AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Abélard de Clermont-Tonnerre - [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abélard de Clermont

avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 31/12/2015

MessageSujet: Abélard de Clermont-Tonnerre - [Terminé]   Jeu 31 Déc - 0:47


Qui êtes vous

" />


feat Jai Courtney


Nom: (de) Clermont-Tonnerre
Prénom: Abélard Jean Henri
Âge: 25 ans
Métier: héritier, fils de vicomte


Particularités:



Votre Histoire

► Pour commencer, la rencontre de mes parents n’a rien de romantique. En effet, mon père était alors un jeune héritier assez en vogue, de taille moyenne avec un visage fin, des cheveux foncés et des yeux marrons, et qui n’avait qu’à claquer des doigts pour trouver une épouse. La plus malines parmi toutes ces demoiselles fut la fille d’un chevalier du roi de France ; une jeune fille aux cheveux châtains clairs, aux yeux noisettes et aux formes généreuses. Le père de cette dernière avait réussi à obtenir pour son fils un poste de chevalier et souhaitait pour sa fille un (très) bon parti. C’est ainsi, en jouant de ses charmes, qu’Augusta Montclair obtint d’Alcide de Clermont-Tonnerre un statut de vicomtesse. Les négociations ne furent pas simples, mais les pères finirent par trouver un arrangement qui convenait. Leur mariage fut célébré dans les règles de l’art et dans un faste certain. Cependant, malgré la situation, je ne doute pas qu’au fil des années, mes parents se sont découverts une affection certaine l’un pour l’autre.
***
C’est une chaude nuit d’été de 1745, que je poussais mes premiers cris au grand soulagement de toutes les personnes présentes dans la pièce. En effet, la sage-femme craignait que vu les longues heures qu’avaient passées mon honorable mère à pousser, je sois mal engagé. L’histoire veut que lorsque je hurlais pour la première fois, ma mère pleura pendant un long moment et mon père sauta de joie dans la pièce. Une fois ce petit moment d’euphorie passé, mon père s’enquit de savoir ce que j’étais. La famille de mère ayant une fâcheuse tendance à produire des filles, mon père s’inquiétait d’avoir une fille en guise d’ainé. Lorsque ma mère lui annonça l’heureuse nouvelle que le nourrisson qu’elle portait avait bel et bien de quoi revendiquer le titre d’héritier, mon père demanda une bouteille de vin de champagne pour fêter son soulagement. Toujours dans l’allégresse du moment, on me donna le nom de mon grand-père paternel.
Trois ans après ma naissance, un second fils venait honorer le nom de mon père : Pierre. Dès sa naissance, je sus qu’il serait mon souffre-douleur favori.
Cinq années après ma naissance, ma mère reçut une première lettre de son frère : il avait l’honneur d’annoncer à sa sœur aînée ses noces avec une nièce du Prince de Piémont. Ma mère, habile pour ces choses, ne manqua pas de faire savoir à mon père son doute quant à l’état de la jeune mariée. Sur le moment encore jeune et ignorant, je ne comprenais pas l’allusion de ma mère. Toutefois, mon père fut bien obligé de constater la véracité des propos de son épouse car au mois de décembre, ma mère reçut une autre missive portant le cachet de son frère et qui lui annonçait la naissance d’une petite fille, Ellena Marie Victoire.
Par la suite, ma mère ne nous fit plus part des contenus des envois de son cadet et notre vie continua comme si cette annonce n’avait jamais eu lieu.
***
Durant mes premières années, nous vivions sur les terres du vicomté qu’administrait mon père. Ce sont mes grands-parents et ma mère qui étaient chargés de mon éducation et accessoirement de celle de mon frère. Ainsi, commençais-je très jeune à apprendre l’étiquette, les manières, les mots, l’histoire de mon pays, l’arithmétique. De plus, ma mère et ma grand-mère avaient insisté pour que l’on me procure une éducation artistique ce qui se traduisit par des leçons de danse et de piano fort ennuyeuses et pour lesquelles je n’avais aucun intérêt. Ce n’est que des années plus tard que je compris que ces longs moments désagréables pourraient m’être utiles. Quant à mon père, sa seule exigence fut que son héritier devait être à sa hauteur dans tous les domaines. Mon père étant un homme intelligent, adroit aux armes, douées en affaires et brillant avec les dames, j’avais encore beaucoup d’efforts à fournir.
***
Lorsque j’atteins l’âge de dix printemps, j’étais un enfant un visage grassouillet et à la carrure imposante dans le mauvais sens du terme. Mon père n’approuvait pas mon état et je ne sentis que plus tard, que cette période était une déception pour lui.
