si vous rencontrez un pb à l'inscription, rdv sur facebook Manoir des Délices pour le signaler
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 As if it was my last day on this earth [Lorenzo ft. Lise]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lorenzo De Marzi

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 05/06/2015
Age : 21
Localisation : In un grande castello !

MessageSujet: As if it was my last day on this earth [Lorenzo ft. Lise]   Mer 24 Juin - 1:16


   

   

   


   
Le nouveau pas du Marquis
   Lorenzo ft. Lise

   
Il était inutile de chercher le manoir des yeux. Cette fois-ci je connaissais le chemin. La semaine dernière j'y étais allé pour la première fois. Mais pourquoi étais-là ? Pourquoi y retourner ? N'était-ce pas le début d'une habitude ? Probablement mais pourtant je ne fis pas demi-tour. Mon envie m'y poussait juste. Ce soir-là, Rose et moi nous nous étions disputés à propos du petit. Quelle plaie. J'avais bien envie de penser à autre chose et j'avais bien appris à mes dépend que se rendre soûl au château n'arrangeait en rien la situation déjà bien délicate. Elle ne m'avait pas posé de questions. Elle m'avait simplement laissé partir, encore les yeux rougies par des larmes de rage. Pourquoi mon cher Père m'avait-il marié à cette petite idiote ? Lorsque, je franchis la porte pour la seconde fois de ma vie, je me sentis comme libéré. Ici, j'allais pouvoir m'amuser. Je me redresai pour être le plus droit possible comme à chaque fois que j'entrai quelque part. Ma main se passa machinalement dans mes cheveux et je souris.

***

À présent j'y étais. Allongé encore tout habillé sur le lit j'attendais que la demoiselle vienne. Je n'avais pas vraiment demandé un style de jeune femme en particulier comme la dernière fois. Je voulais être surpris. Je me mis à sourire en repensant à la semaine dernière. La soirée s'était bien déroulée. J'espérais que cela soit le cas encore aujourd'hui.

Ici je n'avais rien à craindre. Notre vie privée restait privée rien ne sortait de ces murs. L'on pouvait me voir ici, rien n'y changerait à mon titre. Après tout, je faisais ce que je voulais. Je fermai les yeux et me revisionnait mon entrée ici. Je sentais encore la chaleur du hall avec ses rires et la vue des somptueux escaliers me donnait des tournis. J'avais l'impression d'avoir pénétré dans un autre monde et je comprenais pourquoi la chambre portait le nom de Plaisirs d'orient. Raffinée, les teintures si chaudes me renvoyait justement en Orient. Je n'y étais jamais allé, mais mes lectures suffisaient à imaginer l'endroit. Lorsque j'étais entré au manoir il me semblait que tout le monde m'avait regardé. Enfin, n'était-ce qu'une impression ? Après tout je passais mon temps à me faire des idées sans vraiment m'en rendre compte. La vérité était que j'aimais lorsque les yeux se portaient sur moi c'était si agréable. Après des salutations enjolivées auprès de la patronne et sourire charmeur de ma part, l'on m'avait demandé alors ce que je désirais. Au fond de moi je savais que mes goûts penchaient de l'autre côté mais j'avais décidé d'attendre plus tard... lorsque j'aurais déjà bien commencé avec une demoiselle. Néanmoins, je n'y avais pas vraiment réfléchi, car ayant été comblé la première fois, j'avais alors décidé de demander celle qui voudrait.

Je regardai le plafond puis les cousins. L'on aurait dit de l'or comme dans un palace. Comment un lieu comme celui pouvait-il ressemblé à une pièce de mon château ? Incroyable. Puis j'entendis des pas. Je soupirai pour me détendre au maximum et je la vis entrer. Une jeune femme brune, au visage maquillée, ses yeux me scrutaient avec curiosité. Je lui adressais alors un grand sourire. Je me levai et m'avançai alors vers elle à pas lents. Je me mis à lui tourner autour comme pour vérifier qu'elle était bien. Son corps était à mon goût et ses longs cheveux noirs me plaisaient. Je me mordis la lèvre d'envie et je me plaçai derrière elle. Ma main alla se poser doucement à son cou où je lui mis sa belle chevelure sur le côté de l'épaule pour avoir son cou nu totalement libre.

