si vous rencontrez un pb à l'inscription, rdv sur facebook Manoir des Délices pour le signaler
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ariane Augier ~ Rabatteuse. [Terminer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ariane Augier

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 18/08/2015
Age : 26

MessageSujet: Ariane Augier ~ Rabatteuse. [Terminer]   Mer 19 Aoû - 17:31


 
Qui êtes vous

 

 

  feat Kate Beckinsale
 

  Nom: Augier.
  Prénom: Ariane.
  Âge: 32 ans.
  Métier: Rabatteuse.
 

  Particularités: S’amuse autant avec les hommes que les femmes, mais ne ressent  aucun sentiment d’amour pour eux et elle n’y tient pas. À tout de même une préférence pour les hommes.
 

 


 
Votre Histoire

 
Les murs étaient hauts et fiers, d’une pierre grise froide, sans chaleur quelconque. Le sol, glacial en hiver, bouillant en été, ne laissait aucun confort aux pieds nus, s’efforçant de rappeler à ceux qui s’y promenaient qu’ils n’étaient rien pour personne. Des portes de bois massives ornaient les nombreux couloirs, seules décorations avec quelques chandeliers suspendus agrémentés de chandelles qui n’arrivaient même pas à transmettre un peu de lumière dans le cœur des enfants. Pour certains, il s’agissait d’un cachot, prison sans issus, le prélude d’une vie terne et sans magie. Pour d’autre, un simple couvent permettant aux orphelins d’avoir une petite chance, infime soit-elle, dans la vie de demain. Pour cette jeune fille, c’était le seul endroit qu’elle connaissait de Paris, du pays et du monde dans son intégralité. Un repaire, un foyer, une famille, une sécurité que bien des gens auraient aimé avoir dans leur vie. Elle était là, toute petite et fragile, écoutant et respectant les religieuses qui l’avaient recueillie, alors qu’elle était encore qu’un simple poupon dans un linceul.

Qui était-elle? Qui était ses parents? Étaient-ils morts ou l’avaient-ils simplement abandonnée? D’où venait-elle? Quel était son prénom, son véritable nom? Personne ne pouvait répondre à ses questions. Même les circonstances entourant sa naissance restaient un simple mystère, comme si l’on avait arraché les premières pages d’un livre, les pages de son histoire. Les questions elle les avait posées, mais personne n’avait été en mesure de lui répondre et c’est avec le temps qu’elle finit par commencer son livre, sa vie. Elle ne pouvait retrouver cette partie de son passé et elle devait passer outre pour son propre bien, pour sa propre survit. Ariane fut son prénom, son nom resta illisible. Elle finit par cesser de chercher, cesser de vouloir comprendre, après tout, elle n’avait jamais eu de réelle famille et elle n’en souffrait point. Lorsque l’on ne connait pas, on ne s’ennuie pas.  

Elle ne connut rien d’autre que les murs froids, les portes imposantes, les religieuses secs et dures pour la plus part, aimantes et douces pour les plus jeunes d’entre elles. Rien de plus que des enfants tristes et turbulent, des jours de silences, des nuits de conte. On lui apprit à apprécier ce qu’elle avait, un toit, un logis, des sœurs, des mères. Elle s’en contentait, grandissant au fil des saisons, vaquant à ses tâches dans le respect, la grâce d’une future femme et la bonne humeur. Travaillante et sociable, elle se liait rapidement à ses camarades féminines, les garçons logeant dans une autre section du couvent, leur contacte étant diminué au maximum. Point hypocrite, elle ne se gênait pas pour dire ce qu’elle pensait réellement au fond de son être, dérangeant pour certain, preuve d’une honnêteté incroyable pour d’autre. Elle possédait une écoute d’or et une assiduité que peu d’enfant se donnait la peine de développer. L’art de la lecture fut rude à apprendre, une fois les bases assimilées, l’écriture vint de son plein gré, comme le ruisseau qui coule vers l’océan.