Quand mes treize ans sonnèrent, je m’étais à peine affiné et c’est à cette même période que ma tendre mère fit savoir à son mari que l’air de Paris lui manquait et qu’elle souhaitait y acquérir un hôtel particulier. Mon père n’en pris pas ombrage et laisse sa femme emporter dans ses valises les deux désillusions. J’étais pourtant bonne élève dans mes leçons, mais j’étais gracieux comme un porc et maladroit avec mon épée. Mon père demanda donc à ce qu’on remette à neuf l’hôtel particulier de la capitale en guise de cadeau de mariage à ma mère.
C’est là que je passai mes premières expériences dans le monde. Mon chère mère tenait très souvent salon et les invités ne cessaient de dire : « quelles belles joues que voilà », « en voilà un qui aime assurément la bonne chair » ou encore « ô regardez, on dirait un chérubin ». C’est également dans ces conditions, que je rencontrai Iphigénie. Elle avait quinze ans, était belle comme le jour avec ses cheveux jais et ses yeux foncés, et était cruelles comme seules les jeunes-filles savent l’être. Pendant, cinq longues années, elle me fit miroiter monts et merveilles me faisant croire qu’un beau jour nous nous marierons. Elle était mon premier amour et fut aussi ma première déception : le jour où l’on fêtait ma dix-huitième année, je la découvris dans les bras d’un jeune-homme de 3 ans mon ainé qui venait souvent chez nous. C’est alors qu’elle m’avoua que si elle avait tenté de garder d’aussi bons termes avec moi c’était pour avoir l’occasion de venir voir le dit jeune-homme. C’était la première fois de toute ma jeune vie que je mettais mes leçons en pratique et laissai mon poing s’écraser sur la face de mon rival.
A partir de ce jour, j’avais décidé que plus aucune femme, excepté ma tendre mère ne pénétrerait mon cœur. C’est aussi cet événement qui me poussa à entreprendre un changement drastique : je souhaitais devenir plus beau, plus désirable que ce bellâtre et je souhaitais que plus jamais on ne me souffla une conquête. Je poursuivis donc mon enseignement.
Lorsque mon père vint nous rendre visite, il constata mon obstination et mon changement et dit à ma mère : « Ma chère, vous ferez ce que vous voulez de Pierre, mais celui-là est mon fils ! Je l’enverrais donc faire ses classes auprès d’un de mes amis et il deviendra un vrai de Clermont-Tonnerre » Ce jour-là, j’avais reconquit l’estime de mon père. Les années passèrent et je me plaisais dans le milieu militaire. Mon corps ne cessait de se sculpter et de me donner une nouvelle image. Je compris cela à partir du moment où les demoiselles commencèrent à me regarder avec une envie pleine de lubricité et je compris où se trouverait ma vengeance et mon plaisir : j’allais collectionner les conquêtes. C’est ainsi que j’avais accompli tous les objectifs que mon père attendait de moi.
***
Nous sommes aujourd’hui en 1770, le roi vient de marier son fils à une autrichienne mais peu m’importe. Moi ce qui m’intéresse se sont les combats, les fêtes et les femmes (en particulier celles d’un certain manoir). Je pensais que la seule qui méritait mon respect était ma mère et que mon père, honorable homme, méritait mon adoration. Toutefois, quelques temps avant les noces royales, un pli parvint chez moi et était cacheté d’un « S ». C’était le prince Charles-Emmanuel III qui annonçait à ma mère les arrangements concernant Ellena, ma cousine. Elle devait venir habiter chez nous dans le but de pouvoir exercer sa nouvelle fonction : dame de cour de la Dauphine. Mon oncle, que je n’avais jamais rencontré, était mort depuis longtemps dans un naufrage et je n’avais jamais vu sa fille. Je l’imaginais donc laide à faire peur.
Le jour de son arrivée, mon avis sur sa personne changea complètement. Nous étions tous dans le salon attendant la demoiselle qui ne devait plus tarder. Ma mère était intenable à l’idée de la rencontrer ; mon frère, comme à son habitude était le nez dans un livre et mon père et moi jouions aux échecs. Quand le butoir de la porte frappa, il me sembla voir voler ma mère jusqu’à la porte. Au loin, j’entendis la voix de celle qui devait être ma parente : elle me paraissait mélodieuse. Quelle ne fut pas ma surprise quand une jolie jeune-femme blonde, aux yeux verts envoûtants et à la taille gracile passa la porte. Depuis ce jour, je sais qu’une autre femme que mère prenait une place de respect dans mon cœur : cette fille était la sœur que je n’avais jamais eue. Point d’ambiguïté dans mon sentiment, c’est bien un amour fraternel que je porte à la belle.  