- Bonsoir..., s'enquis-je. Tu feras l'affaire toi..., lui chuchotais-je à l'oreille tandis que mes mains descendaient dans son dos...

Ma voix se faisait très mielleuse, exprès pour l'envoûter. Dans ce petit monde la courtoisie faisait tout, même si je la trouvais bien pathétique. Je m'approchais au peu plus d'elle et mes mains descendirent jusqu'à sa taille mes mains et je fis glisser mes doigts encore un peu plus bas en prenant bien le temps de savourer la chaleur. Mes lèvres à son oreille, je lui chuchotais alors ma demande sur un ton un peu plus ferme qu'avant. Visiblement je ne tenais jamais longtemps avec la courtoisie.

- Tu vas me baiser comme si c'était le dernier jour de ma vie sur cette terre, mm ?

Puis, je m'écartai et lui adressai alors un grand sourire rempli de politesse. Quel hypocrite j'étais. J'aimais tellement tellement ça.

   
© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart

   

   

_________________


Lorenzo :
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: As if it was my last day on this earth [Lorenzo ft. Lise]   Jeu 25 Juin - 12:08

La soumise. Voilà donc le nom que l'on m'avait donner. Et cela ne me déplaisait pas, car il arborait bien ma personnalité. J'étais une jeune femme timide, naïve, et qui se laissait mener par le bout du nez. Même si j'essayais de remédier à ce problème, je décida de faire de ce profil l'un de mes atouts, afin de combler les clients ayant un profil dominant.
Je ne prenais aucunes initiatives, j'étais une poupée dans leur mains, ils faisaient de moi ce que bon leur semblaient.
Je n'étais encore qu'une apprentis en formation dans ce manoir des plaisirs de la chair. Je n’étais aussi douée, si l'on peut dire que certaines filles qui étaient là depuis des années déjà.

Face à mon miroir, je remontais mes cheveux en chignon, laissant quelques mèches retombait sur mon visage. J'aimais pouvoir jour avec mes cheveux, cela encore plus ressortir mon côté petite fille. Je mis mon maquillage, le trait noir mettait en valeur mes yeux. Un collier, et des bracelets pour agrémenter ma tenue de ce soir.
J'avais mis une robe courte rose pale, laissant mes jambes presque entièrement découvertes, et un serre taille et non un bustier, afin de pouvoir laisser mes seins en contact direct avec le fin tissus qui les couvraient.

Je descendis rejoindre les autres filles ainsi que les mignons présents dans le salon en attendant les clients. Je fis une signe de la main de Dean, mon nouvel ami. Il avait peur, cela se voyait dans son regard.
Je bus un verre d'alcool afin de me détendre, pendant que les premiers clients entrèrent dans le manoir, certaines filles se levèrent et allèrent accueillir les clients. Je ne le faisais jamais, je ne pouvais pas me dire que je pouvais aller vers des hommes pour la plupart de manière aussi légère.

Margaret vint me voir et me dis de monter dans la chambre d'orient qu'un client important attendait. Je soupira, et pris la direction de l'escalier. Dans le couloir, je m'arrêta quelques instant, mouillant un doigts avec ma bouche et l'entoura avec mes mèches des cheveux pour bien les faire tomber sur mon visage.

Une fois devant la porte, j’inspirai un grand coup, et appuya sur la poignet. Je n'étais jamais venu dans cette chambre. Elle avait des couleurs chaudes le long des murs.
Mon regard se posa alors sur le lit, un jeune homme châtain clair y était installé.


« Bonsoir monsieur, je m'appelle Lise, je suis à votre service ce soir »

Je rebaissa les yeux, quand il me souria. J'entendis ces pas venir doucement vers moi, me tourner autour comme un lion autour de sa proie.

Je sentais son souffle dans mon cou, des frissons parcoururent l’ensemble de mon corps, je sentais ses doigts sur mon corps, les yeux toujours baissé, je les fermai.

- Tu vas me baiser comme si c'était le dernier jour de ma vie sur cette terre, mm ?
Quand il me parla pour la deuxième fois, je plissa fort mes yeux, je ne voulais pas prendre les commandes, pourquoi ne faisait-il pas ce qu'il a faire et repartir juste après.