Si la période de l’enfance fut aussi calme qu’un chat qui dort, l’adolescence, elle, fut le réveille d’une bête assoiffée pleine de vices. Toujours aussi obéissante, mais légèrement moins appliquer dans ses besognes, Ariane commençait à s’ennuyer progressivement. Toujours la même rengaine, jours après jours, nuit après nuit, les mois se succédèrent sans que rien ne change réellement. Tout ceci était d’un ennui plus que mortel, jusqu’au moment où elle rencontra Éléonore… De deux ans son aînée, soit à quatorze ans, elle venait de perdre sa famille dans un incendie, n’ayant point de famille proche et possédant un fort caractère déplaisant pour son entourage, elle se retrouva au couvent et ce jusqu’à sa maturité. Les deux demoiselles se lièrent rapidement d’amitié et une relation plus que particulière s’insinua entre elles. Déjà forte d’expérience aux près des jeunes garçons de son village, la grande blonde aux yeux verdoyants ne cessait de détailler ses ébats aux près de la jeune brune. Une pointe de désir s’installa dans le cœur d’Ariane, qui pour la première fois, découvrait un monde au quel elle ne s’était point imaginé. Éléonore était forte, sure d’elle et ne semblait pas affecter par la mort ressente de ses parents, elle dégageait déjà l’impression d’être une femme accomplit. Elle devint vite son modèle. Une nuit, alors que toutes ses camarades furent endormies, Ariane se leva sur la pointe des pieds, aussi silencieuse qu’une souris, se glissa furtivement dans le lit de sa meilleure amie. Elles se regardèrent un moment et alors que les mots « Apprend moi » sortaient faiblement de la bouche de la brunette, un sourire féroce s’afficha sur les lèvres de la blonde. Le jeu de la séduction commença, amusant, palpitant et ô combien excitant. Cela dura jusqu’aux dix-huit ans d’Éléonore, qui quitta avec empressement le couvent, pour mener sa vie comme elle l’entendait.

La présence de cette jeune fille avait transformé Ariane en une demoiselle affirmée et sa vision de l’homme, qu’elle n’avait pas encore connu, était déjà faite, il n’était que le jouet de ses désirs. Les deux ans qui suivirent furent pénibles pour elle, les nuits de plaisir solitaire ne lui convenait pas, son corps souffrait du manque de chaleur, des caresses envoutantes. La vie au couvent ne lui convenait plus et c’est en profitant des plus jeunes qu’elle se débarrassa de ses tâches, criant sur celles qui refusaient de l’écouter, jouant aux anges devant les bonnes sœurs. Puis enfin la torture cessa, la majorité arriva telle une délivrance, un cadeau des cieux. Son avenir était loin d’être tracé, impossible de la mariée, aucun homme n’y obtiendrait avantage. Pas de gains de mariage, pas d’héritage à venir, cette avenue ne lui était pas destiné, de toute manière, elle ne pourrait ce contenté que d’un seul homme. Elle devait travailler, c’était la seule chose à faire.

Elle quitta le couvent la tête haute, le sourire aux lèvres, franchissant pour la première fois les limites du terrain qu’elle connaissait par cœur. Si l’inconnu était effrayant, la liberté, elle, promettait des plaisirs insoupçonnés. Elle trouva un emploi de dame de compagnie auprès d’une Vicomtesse d’un âge fort avancé et d’une richesse incommensurable pour elle. Si sa rencontre avec Éléonore avait été un tournant magistral dans sa vie, cet emploi, lui, fut une bénédiction de Dieu lui-même. Elle était belle, jeune et pétillante, dans la fleur de l’âge. Les regards des domestiques qui se posaient inévitablement sur elle n’augmentaient que sa fierté. Le premier homme à toucher son corps, fut le premier valet de la Dame, Valentin. Elle s’offrit à lui et lui à elle, les sensations furent différentes qu’avec Éléonore : féroces, sauvages, animales. Il ne fut pas le seul à passer dans ses filets, elle s’offrait tous ses désirs, passant d’un domestique à l’autre, sans que sa patronne n’en sache absolument rien. Elle manipulait la Dame, selon son bon vouloir, renvoyant servantes trop jolies, femmes de chambre trop incommodantes, se débarrassant de ceux qui refusaient ses avances. Si au début elle ne respectait pas la Vicomtesse Aurore de Guière, un lien finit par se tissé entre elles, un amour qui lui prit du temps à comprendre, celui d’une mère et de sa fille. Elles devinrent proches et les actions d’Ariane ce portèrent sur le bien être de sa mère d’adoption et bien qu’elle continuait son batifolage, les employés eurent un vent de répit.

Elle ne manquait plus de rien et avait reçu ce qu’elle n’avait jamais espérer. Sa vie fut paisible pendant plusieurs années, savourant les délices de la luxure, profitant de l’amour d’une mère et jouissant d’une fortune qui, un jour, finirait par lui revenir, la Vicomtesse n’ayant point d’enfant. Malheureusement, celle-ci mourut, l’âge la rattrapant finalement, laissant la brune aux boucles indomptables dans un profond désarroi. Tirailler entre la peine, la colère et l’incompréhension, elle avait l’impression que son monde s’écroulait sous ses pieds. Madame De Guière n’ayant point eu le temps de modifier son testament, Ariane s’avait que la fortune de la Dame ne lui reviendrait aucunement, mais elle était déterminer à se battre pour obtenir compensation. Arriva le neveu de sa patronne et mère adoptive, Félix. Jamais il n’avait été présent au cours de la vie de la vielle femme, mais l’appât du gain le ramena rapidement dans le portrait de famille.