Qui es-tu vraiment ?

Portrait moral (caractère , ...)
Je n’ai pas un mauvais caractère. Je suis juste conscient de mes atouts et j’aime le rappeler à qui veut bien l’entendre (à ceux qui ne le veulent pas aussi d’ailleurs). Je sais être courtois, poli et d’une éducation irréprochable quand les circonstances le demandent. Néanmoins, je suis tout aussi capable d’être tout le contraire. Mon éducation est ce qu’elle est et je sais m’en servir, mais parfois je peux être un vrai malotru.
En réalité, je suis de très bonne composition avec ma famille pour laquelle j’ai un profond respect : je sais ce que je suis et ce que je leur dois. Et lorsque l’occasion d’aller à la cour se présente, je sais faire bonne figure. En revanche, avec les étrangers, les gens de passage, je ne suis pas ce qu’on pourrait appeler un modèle de bonnes manières.
De plus, je ne manque pas d’assurance. Je sais ce que je suis, ce que je possède et à quoi je ressemble et je sais en jouer. Peut-être même un peu trop. Mon père m’a souvent reproché ce tempérament un peu trop confiant. Quant à mes supérieurs, ils pensent que je suis une tête brûlée. Il faut également avouer que je n’ai pas peur de jouer des poings et que, parfois, je cherche les ennuis.
Toutefois, n’allez pas croire que je suis un homme sans jugement, un bel emballage mais sans qualité intérieure. Je peux me montrer calculateur, réfléchi, patient. Je sais attendre les opportunités et les saisir quand elles passent à ma portée.
Enfin, si aimer les femmes et être aimé d’elles est un trait de caractère, alors cela fait partie de mon caractère.


Description physique :

Comment vous dire la chose ? Je suis beau ; non, cela est encore trop vague. Je suis bel homme ; non, non, c’est trop poli. Je suis un dieu grec réincarné sur terre ; là c’est mieux. Rendons-nous à l’évidence et appelons un chat un chat, j’ai plutôt été gâté par la nature. Je mesure un mètre quatre-vingt-cinq de haut et un mètre vingt de largeur d’épaules. Mon enseignement militaire m’a permis d’obtenir une musculature assez avantageuse et bien proportionnée. J’ai, parait-il, la même couleur de cheveux que ma mère et les yeux de mon grand-père paternel. Pour résumer, je suis châtain aux yeux bleus. Pour ce qui est de mon visage, ma mâchoire est carrée, souvent ornée d’un barbe de quelques jours et mon sourire franc en a charmé plus d’une.


Divers : Ellena Montclair : ma charmante et ravissante cousine que j’apprends à connaitre petit à petit.



De l'autre côté de l'écran...