« Très bien monsieur »

Je finis par lever la tête, et me tourna vers lui. Il me souriait, peut-être était-il un homme gentil, mais je devais me méfier, beaucoup de chose peuvent se cacher derrière un sourire. Je me tourna donc vers lui, et me mis doucement à quatre pâtes en face de son entre jambe, afin de défaire la boucle de sa ceinture, et laisser son pantalon tomber sur le sol.
Je pris alors son sexe et commença à le masser doucement avec le bout de mes doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo De Marzi

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 05/06/2015
Age : 21
Localisation : In un grande castello !

MessageSujet: Re: As if it was my last day on this earth [Lorenzo ft. Lise]   Jeu 25 Juin - 16:49


 

 

 


 
Beginner
  Lorenzo ft. Lise

 
Elle se laissa faire lorsque je posai mes mains sur sa taille. Mes yeux se baldèrent dans la pièce. La vue de cette fille me procurait déjà de la chaleur. Elle ne bronchait pas d'un seul mot, attentive à mes moindres gestes. Puis, elle parla pour se présenter. J'hochai la tête. Elle était à mon service. Je remarquai que la voix de la jeune fille se voulait sûre d'elle, mais en réalité je devinai qu'elle ne l'était pas vraiment. Une fille timide ? J'avais toujours un peu de mal avec les gens timides, car ils n'osaient pas toujours être directs. Peut être que je me trompais mais j'avais ce don. Un vrai homme talentueux que j'étais. " Très bien monsieur" voilà ce que j'avais entendu pour l'instant. Du classique. Elle était à mes ordres, c'était parfait. Elle s'appelait Lise. Rose, Lise, qu'elle était donc la différence ? Était-elle aussi cruche que ma femme Rose ? Je ne l'espérais vraiment pas.
Puis elle se mit à quatre pattes aussitôt et je sentisses doigts défaire ma ceinture. Je fus surpris. Ne devait-on pas se mettre debout, commencer par le haut pour ensuite finir par ça ? J'avais tout mon temps après tout... Je revis dans mes pensées la sublime Delilah... Celle-là elle avait été parfaite du début jusqu'à la fin. Tous ses gestes, ses caresses, la perfection. J'avais donc affaire à une petite idiote qui faisait tout à l'envers. Alors qu'elle m'avait déjà retiré le bas et qu'elle commençait à me masser là où elle le devait après, je l'arrêtai en lui prenant le poignet doucement et je lui fis non de la tête. J'allais être patient pour le début pour que ça se passe bien. Je m'approchais d'elle et l'embrassai pour continuer avec des baisers dans le cou.

- Je ne vais pas tout te montrer comment faut faire quand même, si ?
, demandais-je alors en la regardant droit dans les yeux.

Mais ma question n'en était pas vraiment une. Je n'étais pas là pour apprendre aux filles à faire l'amour. Mes mains avaient pris son menton doucement pour qu'elle ne baisse pas les yeux.

- Mm ? Qu'en dis-tu ? Commence donc par le début, c'est plus... excitant on est d'accord.

Je recommençai à l'attirer vers moi et la laissa faire. J'étais encore tout vêtu, la demoiselle avait du travail à faire. Je lui souris de nouveau pour l'encourager. Mais évidemment, il n'y avait rien pour moi de sympathique. Mon sourire cachait tout mon énervement.

 
© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart

 

 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: As if it was my last day on this earth [Lorenzo ft. Lise]   Ven 26 Juin - 15:09

Quand il me saisie le menton pour le faire me relever, je compris très vite que cette séance n'allait pas être comme les autres. Je n'aimais pas vu la folie des hommes dans leur regards, c'est pour cela que je baissais les yeux. De plus, la soumission aux hommes pouvoir leur donner un pouvoir sur la femme qui était face d'eux.

Avec mes yeux dans les siens, je me sentais pas à l'aise, cela me déstabilisait. Cet homme n'avait pas l'air de rechercher une soumise. Mais son souffle dans mon cou me sortis de mes pensée, il était chaud et doux.
L’exciter, il voulais que je l’excite. Je savais comment faire mais je n'aimais pas le faire. Je pris donc mon courage à deux mains, et me colla à son corps musclé. Il sentait bon. Ma langue glissait de son oreille vers le bas de son cou. Mes mains tremblaient, mais je n'arrivait pas à la faire stopper, malgré cela je voulais faire de mon mieux pour rendre ce client satisfait de la prestation que j'allais lui donner.
Ma main droite glissait le long de son torse afin de défaire son veston, pendant que ma deuxième main était placé sur son membre le caressant.

