finit avec elle.

La jeune femme s’amusait de voir sa petite victime remuer ainsi du bassin, aussi perversement, pour gouter un peu plus à sa langue. Pourtant, malgré l’état d’excitation dans lequel se trouve Lilith, Delilah ne cesse toujours pas, ne la jugeant pas assez prête encore. La délicieuse est décidée à faire de cette nuit un moment inoubliable pour la petite ribaude. Comme pour lui donner goût au jeu, au vice. Lui donner l’envie d’écarter les cuisses pour satisfaire la clientèle et se hisser dans la hiérarchie du manoir. Lui donner l’envie d’un jour, savoir donner du plaisir de la sorte.

« AH ! Mon dieu.. Oh… Comment tu fais ca ? AHh ! Woua !! Tu me… Hmmm !!! ENCORE ! »

Delilah se repait de ces bruits, les appréciant à leur juste valeur. Ils sont, à ses oreilles, une douce mélodie qui lui donne envie de continuer. D’autant plus que ces cris l’excitent au plus haut point. Alors la catin redouble d’ardeur pour amener Andréa à la frontière et l’y abandonner, le temps qu’elle se reprenne, que son excitation retombe un peu. C’est vicieux. Et sadique. Oui, mais ça fait parti du jeu et du plaisir.

Andréa se cambre, remue sur le lit de la délicieuse en criant comme une folle tout le plaisir que la maîtresse des lieux lui donne. Celle-ci s’amuse de ces gestes désordonnés, de ces bruits. Elle goutte la cyprine de la demoiselle, qui trempe ses draps blancs. Demain matin, la demoiselle devra de toute évidence en changer. Mais cela ne la dérange pas. Cela montre que Lilith est presque à point. Qu’il ne manque plus quand chose.

Les cuisses de la ribaude serrent le visage de la délicieuse comme pour l’emprisonner et la petite proie gémie, hurle, supplie, de pouvoir jouir comme la brunette l’entends. Celle-ci lève un regard vers ce visage juvénile et voit des traces de larmes provoquées par le plaisir. Encore quelques coups de langues néanmoins. Un dernier petit aller retour avec les doigts. Delilah les retire doucement et écarte les cuisses avec sa main, pour se libérer le visage. Lilith est dans tout ses états et la délicieuse l’admire, sans l’avoir fait jouir. S’installant à califourchon sur son petit jouet de cette nuit, l’ancienne noble se penche et susurre à son oreille. « Tu verras ce sera long. Mais ce sera bon et intense. Et tu jouiras… Mais pas tout de suite. » L’avertit elle en lui attrapant les poignets pour que la jeune femme cesse de vouloir se satisfaire seule, exploser de plaisir.

« Allons Lilith… On va attendre bien sagement que tu te calme un peu, puis je recommencerai. J’arrêterai encore et je reprendrai quand ton excitation sera retombée. J’arrêterai encore et ainsi de suite jusqu’au petit matin… Ta nuit sera longue Lilith. Mais je te promets que tu ne le regretteras pas… » Souffla t elle avant de venir l’embrasser, lui présentant ensuite les doigts qui venaient de la visiter. « Et maintenant, si tu me nettoyais ? »

La délicieuse est excitée elle aussi, au moins autant que sa victime et elle sent sa mouille entre ses cuisses. Pourtant Delilah garde cela pour elle, n’en montre rien. Plus tard. Plus tard. Elles ont toutes la nuit après tout. Patience, au petit matin, elles seront satisfaites, tant bien l’une que l’autre. Il suffit d’attendre, de prendre son mal en patience et ce sera bon. Non, ce sera délicieux. Un délicieux supplice. L’ancienne noble sait exactement comment s’y prendre pour les maintenir jusque là.

La demoiselle attend que Lilith reprenne ses esprits, se calme un peu. Elle l’observe, appréciatrice et perverse, détaillant ce corps laiteux qui lui est offert. Cette poitrine qui se dresse fièrement vers le ciel, ces cuisses souillées d’un plaisir encore imparfait… Ces jambes encore écartés, ce visage encore déformé par le plaisir. Cette respiration qui revient lentement. Lorsque enfin Delilah juge Lilith prête, elle glisse ses lèvres dans son cou et caresse son ventre. Puis vient lui mordiller l’oreille avant d’y glisser quelques mots.

« Tu sais… Tu ne voulais pas t’attacher au manoir, ni au métier, ni aux filles qui travaillent ici… Tu te pensais différente sans doute ? Et pourtant regarde-toi Lilith… »

Du doigt, la demoiselle récolte un peu de mouille entre les jambes de la ribaude et vient le présenter à ses lèvres. Lorsque la ribaude l’a nettoyé, la délicieuse l’oblige à regarder son entrejambe trempé, les draps souillés de son plaisir. Delilah lui montre qu’elle a aimé ça et qu’elle aimera encore ce qui va suivre.

« Tu vois ? Tu ne t’es pas attachée, le métier te révulsait ou je ne sais trop, mais tu es déjà une catin Lilith. Tout ton être l’est déjà, tu vois ? Et tu jouiras bientôt comme t elle… » la prévient elle avant de l’obliger à se rallonger sur les coussins, avant de prendre un téton entre ses lèvres, caressant l’autre du bout de ses doigts pour reprendre sa divine torture.

La délicieuse s’amuse encore avec le corps pervertit de la nouvelle venue, s’occupant uniquement de ses seins, pour l’heure. Ses yeux se perdent dans ceux de la petite ribaude, en quête de cet éclat de perversité, d’envie, qu’elle veut voir chez Andréa. Lorsque sa main quitte son sein, c’est pour lui caresser le ventre. Delilah évite soigneusement de glisser de nouveau entre les cuisses de la demoiselle. Pas encore.

Se relevant un peu, la demoiselle embrasse Lilith dans le cou, avec un petit sourire sur les lèvres, qui en dit bien long sur ses intentions. Un baiser sur les lèvres, furieux. La langue de Delilah cherche celle de la ribaude pour échanger un baiser à en faire rougir tout les saints. A vrai dire, les pauvres sont déjà écrevisses depuis un long moment, s’ils se sont égarés entre ces murs, car il y règne une tension sexuelle à couper le souffle.

Delilah quitte finalement les lèvres de la demoiselle pour reprendre place entre ses cuisses et sa langue trouve à nouveau le chemin de son intimité, y goutant encore, la nettoyant de la mouille qui y est restée. Les deux doigts pénètrent de nouveau Lilith et ne tardent pas à être rejoint par un troisième. La aussi, Delilah a des plans. Non vraiment, la ribaude ne regrettera pas d’être venu dans cette chambre. La délicieuse en est on ne peut plus convaincue.

Un quatrième doigt rejoins ses congénères alors que la brunette continu de gouter à l’intimité de la jeune femme. Nul doute possible, l’ancienne noble est en train de préparer Lilith à… A quoi, au juste ? Nous le sauront bientôt, puisque l’ancienne noble retire justement ses doigts, qu’elle réunit en une pointe qu’elle présente à l’intimité de Lilith. Lentement mais sûrement, la main progresse et, après quelques efforts et de la patience, la ribaude aspire totalement la main de la délicieuse qui commence alors à la mouvoir, avec un petit sourire sadique avant de se ré-intéresser à l’entre-jambes de la catin, qu’elle retrouve non sans gourmandise.

_________________


Ma compétence ? C'est l'excellence.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une rencontre qui pourra tout changer [Pv=Delilah]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une rencontre qui pourra tout changer [Pv=Delilah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Manoir des Délices :: Epilogue :: Archives RP-