Une lutte s’engagea entre la demoiselle et l’homme, mais malgré ses crises, sa manipulation et son obstination sans borne, elle n’obtient que le droit de partir avec ses vêtements. En furie, elle insulta Félix et utilisa tous les jurons qu’elle connaissait, crachant sa haine au visage de l’homme qui venait de la dépouiller de son bonheur illusoire, le frappant au visage de toutes ses forces. Elle devait quitter la demeure, héritage du neveu. Elle ne se gêna pas pour prendre quelques pièces d’argenteries, de plier bagages et de partir sans possibilité de retour. Elle était en colère et si elle n’avait jamais vraiment eu de respect pour la gente masculine, elle venait de complètement disparaitre. Ils n’étaient que de simples jouets, bon à jeter après utilisation. Elle ne savait plus trop qui faire, âgée de trente ans, elle avait l’impression que sa vie était fini. Il ne lui restait plus rien, que des robes trop encombrantes, de l’argenterie et, plus précieux encore, un nom de famille, Ariane Augier, diminutif D’Aurore De Guière, hommage à une femme aimante, sans toutefois lui usurper son nom. Puis elle se rappela de ses conversations avec Valentin, le premier homme à qui elle avait permis d’entrer dans son intimité.

Le manoir des délices, place où la luxure est à l’honneur, une fête et où l’on peut assouvir ses désirs. Il était hors de question pour elle d’être l’une de ses petites filles sans cervelles qui devait vendre leur corps pour un peu d’argent, elle valait plus que cela. Seule elle était en mesure de choisir qui visiterait sa couche et personne ne pourrait la forcer à ouvrir son intimité. Elle était maitresse de son corps et personne ne pourrait changer cela. Elle ne pouvait être forcément qu’une cliente, mais pour cela, il fallait débourser un certain nombre livres, qu’elle ne possédait plus désormais. Puis une idée saugrenue vint obséder ses pensées encore dans la tourmente. Il fallait bien quelqu’un pour ramener ses demoiselles et ses hommes faciles à berner. Elle pourrait le faire, en fait, elle s’en savait capable et si elle pouvait gâcher une vie, comme Félix venait de le faire pour elle, elle en serait que plus heureuse. C’est avec cette détermination qu’elle se rendit au Manoir situé dans paris, prête à vendre sa salade, espérant se faire les poches, se combler dans la luxure et satisfaire son besoin de liberté.

Elle rencontra les Boldwin, offrant ses services de rabatteuse, les belles paroles la connaissait bien et sait sans grande difficulté qu’elle se fit engager. Fière et triomphante, elle était ravie de s’enrichir sans devoir ouvrir ses jambes sans son consentement. Le couple était assez charismatique, mais le maitre des lieux attira beaucoup plus son attention. Riche, libertin et très bel homme, elle décida que cet individu était l’homme idéal à ses yeux et serait possiblement le nouveau tournant d’un bonheur inespéré. Il finirait un jour dans ses bras, elle en était persuadée, car plus jamais on lui refuserait quoi que ce soit, cela était une promesse qu’elle se fit et qu’elle comptait bien tenir.

Excellente dans son domaine, elle eut le temps d’acquérir une expérience remarquer, deux ans s’étant écouler depuis son arrivé au manoir. Si sa relation avec Lord Boldwin n’avait point avancée, sa fortune, elle, s’était quelque peu renflouée, gagnant un bon salaire selon ses prises. Elle vivait au jour le jour, couchant dans des auberges plus ou moins recommandables, ne désirant point s’établir pour le moment. Son mode de vie lui convenait amplement et suifisait presqu’à la satisfaire, il ne restait que quelques points à améliorer, quoi que magistraux, pour une satisfaction des plus totale.
 

 


 
Qui es-tu vraiment ?

 
► Portrait moral (caractère , ...) : Si son apparence laisse pensée qu’elle une femme douce et tranquille, son tempérament est toute fois plus qu’explosif. Loin d’être soumise, elle ne se laisse point marcher sur les pieds, forte et fière, elle s’impose aux hommes qu’elle connait comme si elle était des leurs. Femme directe, elle ne se gêne pas pour dire ce qu’elle pense réellement, balançant les quatre vérités à ceux qui l’ont mise en colère, tout cela accompagner de juron tout sauf féminin. Prompte à sortir de ses gonds, il est difficile pour elle de garder son calme quand tout ne marche pas comme elle le désire, ce qu’elle veut elle là, un point c’est tout.