Mais le plus dur pour moi était de garder le regarder levé. Mes yeux glissaient toujours vers le sol.

Je défis un à un les boutons sa chemise avec mes deux mains, la faisant par la suite glisser sur ses épaules.
Mais aucun sons ne sortaient de ma bouche, je pouvais pas, je n'y arrivais pas. Dans ma tête, je devais être autoriser à parler pour aire résonner ma voix dans la pièce. Je mordis ma lèvre inférieur montrant encore plus de manière physique ma mal-être dans la situation ou je me trouvais.

Une chose est sur cet homme était très beau, et je ne pus m’empêcher de le lui dire.

« Vous êtes magnifique, monsieur »

Glissant mes mains de son torse, je formais un triangle sur celui-ci arrivant juste à la cime de son pantalon. La boucle de celui-ci étant déjà défait, je fis juste un mouvement pour le vrai tomber sur le sol, laissant cet homme maintenant nu devant moi.

Mais un vent de panique me pris, comme bloquée face à lui, les yeux baissé je ne savais que faire. Me dévêtir, ou lui laisser le plaisir de le faire lui même. Commencer à le toucher. J'avais chaud, je sentais mes joues chauffées à une vitesse folle, il fallait que je me calme. Cet homme n'était pas le boucher. Personne ne pouvait être pire que ce monstre.
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo De Marzi

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 05/06/2015
Age : 21
Localisation : In un grande castello !

MessageSujet: Re: As if it was my last day on this earth [Lorenzo ft. Lise]   Ven 26 Juin - 17:06






New face
Lorenzo ft. Lise

Je vis tout de suite dans son regard qu'elle n'avait pas l'habitude de s'y prendre comme je lui demandais. Comment arrivait-elle à avoir des clients celle-là alors ? Puis, elle se décida enfin à faire son travail. Son corps vint se coller à moi avec fermeté et mes bras virent alors entourer sa taille encore plus fort par réflexe. Je sentis sa langue à mon oreille pour ensuite descendre vers mon cou. Ses mains posées sur moi tremblaient et je me projetai en avant pour l'attirer avec plus de force à moi. Je ne ressentais rien. Pas même une flamme brûlante dans ma poitrine. Il y avait dans ses mouvements des gestes pas très sûrs qui me déstabilisaient et me déconcentraient. Il allait qu'elle fasse bien mieux que cela. Son autre main de libre commença alors à me dévêtir tandis que l'autre commençait sa descente. Vers mon bas ventre À cet instant-là, je sentis la chaleur très vite et mes joues se teintèrent d'un léger rose. Ses doigts massaient à présent l'endroit le plus sensible de mon corps.. En même temps, ma chemise tomba de mes épaules. J'étais à torse nu et mes doigts virent se loger dans son décolleté. Ses seins, bien ronds et bien fermes étaient agréables au toucher. Sa robe rose allait bien avec la couleur de sa peau.

- Vous êtes magnifique monsieur..

De la flatterie. Mon arme préférée qu'elle utilisait aussi pour moi. Je ris. Ces mots sonnaient si bien me concernant. Maintenant, des fourmillements apparurent avec timidité pour aller de plus en plus bas dans mon corps. Ma respiration commençait à s'accélérer et mes pensées à se détacher de la réalité. Le plaisir. Enfin. Ses paumes se plaquèrent à mes fesses pour faire tomber mon pantalon qui était de trop. Mais tout à coup je la vis se figer. Que se passait-il encore ? Je compris. Elle ne savait pas quoi faire. La bonne plaisanterie ! Ses joues devinrent un peu plus rouges. Du calme Lorenzo, du calme.

- Calma.., fis-je avec douceur.

