si vous rencontrez un pb à l'inscription, rdv sur facebook Manoir des Délices pour le signaler
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Béatrice || 100%

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Béatrice Lemoineau

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 13/03/2016
Age : 26

MessageSujet: Béatrice || 100%   Dim 13 Mar - 5:06


Qui êtes vous



feat Gigi Hadid


Nom: Lemoineau
Prénom:Béatrice Rose
Âge: 20 ans
Métier: Sage-Femme, Ribaude.


Particularités: Elle est marqué au creux de la cuisse d’une cicatrice et un grain de beauté sur le pubis. Elle a un fils qui s’appel Baptiste.



Votre Histoire

J’aurais préféré profiter de ma jeunesse plutôt que de me marier si jeune. Honnêtement, Amaury aussi. Non pas que nous ne nous aimions pas, au contraire, c’était un mariage d’amour quand on y regardait de plus près, disons seulement que ma grossesse expédiait quelque peu le processus. Personne ne savait, seulement ma mère et mon futur mari… Ça me semblait tellement naturel, mais de cette façon ça semblait tuer la magie… Mais debout devant le miroir dans mon corset bien serré, je ne voyais plus la bosse de mon ventre au travers de mon vêtement, maintenant. Elle était encore petite, après tout… Cette bosse. Ma mère avait suggéré que nous nous en débarrassions de la façon dont elle m’avait prit, mais je n’avais pas pu me faire à cette idée. Cette petite poussière faisait partie de moi, maintenant et bien que je savais pouvoir faire confiance en son savoir de sage-femme, je ne pouvais m’y résoudre… Je l’aimais, cette poussière et j’aimais Amaury, ce petit bébé serait élevé et je lui apprendrais tout ce que ma mère et le clan m’avait légué. Toute les recettes, tout les mots que je connaissais et si c’était une femme, elle serait élevée comme une sorcière, comme moi et ma mère avant moi et les générations précédentes.
Maman respecta ma décision et elle poussa son nouveau mari, le second, à nous aider avec la cérémonie. Surtout qu’Amaury eut la brillance d’esprit de lui demander ma main à lui comme si il était mon père de sang. Cela lui plut, le vieux Bernard était très à cheval sur ce genre de chose. Les deux hommes ignoraient tout des rituels et des petites histoires que je partageais avec ma mère et avec les autres femmes du coin. Les danses nues dans les bois, tout cela était encore plutôt dangereux à cette époque…

Mes cheveux longs étaient remontés en tresse sur ma tête et de magnifiques fleurs sauvages y étaient savamment installé. Des fleurs pour la fécondité, maman m’avait-elle glissé à l’oreille en riant doucement. Ça l’amusait, apparement, de coller ce genre symbole à sa fille secrètement enceinte. Ma robe était magnifique, les petites broderies lavandes mettaient mon buste à l’avantage. J’avais l’impression que mon corset allait exploser tellement mes seins me semblaient « mit à l’avantage » j’avais peur que le cordage pourtant serrés ne fasse des ratés sur l’Autel. Déjà que je n’étais pas très croyante, il ne fallait pas tenter le diable non plus, n’est-ce pas ? J’eus un bref rire en y pensant. J’ajustais mon voile brodés et passa mes doigts sur les broderies qui décoraient la fin de mon corset et la dentelle qui tombait sur mes avant bras. Malgré tout, je me sentais comme une vraie mariée. N’étais-je pas ce que j’étais de toute façon ? Une vraie mariée enceinte !
Je descendis l’allée centrale avec mon beau-père à mon bras. Il était beau et bien habillé, mais le plus beau d’entre tous était mon Amaury, m’attendant sagement sur ce petit coin de plancher que nous allions partager dans quelques minutes. Ma main trouva la sienne et juste comme ça, juste comme le prêtre parlait et disait toutes ces choses que je n’écoutais pas, j’étais Béatrice Rose Lemoineau…