Prénom ou surnom : Magic
Âge : 23 ans
Sexe : en cours de chargement…
Comment avez-vous connu le forum ? : Par une jolie blonde
Des suggestions vis-à-vis du forum ? Pas encore
Vos disponibilités pour poster :dès que j’en ai l’occasion
Mots de passe X3: ok  





Dernière édition par A de Clermont le Sam 2 Jan - 0:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dawn Cavill
Apprentie & Admin
avatar

Messages : 4382
Date d'inscription : 27/09/2010
Age : 29
Localisation : Le Manoir Des Délices

MessageSujet: Re: Abélard de Clermont-Tonnerre - [Terminé]   Ven 1 Jan - 14:34

Merci de votre patience

Merci de votre patience
Revenir en haut Aller en bas
http://www.manoir-des-delices.forumsactifs.com
Dawn Cavill
Apprentie & Admin
avatar

Messages : 4382
Date d'inscription : 27/09/2010
Age : 29
Localisation : Le Manoir Des Délices

MessageSujet: Re: Abélard de Clermont-Tonnerre - [Terminé]   Ven 1 Jan - 15:48

helloooo Very Happy bienvenue sur le fofo !
j'aime beaucoup le choix du vava par contre va falloir faire quelque chose pour les dimensions de l'image et le style vestimentaire xDDDD

Sinon j'aime beaucoup ta plume très fluide et agréable à lire :slurp:
J'espère que tu te plairas parmi nous n'hésite surtout pas à venir vers nous en mp si tu as besoin de quoique ce soit par rapport au contexte du fofo ou autre !

En revanche avant de te valider, j'aurais besoin que tu signes le règlement et également que tu me communiques les trois mots de pass qui s'y trouvent Wink
J'attends de tes nouvelles !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.manoir-des-delices.forumsactifs.com
Dawn Cavill
Apprentie & Admin
avatar

Messages : 4382
Date d'inscription : 27/09/2010
Age : 29
Localisation : Le Manoir Des Délices

MessageSujet: Re: Abélard de Clermont-Tonnerre - [Terminé]   Ven 1 Jan - 23:27

C'est tout bon je t'ouvre les portes Very Happy
Welcome officiel !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.manoir-des-delices.forumsactifs.com
Aliénor Blanc

avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 04/04/2014
Age : 24
Localisation : Au Manoir, probablement

MessageSujet: Re: Abélard de Clermont-Tonnerre - [Terminé]   Ven 1 Jan - 23:30

Bienvenue, au plaisir de vous croiser dans un couloir ou un lit :ange:

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Abélard de Clermont

avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 31/12/2015

MessageSujet: Re: Abélard de Clermont-Tonnerre - [Terminé]   Ven 1 Jan - 23:32

Merci pour l'accueil à toutes deux .

Aliénor, au plaisir partagé 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Ellena Montclair

avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 05/12/2015
Age : 28
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Abélard de Clermont-Tonnerre - [Terminé]   Ven 1 Jan - 23:35

Bienvenue mon cousin. 
Very Happy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Anne-Lise Salincourt
Gouvernante en chef de L. de Kerouac
avatar

Messages : 648
Date d'inscription : 07/01/2011
Localisation : Chez Loïc de Kerouac

MessageSujet: Re: Abélard de Clermont-Tonnerre - [Terminé]   Ven 15 Jan - 22:15

bienvenue en ces lieux charmante petite chose What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Abélard de Clermont

avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 31/12/2015

MessageSujet: Re: Abélard de Clermont-Tonnerre - [Terminé]   Sam 16 Jan - 17:08

Petite chose? Ma chère, attendez de m'avoir rencontré pour pouvoir affirmer de telles choses.
Toutefois, merci pour cet accueil

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Amélia Boldwin
Maîtresse des lieux
avatar

Messages : 1711
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: Re: Abélard de Clermont-Tonnerre - [Terminé]   Mar 19 Jan - 0:20

Honte à moi qui ne salue même pas proprement un nouveau client :slurp:

Bienvenue en ma demeure mon cher u_u

_________________


Revenir en haut Aller en bas
http://manoir-des-delices.forumsactifs.com
Abélard de Clermont

avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 31/12/2015

MessageSujet: Re: Abélard de Clermont-Tonnerre - [Terminé]   Ven 22 Jan - 21:30

Madame, vous rencontrer est un ravissement et j'espère pouvoir très prochainement réitérer ce contentement au sein de votre demeure.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Abélard de Clermont-Tonnerre - [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Abélard de Clermont-Tonnerre - [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Manoir des Délices :: Prologue :: Les fiches validées :: Habitants & Habitantes-