si vous rencontrez un pb à l'inscription, rdv sur facebook Manoir des Délices pour le signaler
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Confession ?! [ Abel De Monfort]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Confession ?! [ Abel De Monfort]   Dim 19 Aoû - 20:08

Il n’y a pas vraiment de but dans la promenade de la jeune duchesse. Elle foule de ses pas les pavés de Paris, perdue dans ses pensées, comme il lui arrive si souvent ces dernier temps. Elle flâne sans réel but. Le mariage lui a amené certains inconvénients mais elle en retire l’avantage de pouvoir se promener seule sans crainte pour sa réputation, et qu’il est doux de pouvoir tout à loisir parcourir les tortueuses rues de Paris sans escorte. Le soleil, ce pâle soleil de fin de journée ne réchauffe qu’à peine la petite dame qui d’un air songeur se dirige vers l’église.
Cette église Madame D’orsay la connait bien, elle en a détaillé chaque vitrail, chaque coupole, chaque arc-boutant durant sa marche nuptiale, elle y est entrée la première fois sans plaisir, sans joie pour en ressortir marié et duchesse, ce saint lieu, elle l’a en horreur, ou du moins, elle l’eu en horreur au tout début, à vrai dire elle eut en horreur toute chose, toute association, toute personne en rapport avec Dieu depuis son mariage.
Mais les temps changent, les mentalités évoluent, les rancunes se dissolvent et Léonie ne ressent à présent à l’égard de cette église qu’une certaine curiosité. Notre jeune femme apprécie les belles choses, les beaux objets, les beaux bâtiments, les belles personnes et il lui semble effectivement que cette fameuse église disposait d’une architecture particulièrement attrayante et c’est donc dans l’intention d’observer cette dernière qu’elle se dirige d’un pas plus énergique vers la religieuse bâtisse.

Les églises, les cathédrale, les chapelles ont toutes la même odeur, une odeur un peu rance mêlant humidité et froideur et celle-ci ne fait pas exception à la règle. Mais une fois entrée, l’odeur s’estompe et c’est au décor, à l’architecture de vous en faire voir. En effet, toute œuvre, ou du moins une bonne partie, dédié à dieu est d’une certaine beauté, c’est le cas ici. Léonie d’Orsay s’avance sur l’allée centrale et son regard se porte sur l’ensemble de l’édifice, un détail lui saute aux yeux, il n’y a personne. Pas un chat, pas un murmure, pas un bruit ne vient troubler le calme religieux si ce n’est peut-être le souffle de la jeune dame. Cette dernière marche le long des bancs, ses pieds chaussé de chaussons sans talons se posent délicatement sur le dallage froid et elle en frisonne. Mais détaillant chaque vitrail de son regard sombre elle ne peut que remarquer l’autel. Le fameux autel ou il y a quelques mois elle a juré fidélité et obéissance à un homme, un homme tant haï qu’il en est difficile d’y penser. Soudainement ses souvenirs se fondent à l’instant présents. Léonie se revoie dans cette robe immaculée, marchant vers son destin, elle revoie aussi la foule d’invités et sa mère au loin radieuse, ses souvenirs l’a font même sentir la chaleur du bras ferme de son père la menant vers son futur époux. Sa main se crispe sur le rebord d’un banc et elle ne peut que s’asseoir au risque de s’écrouler sur la pierre glacée.

Ce n’est qu’au moment où elle entend des pats résonnés dans son dos que la jeune duchesse s’aperçoit des quelques larmes qui se sont égarée sur sa joue de porcelaine, elle les essuie d’un geste rageur, en colère contre tant de faiblesse et tourne la tête vers la provenance du bruit, prête dans le cas échéant à saluer le nouvel arrivant.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Confession ?! [ Abel De Monfort]   Dim 26 Aoû - 16:42

Qui a dit que la vie de prêtre était de tout repos ? Personne ? Ah mince ! Et moi qui croyais l'avoir ouïe quelque part. Mais bon, être prêtre n'était pas ma tasse de chocolat. C'était une obligation à laquelle j'avais u me plier et je vivais ma fonction de manière toute relative. Tant que je prenais du bon temps, je pouvais bien officier en tant que prêtre. C'était ma couverture. Sous mes dehors de prêtre à l'écoute de ses ouailles, j'étais un homme affamé des plaisirs de la chair. J'aimais amener mes chères paroissiennes à succomber à mes assauts. Ma grande gloire étant de les faire culpabiliser, je les amenais à croire que c'était elles qui m'avaient perverti et non l'inverse. Le résultat était qu'en général, elles ne me cherchaient ainsi aucun problème. Elles en redemandaient même et je n'allais pas aller contre. Pour des proies plus faciles, j'officiais au manoir des Boldwin. J'avoue que là-bas, je faisais moins d'efforts, n'hésitant pas à payer certaines des filles du manoir pour mon plaisir.

Je partageais donc mon temps entre le manoir, mon église, mon presbytère et quelques visites à domicile parfois. En ce jour, j'œuvrais en mon église. Recevant mes paroissiens en confessions ou pour quelques conseils. Sans oublier les messes quotidiennes que je devais dispenser. Mais là, je trouvais quelques libertés et après avoir fait le tour du bâtiment pour voir si quelques réfections n'étaient pas nécessaire, je comptais aller prendre un peu de repos en mon presbytère. Revenant faire un dernier tour dans l'église, je vis une silhouette féminine près du chœur. Le fait qu'il s'agisse d'une femme émoustilla mon intérêt et je m'avançais vers elle à pas lent. Je ne voulais pas la gêner dans sa prière. Mais arrivé à sa hauteur, elle se retourna, me laissant voir son visage où les larmes venaient visiblement d'être effacées. Je n'aimais guère voir pleurer les femmes mais je ne pouvais les en empêcher. Je me rapprochais encore un peu d'elle, le visage contrit.


« Eh bien ma fille, vous semblez bien en peine. Puis-je vous aider ou la compagnie de notre Seigneur vous suffis-t-elle ? »

Je l'observais. Elle était belle et certainement noble. Étrangement, je me rappelais ce visage. Je l'avais déjà vu quelque part. Je mis un moment à chercher dans mes souvenirs avant, enfin, de me rappeler cette jeune femme.

« Oh pardonnez-moi ma fille, vous êtes la duchesse d'Orsay. Je ne vous avais pas remis tout de suite. Je suis désolé. Je vous ai marié il y a quelques mois mais parfois ma mémoire tend à s'égarer. Comment vous portez-vous madame la Duchesse ? Pas forcément bien vu vos larmes. Puis-je vous aider ? »

Je renouvelais ma proposition. J'espérai qu'elle saisirait l'occasion pour parler. Elle était fort belle et il était toujours plus simple d'attirer une femme malheureuse dans mes filets. Ce n'était pas très chrétien mais je n'avais pas choisit ma vie alors il me fallait bien des compensations !
Revenir en haut Aller en bas
 

Confession ?! [ Abel De Monfort]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Manoir des Délices :: Epilogue :: Archives RP-