Notre mariage s’annonçait heureux. Je pratiquais mon travail de sage-femme sans problème, aidant les femmes à accoucher et gardant le secret de celles qui ne voulaient tout simplement pas accouchés ou pour les prostitués de la maison close du petit village. C’était mal vu, certes, mais je ne pouvais pas ne pas aider ces femmes. Amaury n’y voyait aucun problème, j’ignorais si c’était simplement par amour pour moi ou simplement parce qu’il n’en avait rien à faire de mes activités…Ou parce qu’il faisait de son mieux pour éviter toutes les rumeurs et noms d’oiseaux qui courraient sur mon nom maintenant… Ça devait le fatiguer j’imagine, d’entendre les autres hommes et femmes traiter toute les sage-femmes de la même façon, de les traiter de sorcières ou de païennes… Certes, dans mon cas c’était plutôt vrai, mais ça, personne ne le savait vraiment. Mon mari non plus. Ils savaient simplement que mon savoir sur les plantes me venait de ma mère sans savoir tout ce qu’elle m’avait apprit… Tout le savoir transmit de mère en fille au sein du clan…

Mon fils est venu au monde en septembre. Amaury n’était pas là, mais les femmes du clan l’étaient. Ma mère était ma sage femme. Ses mains expertes m’avaient élevé et m’avait enseigné tout ce que je savais sur les plantes, leurs effets sur le corps et sur l’esprit humain. Je lui faisais entièrement confiance, elle n’aurait jamais tué ou prit la chance de tuer sa fille ou son petit fils lors de l’accouchement. Ce fut pénible, mais elle sut quoi faire et comment pour que la douleur soit au plus possible supportable. Elle fit de son mieux, mais mon fils était fait pour un jour être aussi grand et fort que mon mari l’était et pour l’époque, mon mari était un géant. Toutes les fibres de mon corps semblaient se fendre en deux, mais au final,il vient au monde.
Adorable. Parfait aussi. Blond comme moi avec des yeux verts comme son père. Il était tout simplement magnifique…
Amaury l’adora aussi forcément, le fruit de ses couilles et des souvenirs de tout ces moments d’amour sensuel et tiède… Il l’aima de tout son coeur à la seconde où il le vit.
Suite à sa naissance, tout alla au mieux pendant quelques années. J’essayais d’apprendre à mon fils ce que ma mère m’avait apprit aussi tandis que nous passions beaucoup de notre temps dans les bois. Baptiste adorait ça, Amaury aussi…

Il y avait quelques points d’eau dans le bois, des endroit silencieux et à couvert où Amaury et moi allions pour vivre nos petites histoires en privé… C’était un de mes endroits préférés et j’y retournais souvent pour m’y baigner. Puis un jour, un jour les choses échappèrent à mon contrôle… complètement. L’eau fraiche sur ma peau me couvrait de long frissons et d’une chaire de poule agréable. J’en profitais un long moment sans remarquer la présence sur le bord des rochers. Il vient dans l’eau, m’agrippa et me força contre le plus grand d’entre eux. Je sentis mon ventre et mes seins frotter contre la pierre alors qu’il… Qu’il osait. La terre me tâchait alors que je venait à peine de terminer mon bain… j’étais tachée de lui et du sol. Il en profita longuement, abusant de moi comme je me débattais fortement. Mais il était beaucoup plus lourd que moi et chaque fois m’écrasait sous son poids. Il finit par m’abandonner là, près de l’eau, les joues baignées de larmes alors qu’il riait, fier d’avoir eu la sorcière dans un coin. Il parti et je finis par me lever, les jambes un peu tremblantes pour récupérer ma robe et mon châle, abandonnant le reste de mes biens là… Je voulais rentrer, trouver Amaury et que cet homme crève pour ce qu’il m’avait fait.
Au village, je me blottis dans les bras de mon mari et laissa mes larmes couler d’elles même, complètement humiliée, complètement dévastée. La colère grimpait en moi et je dis tout à Amaury qui jura qu’il paierait. Je le dénonçais aussitôt mon corps propre. Tout le monde fut mit au courant de ce qu’il m’avait fait… Il blâma le tout sur moi, jurant qu’il avait été ensorcelé, que j’étais celle qui l’avait forcé à me prendre là, sur la rivière. Une femme de lousse morale, qu’il osait dire… Je l’insultais, grognais son nom et jura qu’il paierait pour tout les mensonges et les actions qu’il avait posé. Je l’énervais, il vient vers moi comme je reculais et ne fit que quelques pas rapides avant de glisser et de tomber, mort… Le cou rompu sous l’impact.
Les regards se tournèrent vers moi et la panique s’empara de mon coeur et de mon esprit. Il m’accuserait, je le savais, le voyait et bientôt, je l’entendis. Les hommes m’accusèrent et je fus rapidement emprisonné.
Mon procès ne serait pas à venir avant quelques deux semaines. Entre temps, j’étais confiné à cette cellule… Je fus torturé, abusé comme on cherchait à ce que je vendes mes consoeurs en échange d’une pause. Ils n’avaient jusqu’à maintenant aucune preuve sur la vérité. Que j’avais été élevée pour être sorcière… Je ne comptais pas leur dire, ni leur avouer quoi que se soit.

