AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Carnet d'Aloysia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Carnet d'Aloysia   Ven 2 Déc - 17:07



    Lorsque j'étais petite je ne rêvais pas au mariage. Tout ce qui m'a toujours intéressé ce résumé en un mot : la musique. Je m'y suis jetée corps et âme. Est ce possible d'aimer d'avantage son art aux êtres humains ? Oui, j'aime d'avantage la musique. Pendant un long moment un homme qui n'étais pas artiste n'avait pour moi nulle valeur, peintre ou compositeur. Compositeur de préférence. Mais même à ce moment là je ne songeais pas à épouser l'un ou l'autre. Ma carrière seule m'intéressait. Pourtant, tu es parvenu à franchir toutes mes barrières.

    Et aujourd'hui je me rends compte qu'il aurait été plus judicieux de ma part de couper les ponts après notre première nuit, de t'éviter. J'ignore quelle image merveilleuse je t'ai renvoyé, mais elle était faussée par l'alcool, et nous voilà piégé dans une parodie de couple. Une farce. Nous paraissons heureux, ah ? Les gens se seraient-ils crevé les yeux ?

    Je me fais l'impression d'une femme cruelle. J'ai vu tes efforts, mais je ne parviens à être celle que tu attends. Je peux tenir une conversation sur n'importe quel sujet, mais dans l'intimité d'une chambre à couché, je suis perdue. Je cède parfois, mais sans entrain, et je crois bien que ça t'agace d'autant plus Nos rapports sont sans flamme, et je n'ose même pas te regarder. Je ne comprends pas d'où vient ce sentiment. Les mois passant nos conversations en sont réduit aux cris que nous échangeons, à nos reproches mutuels.

    Ma faute mon amour. Je le sais, je sais également que si je devais aimer un homme se serait sans doute toi. Mais je suis comme gelée de l'intérieur, mes seuls flammes sont pour l'opéra, pour mon public. Tes cris me blessent, tes reproches m'accablent, mais tu me connais, jamais je ne montrerai le moindre signe de faiblesse. Je suis maîtresse dans l'art de te cacher mes sentiments. J'ignore si tu es dupe. Mais je n'ignore pas tes maîtresses. Une ou plusieurs ? Que sais-je ? Comment pourrais-je te le reprocher en face sans subir ta juste colère. Nos rapports sont sans passion, je ne me sens pas à l'aise. Ce n'est pas toi Victor, peut être n'ai je pas assez confiance en moi finalement ? Je ne saurai le dire.

    Écrire me permet d'y voir un peu plus clair, mais je suis toujours incapable de te dire tout cela. Et quel soulagement cela apporterait-il ? Je n'ai même pas le courage de le laisser poser de façon évidente pour que tu le trouves. Je suis si fatiguée de cela. Fatiguée et furieuse de savoir que tu te livres à des putains. Des putains que tu préfères à moi. Mon ego est couvert de bleu, mon amour, mais je sais quoi faire. Mais pour cela j'ai besoin de temps, et je doute que tu me l'accordes bien longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
 

Carnet d'Aloysia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Manoir des Délices :: Epilogue :: Archives HRP-