J'avais parlé en italien sans le faire exprès. Tant pis c'était pareil. En guise de réponse je lui souris et la pris dans mes bras pour la déposer sur le lit. Je m'avançais à quatre pattes sur elle et commençai à faire monter mes mains le long de ses jambes pour l'exciter elle aussi à son tour. Elles étaient lisses bien qu'un peu plus petites que je l'imaginais. Au fur et à mesure je m'avançais toujours un peu plus comme un véritable prédateur qui voulait amadouer sa proie. J'appréciais toujours ce petit jeu. Le bout de mes doigts allaient et venaient à l'intérieur de ses jambes et bientôt se furent mes paumes entières qui se mirent à les caresser. Contrôler une femme me donnait encore plus l'impression d'être puissant que je ne l'étais déjà. Puis j'arrêtai les caresses et  mes lèvres commencèrent à les baiser en partant des pieds pour aller jusqu'à l'antre de la demoiselle. J'arrivai à son entre-jambe et je continuai encore, pris dans un élan de désir. Mon souffle chaud réchauffa sa peau et je sentis le sang se déverser dans les parcelles de mon corps avec rapidité. J'étais arrivé à l'endroit de son intimité. Avec douceur, le bout de ma langue se mit à lécher, pénétrant de temps à autre un peu plus à l'intérieur ou un peu plus à l'extérieur. Que de plaisir divin... Je savourai chaque seconde, chaque léchée pour toujours m'y attaquer avec plus d'entrain. Un véritable chasseur assoiffé.. Lorsque je m'attaquai alors à un autre endroit un peu plus hait, je m'arrêtai et lâchai un soupir comme pour reprendre mon souffle. Je relevai la tête et me mis à la fixer de mes yeux de gentil homme innocent. Avait-elle aimé ? Mais en fait, peu m'importait en fait, tant que moi j'appréciais. J'avais senti mon cœur battre à chacun de mes gestes, les fourmillements qui se déversaient dans mon corps ne faisaient que renforcer mon désir et mon envie. Toutes les pensées s'évaporaient pour laisser place à une chaleur digne d'un palais d'Orient...Je poursuivis ma route en faisant pareil jusqu'à ses seins. Puis tout à coup, je lui saisis les poignets pour la maintenir avec fermeté au lit.

- Dis moi Lise...., commençais-je. Qu'aimerais-tu me faire de sensationnel, mm ?

Allait-elle croire que je lui demandais pour son simple bien être ? Non.. je voulais juste m'amuser avec elle, faire d'elle un simple petit jouet répondant à toutes mes satisfactions... De toute manière si elle ne désirait rien de moi, j'irais de l'avant pour lui faire bien apprécier ce qu'elle m'aurait refusé.

- Emmène moi au paradis..., chuchotais-je. Et cesse de trembler, je n'aime point du tout les petites trouillardes, on est bien d'accord ?

Mes mots cette fois-ci avaient été beaucoup plus directs, beaucoup plus fermes et froids. Je perdais très facilement patience et changeait d'humeur d'une seconde à l'autre. Marquis que j'étais, je voulais répondre à tous mes désirs en même temps et ceux qui n'étaient pas capables de me les donner n'étaient que de pauvres incapables qui méritaient qu'on les fasse souffrir.

- Sinon, ça va faire mal.. ça serait embêtant tu ne crois pas ?

Embêtant. Je laissai échapper un petit rire amusé. Embêtant oui surtout pour moi qui aurait plus de mal à être comblé !


© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart



_________________


Lorenzo :
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: As if it was my last day on this earth [Lorenzo ft. Lise]   Dim 28 Juin - 11:31

Je sentis mon esprit se clamer quand il repris les rênes. Il me posa sur le lit et commença à faire glisser ses mains sur mon corps mentirais en disant que je n'étais pas réceptive à cela. Mon corps réagissait, des frissons parcoururent mon corps. Ses mains étaient douces, son souffle me chatouillait au fur et à mesure qu'il s'approchait de mes cuisses. Je fermais les yeux, je reprenais enfin la place que j'avais avoir, celle du jouet, de l'objet qui servait de plaisirs aux hommes et aux femmes.
Le contact de ses lèvres sur mes cuisses me furent retenir mon souffle l'espace d'un instant. Sa langue vint entrer en contact avec mon intimité. J'étais humide je le sentais, et j'allais l’être de plus en plus, car il y allait de plus en plus fort, j'enfonçais mes doigts dans les draps, afin de ne pas trop bouger, et de ne pas le toucher. Je n'aimais pas toucher mes clients sans leur autorisation, je voulais cela comme un manque de respects envers eux. Mais cela n'était que mon point de vue personnel.

Plus il avait vers le haut de mon corps, plus j'avais cette chaleur intense que montait dans mes entrailles. J'étais à sa portée complète, et cela était loin de me déplaire. Je me concentrais sa le chemin qu'avait sa langue au fur et mesure qu'elle montait vers mes seins.
J'ouvris les yeux violemment quand il me saisie les mains afin de les placer au niveau de ma tête. Avec son corps sur le mien et ses mains qui tenaient les miennes, je ne pouvais plus faire un geste.