Amaury venait chaque jour avec Baptiste alors âgé de 3 ans pour me voir, me dire où en était les discussions. La décision était visiblement déjà prise bien avant que mon procès. J’allais mourrir. J’aurais dû mourir, mais un homme arrivé au village depuis quelques temps déjà proposa à mon mari de me sauver, de m’emmener à Paris avec lui. Ils s’étaient rapprochés au cours des derniers mois autours de toute cette histoire… Les amis d’Amaury c’était raréfié. Il s’accrochait à l’aide qu’il pouvait obtenir et cet homme… Cet homme lui offrait une façon de me sauver la vie. Il accepta sur le champ et jura de me rejoindre à Paris dès qu’il le pourrait.
Il vient dans ma cellule et en ouvrit la porte. Il avait acheté ma liberté, jurant de m’emmener là où je ne pourrais jamais revenir au village. Ils étaient tous tellement heureux de se débarrasser de la sorcière…
Le lendemain, après avoir dormi dans sa chambre et avoir mangé, nous étions partie. J’étais encore faible et gardais le silence la majorité du temps, ne répondant que de bref sons lorsqu’absolument nécessaire. Je ne voulais pas partir, mais je n’avais plus tellement de choix devant moi. J’abandonnais mon fils et mon mari, j’étas déchiré…
La route vers Paris prit plusieurs jours. Tout les jours, il m’aidait à prendre soin de moi, puis à Paris, son comportement changea peu à peu. Il était de plus en plus autoritaire disant que je lui devais la vie, que je lui devais ma liberté, puis un jour, en sortant de mon bain, je l’entendis entrer dans la salle d'eau et son corps se pressa contre le mien… Je ne me sentais pas la force de lui refuser quoi que se soit… Je lui devais la vie… J’étais entièrement vide de toute force.
Sa main passa sur mes fesses, puis mon pubis et je n’offris aucune résistance. Il ne fut pas violent avec moi… Cela dura encore quelques jours. Je restais à la maison, il sortait et revenait. Il me prenait comme ça lui plaisait puis m’aidait à me nettoyer. Un jour, il vient avec de nouveaux vêtements pour moi. Un robe neuve. Il m’aida à nettoyer mon corps une fois encore, après en avoir longuement profiter et m’aida à serrer mon nouveau corset et ma nouvelle robe. Je tressa mes cheveux blonds et longs et il m’aida à installer un ruban dans ma tresse. Il me dit que nous allions voir ma nouvelle demeure et qu’Amaury arriverait bientôt avec mon fils, que c’était le temps pour moi de me remettre de tout ce qui c’était passé. Avec plaisir je le laissais m’entrainer avec lui, certaine de trouver mon mari.
Il recouvra mes yeux d’un morceau de velours et en attacha un autre à mon poignet pour que je ne parte pas seule dans la mauvaise direction. Lorsqu’il retira mon ruban, j’étais au manoir. Amélia devant moi et mon Rabatteur à ma droite…