Persévérante, voire carrément obstinée, lorsqu’elle se fixe un objectif, elle s’y tient plus que tout. Aucun n’obstacle n’est trop grand a surmonté. Tous les moyens sont bons pour parvenir à son but. Elle excelle donc dans l’art de la manipulation féminine, ne se privant aucunement de mentir et baratiner ses interlocuteurs. Tout est permis, son corps est un atout très précieux et elle le sait. Elle sait se montré très convaincante, autant avec ses courbes qu’avec ses mots. Elle cerne rapidement les gens, par son intelligence déroutante, et se donne un point donneur à découvrir leurs faiblesses le plus rapidement possible. Il est plus facile de convaincre quelqu’un lorsqu’on lui raconte tout ce qu’il désire entendre.

Si elle a un sérieux problème d’attachement, il lui arrive de baisser sa garde avec certaines personnes. Il lui est difficile de voir outre son profit personnel, mais lorsqu’elle y arrive, elle devient une amie fidèle et très loyale. Le bonheur de cette personne devient presqu’une priorité. Elle se montre sous un tout autre jour, douce et presque aimante. Elle s’abandonne, laissant place à une femme qui ne semblait point exister. Ceux qui aurait l’audace de la trahir, peu importe leur importance dans son cœur, ne s’en sortirait pas sans égratignure ou même fractures. Téméraire, elle adore les situations à risques et se met parfois dans le pétrin que pour son amusant. Les sensations fortes l’excitent réellement et elle en est parfaitement consciente.

Elle s’abandonne complètement à la luxure, l’un de ses nombreux vices. Elle y trouve tout ce qu’elle désire et ce sans attachement. Elle y trouve réconfort, tendresse et chaleur. Elle ne pourrait sans privée, c’est pourquoi les partenaires se succèdent sans relâches, trouvant toujours son compte. Elle apprécie autant les hommes que les femmes, appréciant la douceur et la sensualité des demoiselles, la puissance, la fermeté et la rage chez les hommes. Tantôt soumise, tantôt dominante, elle en a pour tous les goûts.
 

  ► Description physique : Crinière sauvage et indomptable, d’un brun foncé parsemé de mèches châtaines, elle lui arrive  jusqu’à la poitrine, encadrant parfaitement son visage longiligne. Ses yeux sont d’un brun noisette assez pâle, possédant quelques pigments verdâtres, regard envoutant et séducteur qui ne laisse point de glace. Ses émotions s’y reflètent facilement et l’on pourrait presque lire en elle comme dans un livre ouvert. Tout s’y succèdent, colère, séduction, rage, tendresse, impulsion. Ses lèvres sont pulpeuses et invitent un baiser. Ayant tendance à les mordiller lorsqu’elle est excitée, son visage devient presque coquin. Malgré son âge, elle semble jeune, quoi qu’une expérience infini émane de ses traits, laissant perplexe les gens qui la regarde passer.

Grande, ses jambes donnent l'impression d’être interminables. Hanche et poitrine des plus généreuses, taille fine, elle fait saliver, sa démarche  de femme fatale n’arrange en rien. Une féminité bien assumée se dégage d’elle, marchant la tête haute, les épaules droites et d’un pas assuré, elle semble confiante, en fait, elle l’est. Portant des robes des plus ravissantes pour se sentir femme autant que des chemises et pantalons ajustés à son corps pour les travaux plus sérieux. Elle est toujours des plus élégantes et elle le sait très bien, se donnant un point donneur à être toujours parfaite.

 

  ► Divers :

Amélia: Si au début l'idée d'une rabatteuse l'amusait, elle soupçonne Ariane d'avoir de sérieuses vues sur son mari, ce qui l'agace profondément.
Adrian: Il est pour elle l'homme idéal. Le genre d'homme qu'elle a décrété parfait pour elle et souhaite plus que tout le mettre dans son lit et possiblement l'y garder. Mais le Lord bien que libertin assumé, refuse de franchir le pas avec elle, parfaitement conscient qu'Amélia voit la jeune femme d'un mauvais œil. Hors elle reste l'amour de sa vie...
Adam Duclos: Un de ses amants préférés. Il est rabatteur également. Point de sentiments entre eux. Juste du plaisir.
 