Qu'aimerais-tu me faire de sensationnel, mm ?

Ne pouvant pas quitter son regard hypnotique, je pensais à mes anciens clients, ce qu'ils avaient apprécier de ma part, ce dont j'avais été féliciter. Je voyais vraiment une seule chose. Mais rien quand y pensant, je sentis mon visage devenir de plus en plus rouge

« Et bien, je suis assez douée avec ma bouche, monsieur »


Mon regard se dirigea directement vers l'entrejambe du jeune homme, cela ne me pouvait pas être plus explicite.

Et cesse de trembler, je n'aime point du tout les petites trouillardes, on est bien d'accord ?

« Oui, monsieur »

Je ne devais pas le décevoir et faire ce qu'il me demandais. Je voulais faire de mon mieux afin de ne pas le décevoir.
J'attendis qu'il me lâche les mains, pour que je puisse me mettre à genoux face à lui. Sans le quitter des yeux, et en mordant ma lèvre inférieur et je lui demanda

« Puis je monsieur »

J’attendis sa réponse, et je me pencha vers son sexe, qui avait déjà durcis. Je posa le bout ma langue sur son gland, et l'un de mes mains sur celui-ci et l'autre sur ses bourses afin de les masser. Je faisais glisser ma langue sur son sexe, commençant alors une partie de sexe oral.
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo De Marzi

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 05/06/2015
Age : 21
Localisation : In un grande castello !

MessageSujet: Re: As if it was my last day on this earth [Lorenzo ft. Lise]   Dim 28 Juin - 13:47






Désir ardent
Lorenzo ft. Lise

Lorsque mes mains se collèrent à ses poignets avec fermeté, la jeune fille ouvrit les yeux très surprise. Visiblement, elle ne s'attendait pas à ce geste. Elle ne me quittait pas des yeux non plus. Elle semblait très intriguée par ma personne comme si elle voulait découvrir tous mes secrets rien qu'au travers de mon regard. Quand je lui demandai ce qu'elle voulait me faire, elle réfléchit. Ne pouvait-elle pas donner une réponse directement ? J'étais si impatient l'on me l'avait toujours dit, mais je n'en avais rien à faire. Puis, son regard vint se diriger vers mon entrejambe. La demoiselle se disait douée avec sa bouche. La talent des prostituées. Des filles qui n'étaient payées qu'à faire l'amour à tout le monde. Le pire c'est qu'elles en étaient fières, mais je ne voyais pas ce dont il y avait de quoi sachant qu'elles n'avaient probablement pas reçu une éducation digne de ce nom. À part les plaisirs elles n'avaient strictement rien dans la cervelle ! J'acquiesçai en lui faisant signe que j'étais d'accord.

- Et bien on va voir si tu dis vrai...
, fis-je à son attention.

Mes mains lâchèrent ses poignets et je me laissai faire. Je restai face à elle car je n'étais pas joué au soumis couché sur le lit avec les femmes. Ne voyant qu'elle ne se lançait pas je me demandais bien ce qui lui prenait autant de temps et je compris alors qu'elle me demandait à nouveau mon autorisation.

- Es-tu sourde ? Je t'ai déjà dit que oui !
,m'impatientais-je.

Elle se pencha alors et elle posa sa langue. À cet instant-là, je laissai un gémissement indécent m'échapper. Ses mains virent alors s'y ajouter afin de masser mon intimité à moi et je savourais alors le jeu. Sa langue venait lécher avec douceur et mon cœur battait toujours de plus en plus fort. Mon souffle s'accéléra et ma respiration semblait se bloquer à chaque fois que ses gestes étaient précis.

- Ancora, continua, murmurais-je.

Mes joues étaient en feu et mon membre se durcit très vite au fur et à mesure qu'elle poursuivait la tâche. Les fourmillements s'installèrent très vite. Son souffle chaud se déversa partout tel un éclair. Cela me foudroya et j'étais en train de prendre feu. L'incendie se propagea si vite, si bien que mon instinct continua tout simplement. Le désir qui guidait mon corps en demandait encore plus.