Mes débuts furent plutôt difficiles… Je refusais les clients. Je ne voulais pas, on me forçait et j’étais punis chaque fois que je n’étais pas d’accord avec ce pourquoi on m’avait hébergé...J'avais eu le choix qu’ils me répétaient, j’aurais pu rentrer... mais rentré, signifiait que aussi mourrir et n’allais jamais revoir mon fils et mon mari… Ici, au moins, j’avais une chance que mon mari revienne et me réserve une nuit… Je dû me rendre à l’évidence, je n’avais pas de choix. C’était le manoir ou rien. La colère en moi fini par devenir ma carapace. Je souriais, j’apprenais à désirer ceux que je désirais pas, en regardant les délicieuses, à me faire sulfureuse et à séduire les clients…Je refusais pourtant encore à certains moments, je paniquais lorsque certains hommes posaient les mains sur moi… Je faisais de mon mieux, pourtant, pour avancé… Petit à petit, être pute devient une seconde nature chez moi. Je me forçais à les accepter entre mes cuisses… Et bâtie une clientèle fiable autour de moi. Je finis par accepter ma position, purement et simplement. Doucement, je pris confiance et au prix de grand effort, devient ribaude.



Qui es-tu vraiment ?

► Portrait moral (caractère , ...) : Elle a apprit à supporter tout. Les contacts physiques, la douleur physique comme la souffrance morale. Elle a toujours eu un caractère fort, il est difficile pour elle de ne pas être direct et impulsive. Ses émotions sont fortes et parfois un peu incontrôlable même pour elle. Hyper-active elle sait s’occuper seule et préfèrera se coller a une tâche ingrate plutôt que de simplement resté inactive trop longtemps sa créativité prend donc le dessus. Elle dessine lors des moments mous, se présente en cuisine, ou cout de petit bout de vêtements pour son enfant., préférant s’occuper les mains plutôt que de ne rien faire du tout…
Elle a parfois mauvais caractère il faut l’avouer, un peu récalcitrante, elle a apprit à gérer sa colère pour pas exploser à la face des clients, ne plus être forcé violemment et répondre aux attentes des Bodwin. Elle essaie, elle apprend tout les jours un peu plus qu’elle est la meilleure façon de séduire et d’acquérir de nouveau client.
Elle sourit constamment même lorsqu’elle ne le pense pas ou qu’elle est au plus triste. Se serait avouer sa faiblesse, maintenant, que de pleurer ouvertement. Elle n’est jamais vraiment seule au manoir, même en évitant tout le monde, il y’a toujours des gens partout et cela, oui, parfois elle trouve que c’est un peu lourd à supporter. Enfant unique, elle a apprit à se débrouiller, à grandir seule. Devenir prostitué, est une étape de plus, maintenant. Sa carapace c’est bien installer, maintenant. Elle n’apprécie pas sa condition, non, l’absence de son mari et de son fils la pèse, elle cherche toujours secrètement, un moyen de ne plus être là, de s’évader. Mentalement et physiquement…
Et parfois, bien qu’elle se force à ne pas l’espéré, elle souhaiterait voir son amoureux passer la porte du manoir et qu’il ose la réservé pour une nuit… Elle refuserait surement, trop fière pour laisser son amoureux payer pour toucher son entre jambe. Trop fière pour le laisser s’abaisser à ce genre de chose. Ils s’écrivent souvent, en secret et elle fait passer les lettres vers l’extérieur sans que personne ne le sache…
Elle est direct et manque parfois de filtres lorsqu’elle parle, discutant de ses règles comme si c’était une recette quelconque…Ça lui cause parfois des problèmes comme elle est maladroite de cette façon… et maladroite tout court aussi. C’est plutôt mignon qu’on penserait, mais elle, ça la fait chier, ça casse son image, c’est une fissure dans sa fierté et dans sa carapace dure qui la protège elle et son coeur de la violence du manoir.