 


 
De l'autre côté de l'écran...

 

  Prénom ou surnom : Bunny.
  Âge : 23 ans.
  Sexe : Féminin.
  Comment avez-vous connu le forum ? : Top site.
  Des suggestions vis-à-vis du forum ? N/A
  Vos disponibilités pour poster : Dépend de mon horaire, assez disponible, au minimum 3 fois semaine.
  Mots de passe X3: ok

 


 


Dernière édition par Ariane Augier le Dim 23 Aoû - 12:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ariane Augier

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 18/08/2015
Age : 26

MessageSujet: Re: Ariane Augier ~ Rabatteuse. [Terminer]   Jeu 20 Aoû - 13:57

Petit Up pour dire que j'ai terminée ma fiche de presentation. Si il y a quoi que ce soit, ne vous gêner pas =) Je modifirais au plus vite.

Manque juste un petit avatar, j'ai fait la demande dans la section approprier.
Merci!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Dawn Cavill
Apprentie & Admin
avatar

Messages : 4394
Date d'inscription : 27/09/2010
Age : 29
Localisation : Le Manoir Des Délices

MessageSujet: Re: Ariane Augier ~ Rabatteuse. [Terminer]   Ven 21 Aoû - 10:40

Merci de votre patience

Merci de votre patience
Revenir en haut Aller en bas
http://www.manoir-des-delices.forumsactifs.com
Amélia Boldwin
Maîtresse des lieux
avatar

Messages : 1712
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: Re: Ariane Augier ~ Rabatteuse. [Terminer]   Sam 22 Aoû - 17:48

eh bien eh bien que voilà un personnage qui va se montrer intéressant Very Happy
Cela dit, tu ne peux pas porter le nom de la Comtesse si elle ne t'a pas reconnue donc Augier est soit le nom que les bonnes soeurs t'ont donné, soit celui que tu as décidé que tu porterais de toute façon.

Ensuite, je pense que Ariane n'est pas nouvelle au Manoir. Elle pourrait être au Manoir déjà depuis au moins un an, voir deux Smile
A part ça, rien à dire !! Fais moi signe quand tu as fait ces petites modifs et je t'ouvrirai les portes du Manoir :slurp:

_________________


Revenir en haut Aller en bas
http://manoir-des-delices.forumsactifs.com
Ezel Olven
Mercenaire/Assassin
avatar

Messages : 2558
Date d'inscription : 03/01/2012

MessageSujet: Re: Ariane Augier ~ Rabatteuse. [Terminer]   Sam 22 Aoû - 18:58

Gregory t'aime déjà ! Et elles sont rares Razz

Welcome officiel

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ariane Augier ~ Rabatteuse. [Terminer]   Sam 22 Aoû - 19:04

Bienvenue, jolie dame !
Revenir en haut Aller en bas
Ariane Augier

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 18/08/2015
Age : 26

MessageSujet: Re: Ariane Augier ~ Rabatteuse. [Terminer]   Dim 23 Aoû - 2:03

Donc, petites modifications terminées.
La Vicomtesse s'appelle désormais Aurore De Guière et non plus Madame Augier. Le nom de famille d'Ariane est une combinaison des deux, sans que cela n'ait l'air d'être un usurpation d'identité, en mémoire de la défunte dame.

Ensuite, elle est arrivée au manoir à ses trente ans, et non trente-deux. Ce qui fait un total de deux années de bons et loyaux services!
Voilà voilà!!! J'espère que cela vous convient =)

Merci pour les bienvenus <3

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Dawn Cavill
Apprentie & Admin
avatar

Messages : 4394
Date d'inscription : 27/09/2010
Age : 29
Localisation : Le Manoir Des Délices

MessageSujet: Re: Ariane Augier ~ Rabatteuse. [Terminer]   Dim 23 Aoû - 18:11

je t'ouvre les portes du Manoir Very Happy
Bienvenue parmi nous ma belle !! :cherrs:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.manoir-des-delices.forumsactifs.com
Alice Hemart

avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 02/02/2015
Age : 27

MessageSujet: Re: Ariane Augier ~ Rabatteuse. [Terminer]   Dim 23 Aoû - 18:14

Bienvenue officiellement, belle Rabatteuse :calin:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ariane Augier ~ Rabatteuse. [Terminer]   Dim 23 Aoû - 19:15

Bienvenue à toi Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ariane Augier ~ Rabatteuse. [Terminer]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ariane Augier ~ Rabatteuse. [Terminer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Manoir des Délices :: Prologue :: Les fiches validées :: Domestiques & Rabatteurs-