Le plaisir me rendit alors complètement incontrôlable , avide de désir, si bien que mes lèvres allèrent chercher ses lèvres et puis son cou. Mes mains descendirent plus bas sur son corps. J'étais brûlant, le feu ardent ne cessait de grandir si bien qu'il était à son plus grand pic. Mon cœur qui battait à grande vitesse dans ma poitrine menaçait d'un instant à l'autre d'exploser. Je me souvins alors que je voulais tout de même garder le contrôle de la situation. Je voulais être roi. Roi. Je repris mon souffle pour remplir à nouveau mes poumons d'air, car ses gestes m'empêchaient presque de respirer. Le désir s'était installé partout dans mon corps et je me mis à y répondre. Je basculai vers elle pour l'allonger de nouveau sur le lit après de longues minutes de brasier intense et je gémis de plaisir.

- Pas mal, pas mal..., laissais-je échapper comme je le pus.

Je la plaquai sur l'oreiller avec plus de force que je ne l'avais imaginé et je me mis à quatre pattes sur elle. Mon souffle bouillant se répandit partout sur son corps et mes jambes rencontrèrent les siennes près de mon corps qui commençait déjà à transpirer. Je me mis un peu plus en avant et la regardai avec de grand yeux. Appréciait-elle ? Elle avait plutôt intérêt. Mon visage s'enfouit dans ses épaules à côté de son cou et mon corps commença à faire du va et vient sur elle.

Je pénétrais cette fois-ci dans son antre. Je commençai doucement puis bientôt rapidement je fus de plus en plus rapide, toujours plus avide. Mes mains saisirent ses bras avec force pour les serrer et mon rythme s'accélérait. Allait-elle suivre ? Lui faisais-je mal ? J'en avais rien à faire, car je prenais du plaisir et seul le mien comptait.

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: As if it was my last day on this earth [Lorenzo ft. Lise]   Lun 29 Juin - 11:05

Lorsque je commença mon travail, je sentis les muscle du jeune homme se contractés. Un gémissement s'échappa de sa bouche. Je m'appliquais, en allant doucement montant de descendant ma langue le long de son sexe. J'y posais quelques baiser, en remontant vers son extrémité.
Il parla dans une langue que je ne connaissais pour la deuxième fois. Il était de plus en plus dur, et son corps était en ébullition. Je continuais donc afin de lui donner le maximum de plaisir.
Mais je sentais aussi mon intimité s'humidifier et commencer à gonfler, j'avais envie de placer mes doigts à l’intérieur de mes lèvres inférieurs, mais mon plaisirs ne passait pas en priorité.

Il était dur, en plein érection, je voulais le désirs dans son regard, quand il me releva le visage, afin de poser ses lèvres sur les miennes. Je sentais la fougue dans ses lèvres, qui se dirigeaient vers mon cou. Sa respiration était saccadée, mon cœur quant à lui battait de plus en plus vite dans ma poitrine, j'avais chaud.
C'est au bout de quelques minutes qu'il gémit de plaisirs.

Pas mal, pas mal...

Je rougis quand il dis ces quelques mots, je me sentais un peu flattée d'avoir réussi à le combler. Du moins pour le moment, car j’étais maintenant allongée sur le lit. Il me surplombait, à quatre pattes juste au dessus de mon corps, son érection dirigée vers moi.
Je respirais à plein poumons, pour essayant de reprendre mon souffle car je savais que cela ne faisait que commencer.
Son souffle chaud quant ç lui se promenait le long de mon corps, qui réagissait presque automatiquement. Mes jambes essayaient de bouger, afin de frotter mes cuisses, pour ne pas montrer mes entre jambes ruisselant de liquide.
Son corps plaqué contre le mien faisait pointer mes seins contre son torse. Son érection se frottait contre son ventre, j'avais envie de lui crier encore, mais cela ne m'était pas moi de préférait les hommes menait eux même la danse.
Quand son regards entra en contact avec le mien, j'avais toujours du mal à maintenir mes yeux dans les siens. J'étais gênée du plaisirs qu'il me donnait, j'avais un peu honte de moi.