► Description physique : [Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi le Rabatteur l’a choisit pour le manoir. Blonde et voluptueuse ses courbes sont agréable et tentante. On apprécie son corps en santé et la forme de ses hanches qu’elle trouve trop large alors qu’elles sont parfaitement proportionner à son corps. Ferme, ses fesses sont pleines et dénudée de marques sinon la constellation de grain de beauté qui colore son derme… On s’attend à ce qu’elle est des marques très très visible sur son ventre et l’intérieure de ses cuisses lorsqu’on sait qu’elle a enfanté, mais non, elle s’en aie plutôt bien sortie. Seulement les petites marques de la peau étirée puis relâchée rapidement. Elle a apprit à les apprécier aussi, les appelant ses rayures de maman tigresse. Ses cheveux sont toujours laisser au naturel. Elle les brosse, certes, mais les laisse aller comme ils veulent, tombant maintenant assez bas pour chatouiller la cambrure de son dos.
Sa peau est douce sous les doigts et on n’y trouve pas beaucoup de défaut sinon la cicatrice au creux de sa cuisse et les nombreux grains de beauté…
Son regard est d’un bleu perçant, teinté d’un peu de vert, simple et franc, comme elle. Comme les tissus qu’elle aime porté sur son corps clair et doux… Qui ne cache rien de sa vie.
Sa poitrine est plutôt forte aussi, écrasée sous les corset, elle préfère ne pas en porter, appréciant presque d’être ribaude pour le simple privilège de ne pas avoir à un porter un constamment, adorant simplement d’être libre de ses mouvements et de sa respiration. C’est qu’elle ne les aime pas tellement, les corsets. Peut-être est-ce une petite tendance nudiste…

► Divers : Iban, Eugénie, Timeo, Abélard



De l'autre côté de l'écran...


Prénom ou surnom : Grogrochat
Âge :24 ans
Sexe :F.
Comment avez-vous connu le forum ? : Je suis Léandre.
Des suggestions vis-à-vis du forum ? Plus de moi !
Vos disponibilités pour poster : 5/5 j’imagine.
Mots de passe X3:ok



Revenir en haut Aller en bas
Amélia Boldwin
Maîtresse des lieux
avatar

Messages : 1713
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: Re: Béatrice || 100%   Ven 18 Mar - 18:16

Je t'ouvre les portes du Manoir !
Amuse-toi bien avec ce nouveau personnage et pas de bêtises derrière le dos de Timéo Suspect

_________________


Revenir en haut Aller en bas
http://manoir-des-delices.forumsactifs.com
Léandre Major

avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 16/05/2015
Age : 26

MessageSujet: Re: Béatrice || 100%   Ven 18 Mar - 23:49

TROP BIEN.
MERCI BEAUCOUP. ♡
Revenir en haut Aller en bas
Ezel Olven
Mercenaire/Assassin
avatar

Messages : 2579
Date d'inscription : 03/01/2012

MessageSujet: Re: Béatrice || 100%   Sam 19 Mar - 12:24

Hey Welcome Mademoiselle a tendance nudiste !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Léandre Major

avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 16/05/2015
Age : 26

MessageSujet: Re: Béatrice || 100%   Dim 20 Mar - 15:59

merci (a)
Revenir en haut Aller en bas
Dawn Cavill
Apprentie & Admin
avatar

Messages : 4416
Date d'inscription : 27/09/2010
Age : 29
Localisation : Le Manoir Des Délices

MessageSujet: Re: Béatrice || 100%   Sam 2 Avr - 21:09

chouchou il faudrait que tu signes le règlement avec ce perso aussi Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://www.manoir-des-delices.forumsactifs.com
Béatrice Lemoineau

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 13/03/2016
Age : 26

MessageSujet: Re: Béatrice || 100%   Dim 3 Avr - 16:40

JE VAIS LE FAIRE TOUT DE SUITE, PARDON ; ;
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Béatrice || 100%   

Revenir en haut Aller en bas
 

Béatrice || 100%

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Manoir des Délices :: Prologue :: Les fiches validées :: Délicieuses, Apprenties & Ribaudes-