Quand il me pénétra, un cri sortit de ma bouche, de surprise mais aussi et surtout de plaisir. Il commença doucement ses va et viens, je mordis mes lèvres afin de savourer ce qu'il « tait en train de m'offrir. Et puis, il commença à devenir plus ardent, en me plaquant contre le lit, les bras fermement bloqués. J'aimais cela. Oh oui, j'aimais cela, le violence du sexe de l'homme, devenu une poupée dans ses mains. Mais jamais, je ne l’avouerai à haute voix.
De mon intimité coulait mon liquide sur les draps en satin, qui glissaient en fonction des mouvements de va et viens. Mon corps était en ébullition, je savais que s'il continuais ainsi, j'allais lâcher un hale de plaisirs dans quelques minutes. Je prenais du plaisirs aux plaisirs violents des hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo De Marzi

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 05/06/2015
Age : 21
Localisation : In un grande castello !

MessageSujet: Re: As if it was my last day on this earth [Lorenzo ft. Lise]   Mar 30 Juin - 14:58






Tu veux jouer ?
Lorenzo ft. Lise

À mon compliment la jeune prostituée avait rougi. Je lui faisais de l'effet. Elle se sentait flattée d'avoir seulement réussi à faire son travail. Il fallait bien avouer que la situation était tout de même pathétique. N'importe qui pouvait faire cela, enfin c'est ce que je pensais du moins, mais je savais aussi qu'il existait tout un tas de personnes inutiles dans cette société. Elle essayait de répondre au fur et à mesure son souffle. Puis, je sentis qu'elle essaya de bouger ses jambes. Voulait-elle que j'arrête. Je renforçai déjà ma prise sur elle.

- Tu bouges pas toi, j'aime ça quand tu bouges pas, compris ? J'ai envie que tu sois mon esclave, alors montre-le moi encore plus poupée.., s'enquis-je.

Elle se mit à gémir au fur et à mesure que je pénétrais en elle et je me rendis compte que c'était de plaisir. Elle appréciait la petite traînée ! J'appréciais aussi, car le désir en moi coulait tout comme le liquide qui coulait entre ses cuisses. Je continuai encore avec toujours plus d'ardeur et mes mains finir par s'accrocher au-dessus du lit en haut de sa tête. Je poussais vers l'avant avec toujours plus d'entrain. Puis mes jambes se mirent à resserrer ses cuisses et mes paumes allèrent sur ses seins pour sentir leur fermeté. Je continuai pendant de longues minutes encore et encore en la serrant contre moi pour l'empêcher de bouger et à un moment je crus que mon cœur allait lâcher tellement j'étais devenu essoufflé. Je lâchai un grand gémissement suivit d'un grand soupir et mes bras s'enroulèrent autour de ses épaules. J'avais encore envie. Je repris un peu d'air dans mes poumons et je la plaquai de nouveau sur le lit et cette fois-ci je lui écartai les jambes avec rapidité et j'immobilisai ses pieds et ses poignets encore plus. Je crus même que mes ongles s'y enfoncèrent tellement je serrais.

- Pas un geste..., murmurais-je. Va s'y montres-moi encore tes talents... tu as.. peur ?, demandais-je.

Mes dents se mirent à mordiller sa peau près de son épaule droite et un peu plus fort à un moment lorsque je ne m'en rendis pas compte. La chair m'excitait si bien que j'aurais voulu la manger toute crue.

- Comment les hommes te voient ? Penses-tu que tu es la meilleure ?


Toutes ces questions. Toutes ces questions rien que pour la déstabiliser. Je désirais maintenant voir le doute dans ses yeux. Oui, le doute. J'avais toujours aimé voir les gens perdus, sans savoir quoi répondre. Ça m'excitait aussi. Moi, j'avais toujours réponse à tout, mais les autres, je considérais toujours qu'ils m'étaient inférieurs alors j'aimais y lire leur confirmation dans leurs prunelles.

- Et si je te demandais de dominer pour une fois ? Bien que je préfère le faire mais je voudrais juste y voir ta panique tu vois... ? Attention à ce que tu va répondre hein...


J'avais laissé ma voix grave en suspens. J'étais cruel et je le savais. Rendre les gens mal à l'aise m'apportait un aussi grand plaisir que de me faire baiser à la perfection. Lise allait-elle faire partie de mes petits plaisirs supplémentaires ? Après tout, elle était là pour combler mes moindres désirs...


© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: As if it was my last day on this earth [Lorenzo ft. Lise]   

Revenir en haut Aller en bas
 

As if it was my last day on this earth [Lorenzo ft. Lise]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Manoir des Délices :: Epilogue :: Archives RP-